Retour à l'accueil

Les Perséides en 2015

 

 

 

Les Perséides... sous des cieux bien sombres

 

Rubriques associées

 

Les principaux Essaims Météoritiques en cartes

 

Les dates des Essaims en 2015

 

Qui n'est jamais resté des heures sous le ciel à observer quelques rapides flèches lumineuses traversant le ciel étoilé, à la chasse aux "étoiles filantes" ? Et n'a voulu en savoir plus sur ce phénomène accessible au commun des mortels avec très peu d'équipement ?
Le groupe de discussion REFORME_News est exclusivement dédié aux météores et leur observation quelle que soit la méthode utilisée (optique (il nu, vidéo, jumelles, télescope), radio/radar, etc). Il est notamment le support de discussion du REFORME (REseau Français d'ObseRvation de MEtéores, http://www.reforme-meteor.net).

 

Que vous soyez simple curieux, observateur régulier, témoin d'un bolide (météore très brillant) ou si vous aimeriez vous lancer dans l'observation à but scientifique de ces objets, soyez les bienvenus sur ce groupe francophone.

 

L'essaim météoritique des Perséides, actif entre le 17 Juillet et le 24 Août, est de loin le plus connu et le plus apprécié des essaims de météores. Son maximum d'activité se produit le 12 ou 13 Août selon les années.

 

Shower 

Activity Period 

Maximum

Radiant

V_infty

ZHR 

Horaire prévu

(en UTC)

Phase

Date

sol

a

d

km/s

Perseids (PER)

Jul 17 - Aug 24

Aug 13

140.0°

48°

+58°

59

2.2

100

06h25

Source : IMO

La phase de la Lune est indiquée pour le jour du maximum prévu

L'horaire du maximun d'activité, calculé en fonction de la Longitude solaire, est donné à titre indicatif

 

Le retour annuel des "étoiles filantes" ayant lieu en pleine période estivale, les jours entourant la date de son maximum d'activité donnent l'occasion à de nombreux observateurs de passer une belle nuit sous les étoiles à contempler ce magnifique spectacle... et de faire une multitude de voeux. De même, de nombreux Clubs d'Astronomie proposent en cette circonstance des soirées spéciales très appréciées sur le thème des météores ou plus généralement sur la découverte du ciel.

 

 

Où et quand admirer les "étoiles filantes" ?

 

Les Perséides ont produit une forte activité à partir d'un maximum principal inattendu, associée au passage au périhélie de la comète parent, 109P/Swift-Tuttle, en 1992. Une activité renforcée avant le maximum habituel a été vue la dernière fois en 2004. La période orbitale de la comète est d'environ 133 ans, et son prochain retour au périhélie aura lieu en Juillet 2126.

 

D'après les observations des récentes années, le moment du maximum principal d'activité varie entre ~139,8° et 140,3° de longitude solaire. Le maximum d'activité en 2015 devrait donc se produire entre 01h30 et 14h00 UTC le 13 Août 2015, avec peut-être un peu plus d'activité entre 06h25 UTC (LS = 140,0°) et 09h00 UTC (LS = 140,1°), lors de la rencontre de la Terre avec une partie du flot de minuscules débris laissés sur son orbite par la comète 109P/Swift-Tuttle à l'origine de cet essaim.

 

Par ailleurs, la modélisation par Jérémie Vaubaillon (IMCCE, Paris) indique que la Terre doit passer le 12 Août à 18h39m UT très près du flot de particules laissées lors du retour de la comète en 1862, à une distance de seulement environ 0,00053 Unités astronomiques, soit à 80.000 km environ. Le niveau d'activité de ce pic supplémentaire reste cependant incertain. Les taux plus élévés, s'ils se produisent, peuvent persister pendant plusieurs heures autour de ce pic potentiel.

 

Les spécialistes de l'IMO (International Meteor Organization) prévoient en 2015 une activité plutôt "normale", avec un ZHR d'environ 100. Aucun pic supplémentaire n'est prévu cette année... mais cela ne signifie pas qu'un surplus d'activité imprévu soit impossible.

 

 

Rappel : le ZHR (Zenithal Hourly Rate) ou taux horaire moyen est l'évalutation du nombre d'étoiles filantes que pourrait voir en une heure un observateur idéalement placé sous un ciel d'un noir parfait et sous un radiant se situant au zénith.

 

 

De son côté, l'IAU Meteor Data Center (IAU-MDC) répertorie le retour annuel de l'essaim à la Longitude Solaire de 140,19°, laissant supposer que le maximum se produira le 13 Août vers 11h15 UTC.

 

Selon le spécialiste russe Mikhail Maslov, en 2015-2017, la Terre va rencontrer la partie perturbée du flot de Perséides qui a été déplacée plus près de l'orbite de la Terre par la gravitation de Jupiter. Ceci signifie que dans ces années, il faut s'attendre à des activités accrues des Perséides. Les particules pour la plupart décalées (par environ 0,01 UA) rencontreront la Terre en 2016. Pour 2015, la valeur de déplacement est d'environ 0,0045 UA, aussi en 2015 les Perséides devraient donner une activité plus élevée que l'activité habituelle des dernières années, et le ZHR devrait atteindre ~120 météores.

 

Perséides 2015

12 Août

13 Août 2015

Longitude Solaire (LS)

 

 

139.8°

 

 

 

140.0°

 

140.1°

 

140.19°

 

140.3°

Jérémie Vaubaillon (IMCCE)

18h39 UT

 

IMO, d'après observations

 

entre 01h30 UTC et 14h00 UTC

IM0

 

entre 06h25 UTC et 09h00 UTC

 

Mikhail Maslov

 

06h25 UTC

 

IAU-MDC

 

11h15 UTC

 

Les horaires, calculés en fonction de la Longitude Solaire, sont donnés à titre indicatif

 

La Nouvelle Lune du 14 Août signifie que quoi qu'il arrive, cela se fera sous un ciel bien sombre. Les conditions sont par conséquent excellentes pour vérifier ces prévisions.

 

Phase de la Lune au moment du maximum d'activité de l'Essaim météoritique

(vue depuis l'hémisphère Nord)

01

02

03

04

05

06

07

08

09

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

DQ

NL

PQ

PL

 

 

La partie de notre planète plongée dans la nuit, le 12 Août 2015 à 18h39 UTC

La partie de notre planète plongée dans la nuit, le 13 Août 2015 à 06h25 UTC

Les sites des latitudes nord sont les mieux placés pour l'observation des Perséides, et depuis ces lieux, le radiant de l'essaim peut être utilement observé vers 22h23h, heure locale, gagnant de l'altitude tout au long de la nuit.

 

L'heure du pic du 12 Août privilégie surtout les longitudes asiatiques, tandis que les horaires du 13 Août pour la rencontre des particules avec la Terre lors du maximum « traditionnel » sont plus favorables pour les sites nord-américains, en supposant que ce pic traditionnel se produise comme prévu. Il est à noter que les Perséides ne sont pas observables depuis une grande partie de l'hémisphère sud.

 

En France, ceux qui auront la bonne idée d'observer les "étoiles filantes" dans la nuit du 12 au 13 Août pourront certainement voir jusqu'à environ 70 météores par heure vers 05h00 (heure locale) le 13. Nos amis Québéquois pourront également admirer de nombreux météores, jusqu'à pas loin de 80 par heure aux environs de 04h20 (heure locale).

 

L'essaim des Perséides produit des météores très rapides (59 km/s). Certains laissent parfois une longue traînée brillante et persistante visible plusieurs secondes après leur passage. Plus rares, certains météores atteignent une magnitude inférieure à -3, donnant lieu à d'impressionnants bolides.

 

Les Perséides figurent parmi les essaims les plus actifs de l'année. Lorsque les conditions météorologiques sont favorables, ceux qui projettent en cette occasion de passer une nuit d'été dehors sous les étoiles sont rarement déçus et passent généralement une nuit passionnante à contempler le ciel en admirant au passage les nombreuses et furtives visiteuses qui se consument en traversant les hautes couches de l'atmosphère terrestre.

 

Comme pour tous les essaims, il est fortement recommandé d'observer les nuits entourant la date du maximum d'activité. La veille du maximum (nuit du 11 au 12), mais aussi la nuit qui suit le maximum (nuit du 13-14), devraient également contenter les amateurs de beaux spectacles, notamment en toute fin de nuit.

 

 

Un peu d'Histoire :

 

La comète 109P/Swift-Tuttle

 

Cette comète a été découverte par Lewis Swift en Juillet 1862 alors qu'il pensait observer la comète Schmidt découverte une quinzaine de jours plus tôt.

 

De son côté, sans avoir connaissance de la découverte par Swift, Horace Parnell Tuttle découvre l'objet trois jours plus tard. Lorsque Swift apprend la découverte de Tuttle, il réalise son erreur, et fait son annonce de découverte. Thomas Simons, Antonio Pacinotti et Carlo Toussaint, Schjellerup, ou encore John Tebbutt, ont également fait la découverte de l'objet.

 

Après les calculs d'orbite, B. Marsden suggère que la comète est identique à celle de 1737 découverte par Kegler.

 

La comète, retrouvée en 1992 par Tsuruhiko Kiuchi fut suivie juqu'en Mars 1995. Son retour a fait l'objet de très nombreuses observations.

 

Gary Kronk releva que les comètes observées en Chine en -68 et en 188 pourraient être 109P/Swift-Tuttle.

 

Des calculs indépendants de Brian Marsden et G. Waddington confirmeront le lien.

 

 

Pour en savoir plus....

 

Meteor Showers Online - Perseids

 

The International Meteor Organization- Calendrier 2015

 

Perseids: prediction of activity - Mikhail Maslov

 

Perseids paqes - IMCCE

 

Predictions E. Lyytinen

Predictions E. Lyytinen

 

The past and future motion of Comet P/Swift-Tuttle

 

Everything you need to know: Perseid meteor shower

 

Fluxtimator

 

IAU-Meteor Data Center

 

Radio Meteor Observatory's On Line

 

Surnommé "Larmes de Saint-Laurent", car la date du maximum se situait autrefois le 10 Août, jour de la Saint-Laurent, c'est, sans conteste, l'essaim le plus connu des astronomes amateurs et du grand public.

 

Observables en période estivale, du 17 juillet au 24 Août, avec un maximum vers le 12 Août, les Perséides ont pour origine les débris laissés sur son orbite par la comète Swift-Tuttle (1862 III), aujourd'hui dénommée 109P/Swift-Tuttle, d'une période de 133 ans.

 

La plus ancienne référence à cet essaim est issue d'annales chinoises et date de l'an 36. On retrouve également de nombreuses traces d'observations du 8è au 11è siècle dans les écrits chinois, coréens ou japonais, mais seulement quelques mentions éparses dans les écrits des siècles suivants.

 

En 1835, l'astronome belge Adolphe Quételet (1796-1874) démontra la périodicité annuelle de l'essaim. A partir de 1839, les pluies météoritiques des Perséides ont été régulièrement suivies par de nombreux observateurs à travers le monde, et notamment par l'allemand Eduard Heis qui fut le premier à fournir un compte horaire pour cet essaim. Un accroissement notable du nombre de météores fut noté pour les années 1861 à 1863.

 

La mise en évidence de la relation entre la comète Swift-Tuttle (1862 III) découverte en 1862, et cet essaim de météores est due à l'astronome italien Giovanni Virginio Schiaparelli (1835/1910) vers 1866.

 

Comme pour de nombreux essaims, les retours successifs de la comète-parent sont à l'origine de la distribution des météores tout au long de l'orbite de la comète, mais les météores devraient être plus denses au voisinage de celle-ci. Il en résulte que l'activité météoritique est sensiblement plus intense lorsque la comète est proche de son passage au périhélie. Les taux élevés de Perséides enregistrés dans les années 1861 à 1863 sont probablement dus au retour au périhélie de la comète Swift-Tuttle.

 

Au début du 20è siècle, les taux horaires se stabilisent aux alentours de 50 météores par heure entre 1901 et 1910, suivis d'une nette diminution puisqu'en 1911 et 1912 les taux redescendent respectivement à 4 et 12, avant de revenir à la normale les années suivantes. Un sursaut inexpliqué, puisque la comète était proche de son aphélie, fut noté en 1920 avec un taux de 200 météores par heure. Les années suivantes, le nombre de météores observés reprit son rythme "normal", hormis en 1931 et 1945, où les taux s'élèvent respectivement à 160 et 189. Une légère remontée des taux a été également enregistrée entre les années 1966 et 1975 avec un ZHR de 60. Le ZHR passe à 90 entre 1976 et 1982, et à 187 en 1983, puis redescend à 60 en 1984. Il est de 40 en 1985 et de 60 en 1986.

 

A l'approche du nouveau passage au périhélie de la comète (Décembre 1992), une nette remontée des taux a été observée. Ainsi, en 1988, on enregistra un pic secondaire, quelques heures avant le pic principal, probablement constitué de débris cométaires fraîchement éjectés. Le pic secondaire, dépassant parfois en intensité le pic principal, a également été revu les années suivantes, en 1989-90-91 et 92.

 

Au vu des taux enregistrés en 1863, soit un an après le passage de la comète Swift-Tuttle de 1862, on en déduisit que l'année 1993 devrait tenir ses promesses et offrir aux observateurs une "tempête". Mais la tempête prévue n'eut pas lieu. Le ZHR qui était de 284 en 1991 et de 220 en 1992, passa à 264 en 1993. L'année suivante, le taux horaire fut seulement de 238. Ce pic a été revu régulièrement jusqu'en 1999, mais n'a pas réapparu en 2000, 2001 et 2002. En toute logique, le sursaut d'activité et le pic primaire, inexistants avant 1988, et associés aux débris laissés par la comète lors de son passage au périhélie de 1992, est en voie de diminution au fur et à mesure de l'éloignement de la comète.

 

Les spécialistes s'attachent chaque année, en analysant les données recueillies les années précédentes, à nous en apprendre un peu plus sur cet essaim majeur. Il ressort de leurs analyses que le pic principal traditionnel des Perséides semble dériver lentement au fil des ans (dérive annuelle de +0.05 en longitude héliocentrique).

 

Ces dernières années, ce maximum a plusieurs fois été précédé d'un pic qui s'est manifesté vers la longitude 139,8°-139,9°, bien que dans les toutes dernières années ce pic annoncé n'a pas eu lieu. Les spécialistes estiment que ce phénomène exceptionnel était lié au retour au périhélie (en 1992) de la comète 109P/Swift-Tuttle à l'origine de l'essaim comme c'était déjà le cas lors du retour au périhélie en 1862 de la comète. La comète s'éloignant désormais du Soleil, il est fort probable que ce pic ne se reproduise plus. 

 

En 1997, un troisième pic, probablement issu des débris laissés par la comète lors de son passage en 1862, fut observé en Europe après le pic principal, vers 140,4° de longitude solaire. Le taux horaire fut estimé à 68 cette année-là. Ce troisième pic a été observé régulièrement depuis son apparition.

 

Des simulations informatiques réalisées par Peter Brown il y a plusieurs années ont suggéré un possible regain d'activité proche du pic principal pour 2006, avec une activité cependant moins importante que celle de 2004, année où se produisit un court et intense pic proche de celui prévu peu avant le pic traditionnel.

 

Les Perséides en 2005 ont montré un taux d'activité moyen normal estimé à 90 météores, sans horaire de pic précis, probablement en raison de la quantité limitée de données.

 

La présence d'une Lune gibbeuse décroissante quelques jours seulement après la Pleine Lune au moment du maximum du pic d'activité des Perséides en 2006 a malheureusement fortement compromis l'observation de l'essaim.

 

Les données de l'IMO sur l'activité de l'essaim en 2007, avec des conditions d'observations très favorables puisque le maximum d'activité avait lieu en période de Nouvelle Lune, indiquent que le taux horaire moyen maximum (ZHR max) était de 93.

 

En 2008, les observateurs ont noté un ZHR maximum de 116 à la Longitude Solaire de 140.600°.

 

En 2009, deux pics ont été clairement observés : le premier à la Longitude Solaire de 139.623° avec un ZHR maximum de 120, le second à la Longitude Solaire de 140.505° avec un ZHR voisin de 180.

 

En 2010, d'après les rapports d'observations auprès de l'IMO portant sur un peu plus de 90.000 perséides observées par 305 observateurs différents répartis dans 42 pays, le ZHR maximum a été estimé à 91.

 

En 2011, le ZHR maximum, déduit des rapports d'observations auprès de l'IMO portant sur un peu plus de 6.700 perséides observées par 139 observateurs différents répartis dans 31 pays, a été estimé à 58.

 

En 2012, d'après les rapports d'observations auprès de l'IMO portant sur un peu plus de 27.500 perséides observées par 269 observateurs différents répartis dans 37 pays, le ZHR maximum a été estimé à 122, et s'est produit lors du passage à la Longitude solaire de 140,142° à 15h34 UTC.

 

En 2013, le ZHR maximum, déduit des rapports d'observations auprès de l'IMO portant sur un peu plus de 34.805 perséides rapportées par 303 observateurs différents répartis dans 37 pays, a été estimé à 109, en supposant un indice de population de r=2.0.

 

En 2014, le ZHR maximum, déduit des rapports d'observations auprès de l'IMO portant sur 6.280 perséides observées par 141 observateurs différents répartis dans 30 pays, a été estimé à 68, en supposant un indice de population de r=2.0, et s'est produit lors du passage à la Longitude solaire de 140,057° à 01h40 UTC le 13 Août.

 

L'essaim des Perséides, malgré sa longévité, montre toujours une belle activité, et le pic principal (ZHR=100) de cette année devrait contenter les amateurs de beaux spectacles.

 

 

Où regarder ?

 

L'essaim météoritique des Perséides tire son nom du fait que les étoiles filantes semblent provenir d'un même point du ciel (le radiant) situé dans la constellation de Persée.

 

Lors du maximum, le radiant des Perséides (RA=46° [3 h 4 m], DEC=+58°)

est situé non loin du Double Amas de Persée. 

 

Le radiant, situé dans la constellation de Cassiopée (Cassiopeia) en Juillet, se déplace progressivement vers Persée (Perseus) début Août, pour finir sa course dans la constellation de la Girafe (Camelopardalis).

 

Position du radiant

Date

AD

Déc

Jul 15

+50°

Jul 20

11°

+52°

Jul 25

22°

+53°

Jul 30

29°

+54°

Aug 5

37°

+56°

Aug 10

45°

+57°

Aug 15

51°

+58°

Aug 20

57°

+58°

Aug 25

63°

+58°

Source : IMO

  

Il est souhaitable de regarder dans les zones autour du radiant, en étant attentif à tout éclair de lumière surgissant dans le ciel. Les meilleures zones d'observation se situeront en direction des constellations du Cygne, de Pégase ou du Dragon, à environ 40-60° de part et d'autre du radiant.

 

Pour les latitudes moyennes de l'hémisphère nord, et notamment en Europe ou au Québec, le radiant est circumpolaire et devient observable dès le début du crépuscule civil (Soleil à 6 degrés sous l'horizon), soit une trentaine de minutes après le coucher du Soleil. Le radiant gagne ensuite en altitude tout au long de la nuit.

 

 

Emplacement des principaux différents radiants des essaims météoritiques observables le 13 Août à 00h00 UTC (Paris - France).

PER = Perséides; KCS = kappa-Cygnides; CAP = alpha-Capricornides; SDA = delta-Aquarides Sud; SIA = iota-Aquarides Sud ; NDA = delta-Aquarides Nord

 

 

Avec quel matériel ?

 

L'observation des essaims de météores peut s'apprécier sans matériel spécifique, l'observation à l'oeil nu étant le moyen le plus simple de profiter du spectacle. Toutefois, pour ménager vos vertèbres cervicales, il est préférable de s'allonger à même le sol, d'utiliser une chaise longue ou un siège réglable, ce qui vous permettra ainsi de scruter le ciel dans de meilleures conditions.

 

Un carnet vous sera également indispensable si vous souhaitez noter vos observations, surtout si vous avez la chance de voir passer un bolide. Enfin, une paire de jumelles sera utile si vous souhaitez observer les traînées lumineuses laissées par les bolides.

 

Une manière efficace d'observer visuellement les météores est la méthode du comptage, où l'observateur note les météores vus sur un papier ou enregistre le comptage sur un magnétophone en donnant la magnitude estimée du météore et l'appartenance à l'essaim observé. Cette méthode très simple à mettre en oeuvre permet d'établir par la suite un rapport d'observation.

 

exemple :
August 8, 2007 Lieu d'observation (Ville, Pays)
Longitude 000 degrees 00' 00" East,
Latitude 00 degrees 00' 00" North.
UT Period    Field    Teff   F   LM    PER  KCG  SPO
7:44-8:47     60N     1.01  1.0  6.51   3    2    9

Note : La première colonne (UT Period) fait référence à la période d'observation, en Temps Universel. Le seconde colonne (Field) est le secteur du ciel où le champ visuel a été concentré. La troisième colonne (Teff) représente le temps effectif d'observation, c'est-à-dire en tenant compte des pauses ou du temps non passé à observer le ciel. La colonne (LM) est la magnitude limite moyenne à l'oeil nu, déterminée à partir d'au moins trois champs d'étoiles. Les colonnes suivantes indiquent le nombre de météores pour chaque essaim observé.

 

Total Meteors: 14
Magnitude Distributions:
Shower  -5  -4  -3  -2  -1  0  1  2  3  4  5
PER      1       1                         1
KCG                               1  3
SPO                         1     1  2  4

 

Note : La magnitude -4 est comparable à l'éclat de la planète Vénus, la magnitude -1 à la brillante étoile Sirius, La majorité des étoiles visibles à l'oeil nu sont de magnitude +2 à +3. Les plus faibles étoiles que l'on peut voir à l'oeil nu sous un ciel bien sombre sont de magnitude +6 à +7.
Un météore de magnitude inférieure à -3 est considéré comme un bolide.

La table contient les magnitudes de tous les météores observés, et la moyenne (dernière colonne) pour l'essaim.

 

L'oeil nu peut détecter des météores jusqu'à approximativement la magnitude +7 dans d'excellentes conditions à proximité du centre du champ visuel. Les techniques vidéo permettent la détection des météores à la magnitude +8, et les observations de météores par radar ou avec un télescope peuvent permettre la détection de météores faibles, jusqu'à la magnitude +11. Si la détection au moyen de la photographie peut difficilement concurrencer ces deux dernières méthodes de recherche de météores qui réclament d'avantage de technique, elle est en revanche moins onéreuse et en conséquence plus facilement abordable pour l'astronome amateur.

 

L'observation vidéo a quelques avantages par rapport à d'autres méthodes d'observation, et peut être combinée avec l'observation visuelle, photographique ou télescopique. En utilisant un système vidéo vous avez la puissance d'un observateur visuel ou même télescopique, mais une exactitude beaucoup plus élevée. Vous pouvez déterminer tous les paramètres importants des météores tels que l'heure, le temps d'observation, la position, l'éclat, et la vitesse.

 

Les météores peuvent également être détectés par radio. En pénétrant dans l'atmosphère terrestre, le météore crée derrière lui une ionisation locale, qui à la propriété de réfléchir les ondes électromagnétiques du spectre radio. Le moyen le plus simple "d'entendre" cet écho radio est de rechercher une fréquence de la bande FM (88-108MHz) où habituellement aucune radio ne diffuse. Le passage d'un météore engendrera la diffusion d'un signal radio sporadique là où il n'y avait qu'un bruit de fond. Cependant, la majorité des échos sont très difficilement discernables car très rapides et presque noyés dans le bruit de fond. Des techniques un peu plus sophistiquées peuvent être mises en oeuvre au moyen d'une radio, d'un ordinateur, et d'un logiciel de détection, par toute personne intéressée par cette technique simple de radioastronomie.

 

 

Faire un rapport d'observation

 

Vous avez observé, lors d'une soirée d'observation ou tout à fait par hasard, un impressionnant météore d'une magnitude inférieure à -3, autrement dit un "bolide"... alors n'hésitez pas à remplir le formulaire (en français) : http://fireballs.imo.net/members/imo/report_intro

 

 

Et la Photographie ?

 

Rien de plus facile ! Un appareil photo (type reflex) muni d'un objectif grand-angle ouvert à f/d 2 réglé sur l'infini, un bon trépied stable et un déclencheur manuel pour éviter les vibrations. De bons résultats peuvent également être obtenus avec un 50mm ouvert au maximum.

 

Choisissez de préférence un film rapide de 400 ou 800 ISO.

 

Quelle que soit la position du radiant, visez de préférence au zénith, vous aurez ainsi plus de chance de capturer le passage d'étoiles filantes.

 

N'hésitez pas à faire des poses d'environ 3 à 5 minutes avec une pellicule 400 ISO, surtout si vous êtes loin de toutes lumières parasites. Evitez cependant d'avoir la Lune dans le champ de l'objectif, ou à proximité en raison des reflets secondaires. Si vous souhaitez privilégier la prise de vue des traînées persistantes, utilisez de préférence une pellicule de 800 ISO, avec un temps de pose compris entre 30 et 60 secondes.

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux