La Mission Cassini-Huygens rencontre

Encelade

 

 

Nouvelles du Ciel SPECIAL CASSINI-HUYGENS

 

 

A la découverte de SATURNE

A la découverte de TITAN

A la découverte de PHOEBE

A la découverte de JAPET

A la découverte de DIONE

A la découverte de RHEA

A la découverte de TETHYS

A la découverte de ENCELADE

A la découverte de MIMAS

A la découverte des petits satellites de SATURNE

La Mission Cassini-Huygens

Un Dossier préparé par Cédric BEMER

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 

La Galerie : Découvrez SATURNE et ses Satellites : Mimas  Encelade  Téthys  Dioné  Rhéa  Titan  Hypérion  Japet  Autres Satellites

 


 

05 Septembre 2011

Encelade fait la pluie sur Saturne

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Utilisant les données du télescope infrarouge Herschel de l'ESA, une équipe internationale incluant cinq chercheurs de l'Observatoire de Paris et du CNRS a résolu le mystère vieux de 15 ans de l'origine de l'eau dans la haute atmosphère de Saturne. Le composé est expulsé sous forme de vapeur et de glace par les geysers et panaches actifs au pôle sud d'Encelade, une des lunes de la planète géante aux anneaux. Le satellite de 500 kilomètres de diamètre rejette ainsi environ 250 kilogrammes d'eau par seconde puis elle s'accumule en un vaste nuage diffus qui dessine un anneau qui entoure Saturne. Lentement, 3 % à 5 % de cette matière finit par retomber dans l'atmosphère de la planète. Encelade constitue ainsi le premier exemple d'un satellite du Système solaire qui influence la composition de son astre parent.

 

Les panaches de vapeur d'eau au pôle sud d'Encelade, observés par la sonde Cassini. (NASA/JPL/Space Science Institute)

 

Les observations effectuées par le télescope spatial Herschel ont montré que l'eau éjectée par le satellite Encelade formait un anneau (un « tore ») de vapeur qui entoure Saturne et enveloppe la trajectoire de la lune autour de sa planète. Les panaches et geysers qui s'échappent d'Encelade avaient été découverts en 2005 sur les images transmises par la sonde Cassini-Huygens de l'ESA et de la Nasa.

 

Les observations réalisées dans l'infrarouge submillimétrique corroborent l'existence de l'anneau gazeux, composé de molécules d'eau et alimenté par les geysers du pôle sud d'Encelade. Elles révèlent un cas encore unique d'interaction entre un satellite et l'atmosphère de sa planète.

 

Un cas unique

L'eau dans l'atmosphère supérieure des planètes géantes (Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune) et du satellite Titan a été découverte en 1997 par l'observatoire infrarouge Infrared Space Observatory ISO de Agence spatiale européenne ESA, puis étudiée par le satellite submillimétrique Submillimeter Wave Astronomy Satellite SWAS de la Nasa. Son origine s'est avérée jusqu'ici particulièrement énigmatique. En effet, les atmosphères des planètes extérieures contiennent bien des traces d'eau dans leurs couches profondes, suffisamment tièdes. Mais l'eau se condense en nuages dans les couches moyennes et ne peut migrer dans les couches supérieures. La présence d'eau dans ces couches supérieures doit provenir d'une source extérieure.

 

Encelade au sein de son vaste anneau de gaz, observés en lumière visible par la sonde Cassini. (NASA/JPL/Space Science Institute)

Les nouvelles observations, obtenues avec le spectromètre submillimétrique HIFI (Heterodyne Instrument for the Far-Infrared) d'Herschel, sont fondamentalement différentes de celles pratiquées dans le passé. Alors que les enregistrements (spectres) obtenus par SWAS et ISO ne présentaient que des signatures (raies) en émission de l'eau dans l'atmosphère de Saturne, Herschel a montré en plus des indices (raies) d'absorption, ce qui révèle la présence de molécules d'eau placées devant la planète par rapport à la Terre, dans un environnement plus froid. La première indication de cette absorption a été obtenue durant l'été 2009 puis elle a été confirmée en 2010 à plusieurs longueurs d'onde différentes.

 

Les raies spectrales de l'eau observées par le satellite SWAS en 1999 et par le télescope spatial Herschel en 2009-2010. (P. Hartogh et al., A&A, 532, L2, 2011. © ESO)

Vaste anneau de gaz autour de Saturne

L'explication est que l'eau détectée par Herschel réside au sein d'un anneau de matière ténu alimenté par les panaches du pôle sud du satellite Encelade. La structure s'étend à une distance du centre de la planète équivalente à environ quatre fois son rayon.

 

Une faible partie (seulement 3 à 5 %) de l'eau éjectée plonge dans les hautes couches de l'atmosphère de Saturne, alors qu'une proportion plus grande atteint les satellites de la planète et ses anneaux. La quantité d'eau qui atteint Saturne est cependant suffisante pour expliquer l'abondance de cette molécule observée dans la haute atmosphère de Saturne. Encelade apparaît donc comme le principal pourvoyeur d'eau dans la haute atmosphère de Saturne, ce qui constitue le premier exemple connu d'un satellite modifiant la composition chimique de sa planète-mère.

 

En revanche, l'eau émise par Encelade ne semble pas être en mesure d'expliquer les quantités d'eau dans l'atmosphère de Titan, la plus grosse lune brumeuse et glacée de Saturne, où une autre source d'eau semble donc requise. L'investigation continue…

 

Pour en savoir plus

- Voir le communiqué de presse de l'ESA (en anglais)

- Voir l'actualité scientifique et technique de l'ESA (en anglais)

 

Référence

Les travaux scientifiques originaux font l'objet d'un article « Direct detection of the Enceladus water torus with Herschel » paru dans la revue européenne Astronomy & Astrophysics.

 

Collaboration

Les observations de l'eau autour de Saturne font partie du programme clé de temps garanti sur Herschel « l'eau et la chimie associée dans le Système solaire », qui rassemble une équipe internationale menée par Paul Hartogh du Max-Planck-Institut für Sonnensystemforschung, Allemagne.

 

Instituts partenaires impliqués dans ces travaux :

- Max-Planck-Institut für Sonnensystemforschung, Katlenburg-Lindau, Germany
- Observatoire de Paris, Laboratoire d'Etudes Spatiales et d'Instrumentation en Astrophysique LESIA (Observatoire de Paris, CNRS, Université Pierre et Marie Curie, Université Paris-Diderot), France (E. Lellouch, R. Moreno, D. Bockelée-Morvan, N. Biver, J. Crovisier)
- California Institute of Technology, Pasadena, USA
- Université de Bordeaux, Observatoire Aquitain des Sciences de l'Univers, CNRS, UMR 5804, Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux (T. Cavalié)
- SRON, Groningen, The Netherlands
- Herschel Science Centre, European Space Astronomy Centre, Madrid, Spain

 

Source : Observatoire de Paris http://www.grandpublic.obspm.fr/Encelade-fait-la-pluie-sur-Saturne

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


23 Juillet 2009

Encelade montre la preuve d'ammoniac

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Les données collectées au cours de deux survols de la lune Encelade de Saturne par le vaisseau spatial Cassini jetent de l'huile sur le feu à propos d'un monde de glace saturnien contenant de l'eau liquide sous la surface. Les données collectées par l'instrument Ion and Neutral Mass Spectrometer de Cassini au cours des survols en Juillet et Octobre 2009, ont été publiées dans l'édition du 23 Juillet du Journal Nature.

 

"Quand Cassini a volé à travers le panache jaillissant d'Encelade le 08 Octobre de l'année dernière, notre spectromètre pouvait flairer beaucoup de produits chimiques complexes, y compris des organiques, dans la vapeur et les particules glaciales," commente Hunter Waite (Southwest Research Institute, San Antonio, Texas), scientifique principal du Cassini Ion and Neutral Mass Spectrometer. "Un des produits chimiques définitivement identifiés était l'ammoniac."

 

Sur Terre, la présence de l'ammoniac signifie le potentiel pour des planchers et des comptoirs étincelants de propreté. Dans l'espace, la présence d'ammoniac fournit la preuve irréfutable pour l'existence d'au moins un peu d'eau liquide.

 

Comment l'ammoniac a-t-il pu s'assimiler à l'eau liquide à l'intérieur d'une lune couverte de glace dans un des voisinages les plus froids de notre Système solaire ? Comme beaucoup de propriétaires intéressés pour garder leurs demeures impeccable le savent, l'ammoniac se dissout rapidement dans l'eau. Mais ce que beaucoup de personnes ne réalisent pas est que l'ammoniac agit en tant qu'antigel, en gardant l'eau liquide à une température plus basse que celle que possible autrement. Avec la présence d'ammoniac, l'eau peut exister dans un état liquide à des températures aussi basses que 176 degrés Kelvin (-97.15 degrés Celsius).

 

"Étant donné que des températures au-dessus de 180 Kelvin (-93.15 degrés Celsius) ont été mesurées près des fractures sur Encelade où les jets émanent, nous pensent que nous avons un excellent argument pour un intérieur d'eau liquide," ajoute Waite.

 

Cassini a découvert de la vapeur et des particules d'eau se répandant d'Encelade en 2005. Depuis lors, les scientifiques avaient essayé de déterminer si le panache provient d'une source liquide à l'intérieur de la lune ou est due à d'autres causes.

 

L'ammoniac est une sorte de Saint Graal pour le volcanisme glacial," commente William McKinnon, un scientifique de l'Université de Washington à Saint Louis, Missouri. "C'est la première fois que nous l'avons trouvé à coup sûr sur un satellite glacial d'une planète géante. Il est probablement partout dans le système de Saturne."

 

Quelle quantité d'eau est contenue dans l'intérieur glacial d'Encelade est toujours en cours de discussion. Jusqu'ici, Cassini a fait cinq survols d'Encelade, l'un des principaux objectifs pour la mission prolongée de Cassini. Deux survols proches sont programmés pour Novembre de cette année, et deux survols plus proches sont programmés pour Avril et Mai ou 2010. Les données collectées au cours de ces futurs survols peuvent aider à clôre le débat.

 

"Où l'eau liquide et les produits organiques existent, y a t'il de la vie ?" s'est demandé Jonathan Lunine, un scientifique de Cassini de l'Université d'Arizona, Tucson. "Tel est le cas pour la Terre ; ce qui a été trouvé sur Encelade renforce la promesse de cette lune de contenir des environnements habitables potentiels."

 

http://www.jpl.nasa.gov/news/features.cfm?feature=2238

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


29 Juin 2009

Cassini relève des indices suggérant qu'Encelade abrite un océan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Les scientifiques européens de la mission conjointe NASA/ESA Cassini ont détecté pour la première fois des sels de sodium dans les particules de glace de l'anneau E de Saturne, qui est alimenté par les panaches de vapeur d'eau et de particules de glace émis par la lune Encelade de Saturne. La détection de glace salée indique que la petite lune abrite un réservoir d'eau liquide - peut-être même un océan - sous sa surface.
 
Cassini a découvert des geysers d'eau glacée sur Encelade en 2005. Ces jets, émis par des fractures à proximité de son pôle sud, projettent de minuscules particules de glace et de vapeur, dont certaines échappent à la gravité du satellite pour alimenter l'anneau externe de Saturne, l'anneau E.

 

L'analyseur de poussière cosmique de Cassini, exploité par l'équipe du chercheur principal Ralf Srama de l'Institut Max Planck de Physique nucléaire de Heidelberg en Allemagne, a examiné la composition de ces grains et découvert qu'ils contenaient du chlorure de sodium (du sel de table).

 

« Nous pensons que le matériau salé provient des profondeurs d'Encelade où la roche est en contact avec une couche liquide », déclare Frank Postberg, scientifique de la mission Cassini sur l'Analyseur de poussière cosmique à l'Institut Max Planck de Physique nucléaire de Heidelberg. Frank Postberg est le principal contributeur d'une étude publiée dans l'édition du 25 juin du journal Nature.

 

Les chercheurs travaillant sur l'Analyseur de poussière cosmique concluent que de l'eau liquide doit être présente, parce que c'est le seul moyen de dissoudre des quantités significatives de minéraux capables d'expliquer les niveaux de sel détectés. Le processus de sublimation - le mécanisme par lequel de la vapeur est directement émise par de la glace solide dans la croûte - ne peut expliquer la présence de sel.

 

La constitution des particules de l'anneau E, déterminée par une analyse chimique de milliers de chocs de particules à vitesse élevée enregistrés par Cassini, fournit des informations indirectes sur la composition des panaches et sur ce que renferme Encelade. Alors que les particules de l'anneau E sont presque de l'eau pure à l'état de glace, l'analyseur de poussière a détecté du sodium à l'intérieur des particules dans pratiquement chaque analyse de composition.

 

« Nos mesures révèlent qu'en plus du sel de table, les particules contiennent également des carbonates tels que la soude, et ces deux composants sont dans des concentrations telles qu'elles correspondent à la composition prévue d'un océan d'Encelade », déclare Frank Postberg. « Les carbonates entraînent également un pH légèrement alcalin. Si la source liquide est un océan, ce fait, associé à la chaleur mesurée à la surface à proximité du pôle sud de la lune et aux composés organiques découverts à l'intérieur des panaches, pourrait démontrer que l'environnement d'Encelade est propice à la formation de précurseurs des formes de vie. »

 

L'une des priorités essentielles de Cassini pendant son voyage prolongé baptisé « mission Équinoxe de Cassini » consiste à déterminer la nature et l'origine du panache.

 

http://www.esa.int/esaCP/SEMPG91P0WF_France_0.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


02 Novembre 2008

Survol d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Lors de son récent survol d'Encelade, le 31 Octobre 2008, le vaisseau spatial Cassini a capturé des régions de source de jets qui n'avaient pas été capturées la première fois, les sources VI et VII, dans et près de Baghdad Sulcus, et a capturé des images des sources II et III de Damascus Sulcus.

 

Les scientifiques de la mission disposent donc maintenant d'images en haute résolution (10 mètres par pixel) des sources I, II, III, V, VI et VII. Les images nouvellement acquises montrent, comme les précédentes, que la région des rayures de tigre actives est finement craquelée partout et jonchée de blocs de glace.

 

Enceladus Rev 91 Flyby - Skeet Shoot 1-4 Mosaic

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

Enceladus Rev 91 Flyby - Skeet Shoot #9

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

Enceladus Rev 91 Flyby - Skeet Shoot #8

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

Enceladus Rev 91 Flyby - Skeet Shoot #4

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Rev 91 Flyby - Skeet Shoot #1

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

 

Les prochains survols d'Encelade auront lieu les 02 Novembre 2009, 28 Avril 2010 et 18 Mai 2010, dans des conditions moins favorables en raison de l'absence de Soleil sur la région du pôle Sud d'Encelade.

 

http://blogs.nasa.gov/cm/blog/enceladus/posts/index.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Rev 80 Flyby Skeet Shoot #4

Publié le 12 Août 2008

 

Cette image est la quatrième image prise à la volée pendant le très proche survol d'Encelade par Cassini le 11 Août 2008. Cairo Sulcus traverse la partie supérieure de l'image. Une fracture non nommée s'incurve autour du coin inférieur droit. L'image a été prise par l'appareil-photo à champ restreint du vaisseau spatial Cassini le 11 Août 2008, depuis une distance d'approximativement 2.621 kilomètres au-dessus de la surface d'Encelade. L'échelle de l'image est d'environ 20 mètres par pixel.

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Rev 80 Flyby Skeet Shoot #7

Publié le 12 Août 2008

 

Cette image est la septième image prise à la volée pendant le très proche survol d'Encelade par Cassini le 11 Août 2008. Damascus Sulcus traverse la partie supérieure de l'image. L'image a été prise par l'appareil-photo à champ restreint du vaisseau spatial Cassini le 11 Août 2008, depuis une distance d'approximativement 4.742 kilomètres au-dessus de la surface d'Encelade. L'échelle de l'image est d'environ 30 mètres par pixel.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Rev 80 Flyby Skeet Shoot #3

Publié le 12 Août 2008

 

Cette image est la troisième image prise à la volée pendant le très proche survol d'Encelade par Cassini le 11 Août 2008. Cairo Sulcus traverse la partie sud de l'image. Le terrain est jonché de blocs de glace. L'image a été prise par l'appareil-photo à champ restreint du vaisseau spatial Cassini le 11 Août 2008, depuis une distance d'approximativement 1.567 kilomètres au-dessus de la surface d'Encelade. L'échelle de l'image est d'environ 18 mètres par pixel.

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Rev 80 Flyby Skeet Shoot #1

Publié le 12 Août 2008

 

Cette image est la premère image prise à la volée pendant le très proche survol d'Encelade par Cassini le 11 Août 2008. Elle capture une région près de Cairo Sulcus sur le terrain du pôle sud d'Encelade qui est jonché de blocs de glace. L'image a été prise par l'appareil-photo à champ restreint du vaisseau spatial Cassini le 11 Août 2008, depuis une distance d'approximativement 1.288 kilomètres au-dessus de la surface d'Encelade. L'échelle de l'image est d'environ 10 mètres par pixel.

 

 


12 Août 2008

Cassini commence la transmission des données du survol d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL

 

Peu après 04h03 UTC, le vaisseau spatial Cassini a commencé l'envoi de données vers la Terre à la suite du survol au plus près de la lune Encelade de Saturne. Au cours de l'approche au plus près, Cassini est passé avec succès à seulement 50 kilomètres de la surface de la minuscule lune.

 

Le signal de Cassini a été capté par la station DSN (Deep Space Network) de Canberra, en Australie, et relayé vers le contrôle de mission de Cassini au JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA à Pasadena, Californie.

 

"Nous sommes heureux d'annoncer que Cassini a commencé l'envoi de données», a déclaré Julie Webster, chef de l'équipe de Cassini au JPL. "Le transfert continuera toute la nuit et dans la matinée de demain."

 

L'approche au plus près eu lieu à environ à 22h21 UTC, tandis que Cassini voyageait à la vitesse de 17,7 kilomètres par seconde par rapport à Encelade.

 

Au cours du survol, Cassini a concentré ses caméras et autres instruments de télédétection sur Encelade avec un accent sur le pôle Sud de la lune où des bandes parallèles ou fissures surnommées "Tiger Stripes" tapissent la région. Ce secteur est d'un intérêt particulier en raison des geysers de glace d'eau et de vapeur sortant des fissures et fournissant du matériel à l'anneau E de Saturne. Les scientifiques espèrent en savoir plus sur les fissures et si l'eau liquide est en effet le moteur alimentant les geysers.

 

"Il y a beaucoup d'anticipation et d'excitation sur ce que le survol pourrait révéler aujourd'hui" a déclaré Bob Pappalardo, scientifique du projet Cassini, également du JPL. "Au cours des quelques prochains jours et semaines, les équipes de Cassini analyseront les photos et autres données pour dégager de nouveaux indices sur ce petit monde actif ".

 

Deux autres survols d'Encelade sont prévus pour Octobre. Le premier d'entre eux permettra de réduire la distance du survol de lundi de moitié et portera la sonde à un remarquable 25 kilomètres de la surface. Encelade mesure environ 500 km de diamètre - juste un septième du diamètre de la Lune de la Terre.

 

http://www.nasa.gov/mission_pages/cassini/media/cassini-20080811.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie 

   


26 Mars 2008

Résultats du survol d'Encelade du 12 Mars 2008

 

 

 

Le vaisseau spatial Cassini a goûté et échantilloné une étonnante mixture organique jaillissant à la manière d'un geyser de la lune Encelade de Saturne pendant un proche survol le 12 Mars. Les scientifiques sont complètement enivrés quant à pourquoi cette lune minuscule est si active, si chaude et débordante de produits organiques.

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Cassini-Huygens/SEMHFYQ03EF_0.html

 

 

Crédit : NASA/JPL/SwRI/SSI

 

Densité maximale d'eau

 

Le nombre de particules d'eau dans le panache d'Encelade a fait une pointe au-dessus du secteur accentué par le cercle dans cette image d'Encelade, qui est recouvert par des données de l'instrument Ion and Neutral Mass Spectrometer de Cassini, et de la trajectoire du vaisseau spatial, pendant son survol à travers le panache le 12 Mars 2008.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10362

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC/SwRI/SSI

 

Taches de jets dans les raies de tigre

 

Le rayonnement de chaleur sur la longueur entière de 150 kilomètres des longues fractures est vu dans cette carte de chaleur encore meilleure de l'active région polaire sud de la lune glacée Encelade de Saturne. Les parties les plus chaudes des fractures tendent à se trouver sur les emplacements des jets identifiés dans les images précédentes, montrés dans la version annotée avec des étoiles jaunes. Les mesures ont été obtenues par l'instrument CIS (Composite Infrared Spectrometer) du vaisseau spatial Cassini lors du survol au plus près de la lune par le vaisseau spatial le 12 Mars 2008.

 

Les températures remarquablement élevées, au moins 180 Kelvin (- 93.15 degrés Celsius) ont été enregistrées le long de la fracture la plus lumineuse, appelée Damascus Sulcus, dans la partie en bas à gauche de l'image. En comparaison, les températures de surface ailleurs dans la région polaire sud d'Encelade sont en-dessous de 72 Kelvin (-201.15 degrés de Celsius).

 

La chaleur s'échappe de l'intérieur d'Encelade le long de ces chaudes fractures, les "raies de tigre," qui sont également la source des geysers qui éclatent de la région polaire. Le rayonnement infrarouge était cartographié aux longueurs d'onde entre 12 et 16 microns. Les données infrarouges, montrées en fausses couleurs, sont superposées à une mosaïque d'images en gris du pôle sud obtenue par les appareils-photo de Cassini le 14 Juillet 2005, pendant le précédent proche survol d'Encelade. Les nombres sur la carte indiquent la latitude et la longitude.

 

Cette nouvelle vue montre qu'au moins trois des fractures polaires sud sont en activité sur pratiquementleur longueur entière— la quatrième, du côté droit, était seulement partiellement couverte par ce balayage. Le niveau d'activité change considérablement le long des fractures. Les parties les plus chaudes des fractures tendent à se trouver sur les emplacement des jets de panache identifiés dans les images précédentes. Les fractures principales "raies de tigre" ne sont pas les seules sources de chaleur, cependant ; des taches chaudes additionnelles sont vues dans la partie supérieure droite du balayage. Les régions chaudes sont probablement concentrées à moins de quelques cent mètres des fractures, et leur largeur apparente dans cette image résulte de la résolution relativement basse des données infrarouges.

 

Cette carte a été faite en balayant le pôle sud pendant la période de 16 à 37 minutes après l'approche au plus près d'Encelade, à une distance entre 14.000 et 32.000 kilomètres pendant que Cassini s'éloignait rapidement de son survol au plus près (50 kilomètres).

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10361

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 

Crédit :NASA/JPL/GSFC/SwRI/SSI

 

Raies et carte de chaleur côte-à-côte

 

Le survol du 12 Mars d'Encelade par Cassini a fourni la meilleure vue à ce jour du rayonnement thermique de l'actif pôle sud du satellite. Ces images récapitulent ce qui a été appris sur les paysages du pôle sud et le rayonnement thermique durant le proche survol précédent du 15 Juillet 2005.

 

Le panneau de gauche montre une carte du pôle sud construit à partir des images prises par le système d'imagerie du vaisseau spatial. Quatre fractures principales, officieusement appelées "raies de tigre," coupent diagonalement la région polaire sud. Dans le panneau de droite, une carte de Juillet 2005 du rayonnement thermique polaire sud, obtenue par l'instrument CIS (Composite Infrared Spectrometer) de Cassini, est superposée en fausses couleurs aux images visibles. Les observations ont révélé une principale région chaude centrée sur le pôle sud, semblant jaune et orange dans cette vue, qui coïncide avec les emplacements des raies de tigre. Cependant, ces données ont été prises de trop loin d'Encelade (environ 80.000 kilomètres) pour distinguer les détails fins du rayonnement thermique. Le survol de Juillet 2005 a également inclus quelques clichés dispersés de plan rapproché par le Composite Infrared Spectrometer ; ceux-ci ont montré que le rayonnement thermique était concentré le long des fractures, mais ces clichés couvraient seulement une petite fraction de la région polaire sud.

 

Les lignes blanches délimitent le secteur couvert par la vue beaucoup plus détaillée du pôle sud obtenue par le spectromètre durant le survol du 12 Mars 2008. Les nombres sur la carte montrent la latitude et la longitude.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10360

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 

Crédit : NASA/JPL/SwRI

 

Comètes et Encelade : chimie similaire

 

L'instrument Ion and Neutral Mass Spectrometer de Cassini a trouvé que le panache d'Encelade avait une chimie similaire aux comètes lors du passage à travers le panache le 12 Mars 2008. De la vapeur d'eau, du méthane, du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone, des produits organiques simples et des produits organiques complexes ont été identifiés dans le panache. Le graphique montre les constituants chimiques en pourcentage d'abondance trouvés dans les comètes comparés à ceux trouvés dans le panache d'Encelade.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10357

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 

Crédit : NASA/JPL/SwRI

 

Spectre de masse neutre du panache d'Encelade

 

Le panneau inférieur est un spectre de masse qui montre les constituants chimiques prélevés dans le panache d'Encelade par l'instrument Ion and Neutral Mass Spectrometer de Cassini pendant son passage à travers le panache le 12 Mars 2008. Il montre les quantités, en masse atomique par charge élémentaire (Daltons [Da]), de vapeur d'eau, de méthane, de monoxyde de carbone, de dioxyde de carbone, de produits organiques simples et de produits organiques complexes identifiés dans le panache.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10356

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 

Crédit : NASA/JPL/University of Colorado/SSI

 

Le gaz et les jets de poussières correspondent

 

Les jets de gaz à haute densité détectés par l'instrument UIS (Ultraviolet Imaging Spectrograph) de Cassini sur la lune Encelade de Saturne correspondent aux emplacements des jets de poussières déterminés des images de Cassini, marquées ici par des numéros romains. Le spectrographe a indiqué exactement les endroits des différents jets de gaz dans le panache dans une "occultation stellaire," qui implique de mesurer la lumière d'une étoile (dans ce cas-ci, zéta Orionis), lorsqu'elle est passée derrière le panache du point de vue de Cassini.

 

La ligne bleue dans cette projection montre le chemin de la lumière stellaire à travers le panache, au-dessus de la région polaire sud d'Encelade. L'instrument a regardé l'étoile à travers ce chemin dans la direction indiquée par les courtes lignes bleues.

 

Une partie des jets de poussières semble se confondre dans les données stellaires d'occultation. La diminution de lumière stellaire marquée "a" a été provoquée par les jets de poussières V et VII. La diminution de lumière stellaire marquée "b" peut être associée avec le jet de poussières I si le jet n'est pas parfaitement vertical. La diminution de lumière stellaire marquée "c" correspond au jet de poussières VI, et "d" est le jet de poussières III, avec le jet de poussières II dans l'intervalle. Les jets individuels viennent de sources avec un secteur de moins de 300 par 300 mètres, probablement étalées rectangulairement le long des "rayures de tigre". Les nouvelles données indiquent que les molécules d'eau sont soufflées hors d'Encelade à plus de 600 mètres par seconde.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10355

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 

Crédit : NASA/JPL/University of Colorado/SSI

 

Données stellaires sur le panache

 

De nouvelles mesures de structure, de densité et de composition du panache d'eau d'Encelade ont été obtenues quand l'instrument UIS (Ultraviolet Imaging Spectrograph) du vaisseau spatial Cassini a observé le passage de l'étoile zeta Orionis derrière le panache le 24 Octobre 2007, comme vu dans une animation.

 

Les changements de luminosité des étoiles pendant le passage à travers le panache ont permis au spectrographe d'identifier la composition physique et chimique du panache. Le spectrographe a détecté quatre jets de gaz à haute densité composés de vapeur d'eau. La densité de vapeur d'eau est deux fois celle du large panache de gaz qui entoure chaque jet.

 

Cette mesure confirme l'analyse théorique exécutée avant le survol qui a montré qu'il était sans danger pour Cassini de voler très près d'Encelade jadis, même à travers la partie du panache, durant le survol du 12 Mars 2008.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10354

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


14 Mars 2008

Survol au plus près d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Le vaisseau spatial Cassini a exécuté un survol audacieux de la lune Encelade de Saturne le mercredi 12 Mars, volant à environ 15 kilomètres par seconde à travers les jets comme des geysers d'eau glaciale. Le vaisseau spatial a ramassé de précieux échantillons qui pourraient indiquer un océan d'eau ou de produits organiques à l'intérieur de la petite lune.

 

Les scientifiques croient que les geysers pourraient fournir la preuve que l'eau liquide est emprisonnée sous la croûte glaciale d'Encelade. Les geysers émanent de fractures courants le long du pôle sud de la lune, répandant de la vapeur d'eau à approximativement 400 mètres par seconde.

 

Les nouvelles données fournissent un regard beaucoup plus détaillé sur les fractures qui modifient la surface et donneront une comparaison sensiblement améliorée entre l'histoire géologique du pôle nord et du pôle sud de la lune.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Les nouvelles images montrent que comparée à une grande partie de l'hémisphère sud sur Encelade -- la région polaire sud en particulier -- la région polaire nord est beaucoup plus ancienne et parsemée de cratères de diverses tailles. Ces cratères sont capturés à différentes étapes de boulversement et d'altération par l'activité tectonique, et probablement du réchauffement passé de le dessous. Plusieurs cratères semblent découpés en tranches par des petites fissures parallèles qui semblent être omniprésentes dans tous le vieux terrains parsemés de cratères sur Encelade.

 

"Ces nouvelles images nous montrent en grand détail comment le pôle nord de la lune diffère du sud, une comparaison importante pour établir l'histoire géologique évidemment complexe de la lune," commente Carolyn Porco, chef d'équipe d'imagerie de Cassini, Space Science Institute, Boulder, Colorado. "Et le succès du survol audacieux et à très faible altitude d'hier signifie que la rencontre très proche de l'été prochain, quand nous obtiendrons des images extraordinairement détaillées de la surface des sources des jets du pôle sud d'Encelade, devrait être un excitant 'prochain grand pas' dans la compréhension sur comme les jets sont alimentés."

 

Le survol de cette semaine et un autre prévu pour le 09 Octobre 2008, ont été conçus de sorte que les analyseurs de particules de Cassini pouvaient disséquer le "corps" du panache pour des informations sur la densité, la taille, la composition et la vitesse des particules. Entre autres choses, les scientifiques emploieront les données recueillies cette semaine pour trouver si les gaz du panache correspondent aux gaz qui composent le halo de particules autour d'Encelade. Ceci peut aider à déterminer comment les panaches se sont formés.

 

Durant l'approche au plus près de Cassini, deux instruments collectaient des données -- l'analyseur de poussières cosmiques (Cosmic Dust Analyzer) et le spectromètre de masse neutre et d'ion (Ion and Neutral Mass Spectrometer). Un hoquet non expliqué du logiciel avec l'instrument analyseur de poussières cosmiques de Cassini l'a empêché de rassembler des données pendant l'approche au plus près, bien que l'instrument ait obtenu des données avant et après l'approche. Pendant le survol, l'instrument commutait entre deux versions du logiciel informatique. La nouvelle version était conçue pour augmenter la capacité de compter les frappes de particules par plusieurs centaines de coups par seconde. Les quatre autres instruments de champs et de particules sur le vaisseau spatial, en plus de l'instrument Ion and Neutral Mass Spectrometer, ont capturé toutes leurs données, lesquelles compléteront les études globales de composition et élucideront l'environnement unique du panache d'Encelade.

 

Les instruments de Cassini ont découvert la preuve de jets comme des geysers sur Encelade en 2005, constatant que les éruptions continues d'eau de glace créent un halo colossal de poussières et de gaz de glace autour d'Encelade, qui contribue à l'approvisionnement de matières pour l'anneau E de Saturne.

 

C'était le premier des quatre survols d'Encelade de cette année par Cassini. Au cours du survol de mercredi, le vaisseau spatial est venu à 50 kilomètres de la surface lors de l'approche au plus près, à 200 kilomètres alors qu'il volait à travers le panache. Les futurs voyages peuvent amener Cassini même plus près de la surface d'Encelade. Cassini complètera sa mission principale, une excursion de quatre ans dans le monde de Saturne, en Juin. Par la suite, une mission prolongée proposée inclurait sept survols supplémentaires d'Encelade. Le prochain survol d'Encelade aurait lieu en Août de cette année.

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/news/press-release-details.cfm?newsID=824

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


18 Décembre 2007

Absence de sodium

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Encelade, le minuscule satellite de Saturne, est plus froid que la glace, mais les données recueillies par la mission Cassini-Huygens vers Saturne et Titan ont détecté un point chaud qui pourrait signifier que la lune pourrait accueillir la vie.

 

La chaleur étant produite sur le pôle sud de la lune à un point chaud est suffisante pour éjecter des panaches de glace et de vapeur au-dessus d'Encelade. Ces panaches, selon William B. McKinnon (Ph.D., professeur des Sciences de la Terre et planétaires dans les Arts et Sciences à l'Université de Washington à St Louis), sont les dispositifs le plus intriguants de cette lune.

 

"Les particules du panache sont comme de la fumée, de la fumée de glace," commente McKinnon. "Si vous vous teniez à la surface d'Encelade vous ne pourriez pas même voir les panaches. Les particules sont simplement plus grandes que la longueur d'onde de la lumière, de l'ordre du millième de millimètre. La plupart des corps glacés de cette taille sont géologiquement inertes, mais c'est une indication claire d'activité géologique. Cassini a trouvé des cheminées actives de vapeur d'eau. Ceci mène à des spéculations et à des questions scientifiquement intéressantes."

 

L'une est : est-ce un volcanisme actif de glace sur Encelade ? Si oui, est-il dû à de la glace se sublimant, à la façon d'une comète, ou d'un mécanisme différent, comme de l'eau bouillante, comme dans le geyser Old Faithful de Yellowstone ? La question la plus importante : s'il y a l'eau sur Encelade, y a-t-il de la vie ?

 

"Je ne pense pas ainsi," commente McKinnon. "La preuve la plus forte contre cela est que les mesures faites à partir de la Terre du panache ne montrent pas de sodium. Si la source des panaches étaient l'eau douce comme sur Terre, les panaches contiendraient assez de sodium détectable. L'eau douce s'écoule à travers les roches et sur les lits des rivières, et ainsi collecte un peu de la chimie minérale. La vue émergeante est qu'il n'y a pas de preuve évidente pour un océan souterrain en contact avec la roche, pas d'ébullition ou d'évacuation."

 

McKinnon a indiqué que le principal modèle pour la cause des panaches sur Encelade est que les marées de la lune provoquent que sa croûte coulisse ou frotte dans un ensemble de failles près du pôle sud. Cette action produit juste assez de chaleur pour vaporiser la glace qui fait les panaches.

 

L'analyse spectrale avec le télescope Keck, menée par le scientifique planétaire Nick Schneider de l'Université du Colorado, n'a pas trouvé de sodium dans les panaches ou dans la vapeur qui est en orbite autour de la lune.

 

Le Docteur Schneider n'a pas éliminé la possibilité d'un océan sur Encelade, mais seulement que c'est la source de la pulvérisation de l'eau.

 

Les travaux, présentés la semaine passée à la réunion de l'American Geophysical Union (AGU) à San Francisco, ont conduit à quelques échanges houleux car ces conclusions remettent en question la pertinence d'une mission spatiale qui chercherait des traces de vie sur cette lune de Saturne.

 

"Il y a un conflit énorme au sujet de son interprétation des résultats," a commenté Carolyn Porco, chef d'équipe de l'imagerie sur le vaisseau spatial Cassini.

 

Selon Carolyn Porco, l'absence du sodium discernable pourrait signifier qu'il n'est pas détectable. Il pourrait être sous une forme pleine qui élude la détection par cette méthode.

 

"Pourtant le sodium est plutôt abondant dans le Système solaire", commente Torrence Johnson, membre de l'équipe d'imagerie de Cassini au JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA.

 

"C'est un résultat très étonnant de ne pas trouver de sodium du tout."

 

Cassini, qui avait traversé les panaches d'Encelade, fait son prochain passage en Mars 2008. Il ira plus en profondeur dans le panache et prendra plus de photos des dispositifs de la lune, du secteur d'évacuation dans l'air dans l'infrarouge, des cratères d'impact, des craquelures et des fissures, et fera de meilleures mesures des gaz et des vapeurs.

 

http://www.spaceref.com/news/viewpr.html?pid=24308

 

http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/7145530.stm

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Jet Blue

Publiée le 10 Octobre 2007

 

Les scientifiques d'imagerie de Cassini ont utilisé des vues comme celle-ci pour les aider à identifier les emplacements des jets crachant des particules de glace, de la vapeur d'eau et des traces de composants organiques à la surface de la lune Encelade.

 

Leur étude, publiée dans l'édition du 11 Octobre 2007 du journal Nature, identifie huit emplacements, tous sur les principales fractures zébrées, ou sulci, dans la région polaire sud de la lune.

 

Certaines des sources présentes dans les régions non pas encore été observées par le spectromètre infrarouge de Cassini, et les chercheurs prévoient que les futures observations de Cassini de ces emplacements constateront des températures élévées.

 

Instrument : Imaging Science Subsystem - Narrow Angle

 

Date : 27 Novembre 2005

Distance : 148.000 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Jet Sources

Publiée le 10 Octobre 2007

 

Cette carte de la région polaire sud de la lune Encelade montre la corrélation entre les sources de jets identifiées dans les données d'imagerie de Cassini et les taches chaudes à la surface localisées par le spectromètre infrarouge.

 

Instrument : Composite Infrared Spectrometer

 

17 Mai 2007

Les panaches d'Encelade liés aux forces de marée

 

Crédit : NASA/JPL

 

Des panaches de vapeur d'eau et d'autres gaz s'échappent à vitesse élevée de la surface de la lune Encelade de Saturne, comme le montre cette conception d'artiste. L'échauffement par frottement le long des lignes de faille à la surface de la lune Encelade de Saturne est peut être l'explication pour les panaches de vapeur émises par la lune.

 

Dans un article publié dans l'édition actuelle du journal Nature, des scientifiques expliquent que les forces de marée créées par l'orbite excentrique de la lune autour de Saturne provoquent des lignes de faille dans la coque externe de la lune glaciale, produisant de la chaleur par frottement. Cette chaleur fait sublimer la glace, et s'échappe sous la forme des panaches qui ont été détectés par le vaisseau spatial Cassini. Le mécanisme n'exige pas la présence d'eau liquide pour produire les panaches, mais suggère qu'un océan d'eau liquide existe au-dessous de la croûte glacée de la lune, permettant à cette enveloppe glacée de se déplacer suffisamment pour produire le réchauffement par friction nécessaire.

 

http://www.nasa.gov/mission_pages/cassini/media/enceladus_cracks.html

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA09209

 


12 Mars 2007

Un chaud début pourrait expliquer les geysers sur Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Un chaud début il y a des milliards d'années pourrait avoir mis en mouvement des forces qui actionnent les puissants geysers sur la lune Encelade de Saturne.

 

"Profondément à l'intérieur d'Encelade, notre modèle indique que nous avons un mélange organique, une source de chaleur et une eau de liquide, tous les ingrédients principaux pour la vie," commente le Dr. Dennis Matson, scientifique du projet Cassini au JPL (Jet Propulsion Laboratory, Pasadena, Calif.) de la NASA. Et bien que personne n'affirme que nous avons trouvé la vie par tous les moyens, nous avons probablement la preuve d'un endroit qui pourrait être hospitalier à la vie."

 

Depuis que le vaisseau spatial Voyager de la NASA a renvoyé pour la première fois des images de la surface blanche neigeuse de la lune, les scientifiques ont suspecté qu'Encelade a dû avoir quelque chose d'inhabituel qui se soit produit sous sa coque. Les appareils-photo sur la navette spatiale Cassini ont semblé confirmer ce soupçon en 2005 quand ils ont repéré des geysers sur Encelade éjectant de la vapeur d'eau et des cristaux de glace depuis sa région polaire sud. Le défi pour les chercheurs a été de trouver la façon dont cette petite boule de glace pourrait produire les niveaux de chaleur requis pour alimenter de telles éruptions.

 

Un nouveau modèle suggère que la désintégration rapide des éléments radioactifs dans Encelade peu de temps après qu'elle se soit formée a pu démarré le réchauffement à long terme de l'intérieur de la lune qui continue aujourd'hui. Le modèle donne des crédits à une autre conclusion récente et relative, qui indique que les panaches glacés d'Encelade contiennent des molécules qui exigent des températures élevées pour se former.

 

"Encelade est un corps très petit, et il est fait presque entièrement de glace et de roches. Le mystère est comment la lune a développé un noyau chaud," note Julie Castillo, scientifique principal développant le nouveau modèle au JPL. "La seule manière d'arriver à de telles températures élevées chez Encelade est par la décomposition très rapide de quelques espèces radioactives."

 

Le modèle de début chaud suggère qu'Encelade a commencé comme une boule mélangée de glace et de roches qui a contenu des isotopes radioactifs d'aluminium et de fer se délabrants rapidement. La décomposition de ces isotopes - sur une période d'environ 7 millions d'années - produirait d'énormes quantités de chaleur. Ceci aurait comme conséquence la consolidation de matière rocheuse au noyau entourée par une coquille de glace. Selon la théorie, la radioactivité restante se délabrant plus lentement dans le noyau a pu continuer à réchauffer et fondre l'intérieur de la lune sur des milliards d'années, avec les forces de marée de l'attraction gravitationnelle de Saturne.

 

Les scientifiques ont également trouvé que le modèle utile en expliquant comment Encelade pourrait avoir produit les produits chimiques dans le panache, tels qu'ils ont été mesurés par le spectromètre de Cassini. Matson est l'auteur principal d'une nouvelle étude de la composition du panache, qui apparaîtra dans l'édition d'Avril du journal Icarus. Bien que le panache se compose principalement de vapeur d'eau, le spectromètre a également détecté dans le panache des petites quantités d'azote, de méthane, de dioxyde de carbone, de propane et d'acétylène.

 

Les scientifiques ont été en particulier surpris par l'azote parce qu'ils ne pensent pas ce gaz pouvait faire partie de la composition d'origine d'Encelade. A la place, l'équipe de Matson suggère que ce soit le produit de la décomposition de l'ammoniaque profondément dans la lune, où le noyau chaud et l'eau liquide environnante se rencontrent.

 

La décomposition thermique de l'ammoniaque exigerait des températures aussi élévées que 577 degrés Celsius, à condition que des catalyseurs tels que des minerais d'argile soient présents. Et bien que la décomposition à long terme seule des espèces radioactives et des forces de marée actuelles ne peuvent pas expliquer de telles températures élevées, avec l'aide du modèle de début chaud, elles le peuvent.

 

Les brûlantes conditions sont également favorables pour la formation de chaînes simples d'hydrocarbure, les éléments de base de la vie, que le spectromètre de Cassini a détectés en petite quantité dans le panache d'Encelade. L'équipe conclut que jusqu'ici, tous les résultats et le modèle de début chaud indiquent qu'un mélange chaud organique riche a été produit au-dessous de la surface d'Encelade et pourrait être toujours présent aujourd'hui, faisant de la lune une cuisine prometteuse pour la préparation de la soupe primitive.

 

Pour recueillir plus d'informations sur la chimie dans Encelade, l'équipe projette de mesurer directement le gaz émanant du panache pendant un survol programmé pour Mars 2008.

 

http://www.nasa.gov/mission_pages/cassini/media/cassini-20070312.html

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Exploring Icy Canyons

Publiée le 29 Décembre 2006

 

De fins détails topographiques et des variations de couleur sont révélés dans cette mosaïque en fausse couleur composée de 11 images, prises au cours du second survol d'Encelade par la vaisseau spatial Cassini, le 09 Mars 2005.

 

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Fractured World

Publiée le 29 Décembre 2006

 

Mosaïque montrant l'hémisphère d'Encelade du côté opposé à Saturne. La partie  au centre gauche est dominée par Diyar Planitia.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus: Trailing Hemisphere

Publiée le 29 Décembre 2006

 

Mosaïque de 16 images montrant l'hémisphère d'Encelade tourné vers Saturne. et hémisphère est dominé par Sarandib Planitia (juste à droite du centre).

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Map of Enceladus

Publiée le 29 Décembre 2006

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC/Southwest Research Institute

 

Enceladus Keeps the Home Fires Burning

Publiée le 25 Décembre 2006

 

Le 09 Novembre 2006, le spectromètre infrarouge de Cassini a capturé sa première vue du rayonnement thermique infrarouge émanant des fissures "zébrées" au pôle sud de la lune Encelade de Saturne (à droite) depuis la découverte du point chaud 16 mois plus tôt (à gauche).

 

La découverte originale a été faite juste avant le proche survol d'Encelade le 14 Juillet 2006, et a coïncidé avec la découverte des panaches de gaz riche en eau et de particules de glace éjectés des "zébrures". Cependant, l'orbite du vaisseau spatial n'a fourni aucune bonne vue du pôle sud pour des observations supplémentaires jusqu'en Novembre 2006. Les nouvelles observations ont été faites à partir d'une distance de 110.000 kilomètres, légèrement plus éloignée que la distance de 80.000 kilomètres des observations originales.

 

La comparaison des deux images montre que la région polaire sud continue à être en activité, et la distribution des températures semble avoir changé un peu en 16 mois. La distribution du rayonnement thermique suggère que presque ou toute la chaleur polaire sud vient des zébrures elles-mêmes, bien que les différentes rayures ne soient pas résolues à la résolution spatiale approximative d'environ 30 kilomètres de ces images.

 

Les images montrent l'intensité du rayonnement thermique dans les gammes d'ondes de 10 à 16 microns, traduites en température et montrées en fausses couleurs. La température polaire sud maximale sur les deux dates a atteint environ 85 Kelvin, moyenne en fonction de la résolution spatiale de 30 kilomètres des données. Cependant, la variation de l'éclat avec la longueur d'onde, qui est également mesurée par le spectromètre infrarouge, révèle que la région chaude inclut de petits secteurs, certainement des zones de quelques 100 mètres de large sur la longueur des zébrures, qui sont à des températures élevées, atteignant au moins 130 Kelvin et peut-être beaucoup plus chaudes encore. Bien que les zébrures polaires sud sont presque certainement chauffées par l'énergie provenant de l'intérieur de la lune, les régions des basses latitudes où règne le jour sont chauffées par lumière du Soleil à des températures jusqu'à 70s Kelvin.

 

Les nombres blancs sur les images montrent les longitudes ouest sur Encelade, qui est de 500 kilomètres de diamètre. La ligne en tiret montre le terminateur, la frontière entre le jour et la nuit. L'aspect tacheté des régions plus froides éloignées du pôle sud, et du ciel au-delà du globe d'Encelade, est un artefact résultant du fait qu'en dehors du point chaud polaire, le spectromètre infrarouge composé peut à peine détecter le rayonnement thermique très faible de cette lune très froide.

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Arabian Sulci

Publiée le 13 Décembre 2006

 

Encelade exhibe son terrain polaire sud torturé, qui est découpé par des sillons presque parallèles et des crêtes appelés "sulci", ou officieusement, "rayures de tigre."

 

Plusieurs dispositifs sur Encelade ont été récemment nommés par l'Union Astronomique Internationale en accord avec la convention d'appellation. Ces noms sont extraits des caractères et des lieux du recueil de contes populaires arabes "Les Mille et Une Nuits". Les quatre "sulci" les plus importants soe nomment Alexandrie, Le Caire, Bagdad et Damas.

 

Le terrain éclairé dans cette vue est l'hémisphère d'Encelade (505 kilomètres de diamètre) situé du côté opposé à Saturne.

 

Date : 08 Novembre 2006

Distance : 339.000 km d'Encelade

 

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cratered Crescent

Publiée le 05 Décembre 2006

 

Une vue fantomatique d'Encelade révèle le spectre du panache glacé de fines particules de la lune.

 

Date : 31 Octobre 2006

Distance : 1,4 millions de km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Relaxing on Enceladus

Publiée le 17 Novembre 2006

 

Dans cette image du vaisseau spatial Cassini, la partie illuminée est l'hémisphère d'Encelade opposé à Saturne.

 

Date : 12 Octobre 2006

Distance : 521.000 km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Half-lit Enceladus

Publiée le 12 Octobre 2006

 

La vue a été acquise au cours d'une rencontre avec Encelade (505 kilomètres de diamètre) le 09 Septembre 2006.

 

Date : 09 Septembre 2006

Distance : 141.000 km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

A Folded Surface

Publiée le 04 Octobre 2006

 

La frontière frippée de la région polaire sud d'Encelade serpente à travers cette vue, séparant un terrain plus frais et plus jeune de plus anciennes provinces criblées de cratères.

 

C'est la région d'Encelade (505 kilomètres de diamètre) qui est connue pour être actuellement géologiquement en activité. Sur la droite sont clairement visibles les crêtes et cuvettes que l'on suppose être provoquées par des tensions de compression à travers la surface glaciale.

 

 

Date : 09 Septembre 2006

Distance : 66.000 km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enigma in Ice

Publiée le 28 Septembre 2006

 

Cassini surveille le terrain ridé, fracturé et étonnamment pauvre en cratères d'Encelade. Les scientifiques travaillent pour comprendre ce qui provoque l'activité géologique étonnante de la lune.

 

Date : 08 Septembre 2006

Distance : 560.000 km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Living Moon

Publiée le 04 Septembre 2006

 

Encelade continue à dégager de la glace d'eau dans l'orbite de Saturne, gardant l'anneau E garni de minuscules particules. Encelade (505 kilomètres de diamètre) est d'un grand intérêt pour les planétologues, étant presque sept fois plus petite que le satellite naturel de la Terre, le Lune, et ayant encore une géologie active qui semble impliquer de l'eau liquide proche de la surface.

 

Date : 11 Août 2006

Distance : 2,2 millions de km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Moon With a Warm Heart

Publiée le 22 Août 2006

 

Le terrain ridé d'Encelade est peu propice à la découverte de grands cratères. La surface a été remodelée par des processus géologiques résultant vraisemblablement de la chaleur intérieure de la lune.

 

Date : 23 Juillet 2006

Distance : 628.000 km d'Encelade

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Rhea Releases Enceladus

Publiée le 07 Août 2006

 

Deux minces croissants sourient en direction du vaisseau spatial Cassini après un événement d'occultation. Prise seulement cinq minutes après qu'Encelade (505 kilomètres de diamètre) se soit approché la première fois du limbe de Rhéa (1.528 kilomètres de diamètre), cette vue montre la brillante petite lune émergeant de derrière le croissant de la lune plus grande.

 

Date : 04 Juillet 2006

Distance : 1,4 millions de km de Rhéa et 1,9 millions de km d'Encelade

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Approaches

Publiée le 26 Juillet 2006

 

Rhéa et Encelade ont partagé le ciel juste avant que la plus petite lune soit passée derrière sa plus grande soeur. Cette image fait partie d'une série "d'événements mutuels" dans lesquelles une lune passe très près ou devant les autres. Ces séquences aident les scientifiques à affiner les orbites des lunes de Saturne.

 

Rhéa, parsemée de cratères, est de 1.528 kilomètres de diamètre et supposée être géologiquement morte. Tandis que la beaucoup plus petite, Encelade (505 kilomètres de large) est géologiquement en activité aujourd'hui.

 

Date : 04 Juillet 2006

Distance : 1,4 millions de km de Rhéa et 1,9 millions de km d'Encelade

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Boosting the Signal

Publiée le 21 Juillet 2006

 

Les jets de glace d'Encelade envoient des particules dans l'espace à des centaines de kilomètres au-dessus des pôles de cette lune spectaculairement active. Certaines particules s'échappent pour former l'anneau diffus E autour de Saturne.

 

Cette image en fausses couleurs a été traitée pour mettre en valeur les signaux faibles, faisant que les contours et les composants les moins visibles du panache soient plus facile à voir.

 

La bande lumineuse derrière et au-dessus d'Encelade (505 kilomètres de diamètre) est l'anneau E, dans lequel ce corps fascinant réside. Le petit objet rond à la gauche au loin est une étoile de fond.

 

Date : 24 Mars 2006

Distance : 1,9 millions de km d'Encelade

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Planetglow

Publiée le 19 Juillet 2006

 

Deux lunes glacées, Rhéa et Encelade, brillent dans la lumière reflétée de Saturne. Dans une telle faible lumière et à grande distance, la surface parsemée de cratères de Rhéa semble trompeusement lisse. La lumière du Soleil lointain crée le brillant croissant sur chaque lune et disperse les embrums glacés au-dessus du pôle sud d'Encelade.

 

Date : 13 Juin 2006

Distance : 4,1 millions de km d'Encelade et 4,5 millions de km de Rhéa

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Softly Glowing Scene

Publiée le 10 Juillet 2006

 

Encelade souffle son jet glacial dans l'espace dans cette vue, prise du côté non éclairé des anneaux, qui comporte également un minuscule ruban de Rhéa. La région polaire sud de Rhéa (1.528 kilomètres de diamètre) jette un coup d'oeil sous les anneaux à la droite d'Encelade (505 kilomètres de diamètre).

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Date : 09 Juin 2006

Distance : 3,9 millions de km d'Encelade et 4,6 millions de km de Rhéa

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Moons of Interest

Publiée le 26 Juin 2006

 

Encelade se tient à distance, de même que la petite lune Janus.

 

Date : 21 Mai 2006

Distance : 565.000 km de Janus, 702.000 km d'Encelade et 530.000 km de Saturne

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

A Moon's Telltale Tail

Publiée le 12 Juin 2006

 

Les panaches d'Encelade continuent à jaillir des particules glacées dans l'orbite de Saturne, faisant de cette petite lune un membre d'un groupe d'élite de corps géologiquement actifs dans le Système solaire.

 

Date : 04 Mai 2006

Distance : 2,1 millions de km d'Encelade et 2,3 millions de km de Saturne

 

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Roll

Publiée le 01 Juin 2006

 

Ce graphique illustre l'intérieur de la lune Encelade de Saturne. Il montre la matière chaude de faible densité s'élevant de l'intérieur vers la surface, provenant de sa coque glacée (en jaune) et/ou de son coeur rocheux (en rouge).

 

Une étude financée par la NASA indique qu'Encelade pourrait avoir basculé ou avoir pivoté pour placer ce secteur de faible densité au pôle sud.

 

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Now You See Me…

Publiée le 18 Mai 2006

 

Encelade passe brièvement derrière le croissant de Rhéa dans ces images, qui font partie d'une séquence d'événements mutuels prise par Cassini. Ces séquences aident les scientifiques à comprendre les orbites des lunes de Saturne.

 

Les images ont été prises à une minute d'intervalle alors que la plus petite Encelade (505 kilomètres de diamètre) s'élancait derrière Rhéa (1.528 kilomètres de diamètre), vu depuis le point de vue du vaisseau spatial Cassini.

 

Date : 14 Avril 2006

Distance : 3,4 millions de km de Rhéa et 4,1 millions de km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Races Onward

Publiée le 05 Avril 2006

 

En tant que notre émissaire robotisé vers Saturne, le vaisseau spatial Cassini est priviligié pour obtenir des vues fantastiques telles que cette réunion de deux lunes au-delà des anneaux. Le brillant et fin anneau F est la structure extérieure d'anneau vue ici.

 

Dans cette scène, la brillante Encelade (505 km de large) commence à glisser devant Dioné plus éloignée (1.126 km de diamètre). Encelade est plus près de Saturne que Dioné, et satellise la planète à une plus grande vitesse. Ainsi, la plus petite lune a finalement dépassé la plus grande, vue du vaisseau spatial Cassini, et a poursuivi son chemin..

 

Date : 25 Février 2006

Distance : 160.000 km de Téthys

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Rhea and Enceladus

Publiée le 13 Mars 2006

 

Rhéa (1.528 km de diamètre) et Encelade (505 km de large) planent à distance au-dessus du plan des anneaux de Saturne. Encelade (à gauche), baignée dans les particules glacées de l'anneau E de Saturne, apparaît sensiblement plus brillante que Rhéa.

 

Date : 08 Février 2006

Distance : 4,3 millions de km d'Encelade et 4,6 millions de km de Rhéa

 

 


Le 09 Mars 2006

De l'eau liquide sur Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Le vaisseau spatial Cassini pourrait avoir trouvé la preuve de l'existence de réservoirs d'eau liquide d'eau qui éclatent en des geysers semblables à ceux de Yellowstone sur la lune de Saturne Encelade. La rare présence d'eau liquide si près de la surface soulève beaucoup de nouvelles questions sur la lune mystérieuse.

 

"Nous nous rendons compte que c'est une conclusion radicale - que nous pourrions avoir la preuve de la présence d'eau liquide dans un corps si petit et si froid," commente le docteur Carolyn Porco, à la tête de l'équipe d'imagerie Cassini au Space Science Institute (Boulder, Colorado). "Cependant, si nous avons raison, nous avons significativement élargi la diversité d'environnements du Système solaires où nous pourrions avoir probablement des conditions appropriées pour des organismes vivants."

 

Les images haute résolution de Cassini montrent des jets glacés et des panaches imposants éjectant à grande vitesse de grandes quantités de particules. Les scientifiques ont examiné plusieurs modèles pour expliquer le processus. Ils ont exclu l'idée que les particules soient produites par la vapeur créée quand la glace est convertie en gaz ou qu'elles proviennent de la surface. Au lieu de cela, les scientifiques ont trouvé la preuve d'une possibilité beaucoup plus passionnante : les jets pourraient jaillir de poches d'eau liquide, d'une température supérieure à 0 degrés Celsius, proches de la surface, comme les variantes froides du geyser Old Faithfuls de Yellowstone.

 

Les scientifiques de la mission annoncent ces découvertes, ainsi que d'autres, dans l'édition de cette semaine de Science.

 

"Nous connaissions précédemment l'existence de trois endroits où le volcanisme existe : la lune de Jupiter Io, la Terre et probablement la lune de Neptune Triton. Cassini a changé tout cela, faisant d'Encelade le dernier membre de ce club très fermé et un des endroits les plus passionnants dans le Système solaire," note le docteur John Spencer (Southwest Research Institute).

 

D'autres lunes dans le Système solaire ont des océans d'eau liquide recouverts par des kilomètres de croûtes glacées," ajoute le docteur Andrew Ingersoll, membre de l'équipe d'imagerie et scientifique atmosphérique au Caltech (California Institute of Technology, Pasadena, Californie). "Ce qui est différent est que les poches d'eau liquide peuvent être à pas plus de dizaines de mètres au-dessous de la surface."

 

D'autres singularités non expliquées prennent maintenant un sens. "Lorsque Cassini s'est approché de Saturne, nous avons découvert que le système saturnien est rempli d'atomes d'oxygène. A cette époque, nous n'avions aucune idée d'où l'oxygène provenait," note le docteur Candy Hansen, scientifique de la mission Cassini au JPL (Jet Propulsion Laboratory) de la NASA, à Pasadena. "Maintenant nous savons qu'Encelade crache des molécules d'eau, lesquelles se décomposent en oxygène et hydrogène."

 

Les scientifiques voient aussi des variations sur Encelade. "Même quand Cassini ne vole pas près d'Encelade, nous pouvons détecter que l'activité du panache a changé par ses effets variables sur la soupe de particules électriquement chargées qui s'écoulent devant la lune," note le docteur Geraint H. Jones (Max Planck Institute for Solar System Research, Katlenburg-Lindau, Germany), scientifique de la mission.

 

Les scientifiques ont encore beaucoup de questions. Pourquoi Encelade est actuellement si active ? Y a t'il d'autres sites actifs sur Encelade ? Cette activité pourrait-elle avoir été assez continue dans l'histoire de la lune pour que la vie ait eu une chance de prendre forme dans les profondeurs de la lune ?

 

"Notre recherche de l'eau liquide a pris une nouvelle tournure. Le type de preuve pour la présence d'eau liquide sur Encelade est très différent de ce que nous avons vu pour Europe, la lune de Jupiter. Sur Europe l'évidence de dispositifs géologiques superficielles semble indiquer un océan interne. Sur Encelade la preuve est l'observation directe d'évacuation de vapeur d'eau de sources proches de la surface," note le docteur Peter Thomas (Cornell University, Ithaca, N.Y.), membre de l'équipe d'imagerie.

 

Au printemps 2008, les scientifiques auront une nouvelle occasion d'observer Encelade lorsque Cassini survolera la lune à moins de 350 kilomètres, mais beaucoup de travail restera à faire lorsque la mission prinicipale de quatre ans de Cassini sera terminée.

 

"Il n'y a aucun problème que, avec la lune Titan, Encelade devrait être une très haute priorité pour nous. Saturne nous a donné deux mondes passionnants à explorer, Titan et Encelade, ," ajoute le docteur Jonathan Lunine (University of Arizona, Tucson, Arizona), scientifique interdisciplinaire de la mission Cassini.

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/news/press-release-details.cfm?newsID=639

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Spray Above Enceladus II

Publiée le 09 Mars 2006

 

Des panaches de matières glacées s'étendent au-dessus de la région du pôle sud d'Encelade comme le montrent les images prises par le vaisseau spatial Cassini en Janvier 2005.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus the Storyteller

Publiée le 09 Mars 2006

 

La surface torturée de la lune Encelade et sa fascinante activité géologique continuelle raconte l'histoire des luttes anciennes et présente d'un monde minuscule.

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus "Cold Geyser" Model

Publiée le 09 Mars 2006

 

Ce graphique illustre les aspects principaux du modèle proposé par l'équipe scientifique d'imagerie de Cassini.

Le modèle montre comment les réservoirs souterrains proposés d'eau liquide préssurisée au-dessus de 273 Kelvin (0° Celsius) pourrait alimenter des geysers qui projettent de la matière glacée au-dessus du pôle sud de la lune. Les températures augmentent avec la profondeur.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Spray Above Enceladus III

Publiée le 09 Mars 2006

 

Des panaches de matières glacées s'étendent au-dessus de la région du pôle sud d'Encelade comme le montrent les images prises par le vaisseau spatial Cassini en Février 2005.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC/Space Science Institute

 

Searching for Warmth

Searching for Warmth

Publiée le 09 Mars 2006

 

Ces vues montrent l'excès de chaleur près du pôle sud d'Encelade. Ces fissures chaudes sont les sources de panaches de poussières et de gaz vues par les différents instruments du vaisseau spatial Cassini le 14 Juillet 2005.

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC/Space Science Institute

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

A Pearl at Dusk

Publiée le 07 Mars 2006

 

Encelade est suspendu comme une perle lumineuse contre la toile de couleur or-brune de Saturne et de ses anneaux glacés. La région où la lumière du jour cède la place au crépuscule est visible sur Saturne. Au-dessus, les anneaux jettent des fines ombres sur la planète.

 

Encelade est de 505 kilomètres de diamètre.

 

Date : 17 Janvier 2006

Distance : 200.000 km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Fresh Features on Enceladus (Monochrome)

Publiée le 22 Février 2006

 

Date : 17 Janvier 2006

Distance : 153.000 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Fresh Features on Enceladus (False color)

Publiée le 22 Février 2006

 

Date : 17 Janvier 2006

Distance : 153.000 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Youthful Enceladus

Publiée le 06 Février 2006

 

Pour Encelade, les rides sont signes de jeunesse. Cette vue d'un Encelade en croissant montre une zone de transition entre un terrain ridé et vraisemblablement plus jeune et une région plus vieille et plus fortement marquée par des cratères. La région polaire sud géologiquement active de la lune est vue en bas.

 

Date : 24 Décembre 2005

Distance : 108.000 km d'Encelade

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Map of Enceladus

Publiée le 22 Décembre 2005

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Enceladus Plume

Publiée le 16 Décembre 2005 

 

Pendant un survol par le vaisseau spatial Cassini de la lune Encelade le 26 Novembre 2005, le spectromètre infrarouge et visuel de Cassini a mesuré le spectre des panaches provenant du pôle sud de la lune glacée.

 

L'instrument a capturé une signature très claire de petites particules de glace dans les données du panache, à la longueur d'onde de 2.9 microns. Cette image d'Encelade montre non seulement le panache au-dessus du pôle sud, mais également la face sombre de la lune, en silhouette sur un fond brumeux de lumière de l'anneau E.

 

Le graphique du bas montre les mesures du spectre de cette lumière de fond. Il montre une signature très semblable de petites particules de glace à celle dans les panaches, confirmant les premières suppositions qu'Encelade est en effet la source de l'anneau E.

 

Les analyses préliminaires suggèrent que la taille moyenne des particules dans le panache soit d'environ 10 microns (ou 1/100.000è de mètre). Les particules dans l'anneau E sont environ trois fois plus petites. La surface ensoleillée d'Encelade elle-même, visible comme un mince croissant au bas de l'image, se compose également de glace d'eau, mais avec une beaucoup plus grande taille de grain que le panache.

 

Date : 02 Novembre 2005

Distance : 1,7 millions de km de Saturne

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Dione and Enceladus

Publiée le 05 Décembre 2005

 

Cette vue fantaisiste montre les lunes Dioné et Encelade, juste au-dessous du plan des anneaux. Encelade (505 km de large) est sur le même côté des anneaux que Cassini, Dioné (1.126 km de diamètre) est sur le côté opposé. L'ombre de Saturne s'étend au-delà des prolongements extérieures des anneaux principaux, les faisant disparaître sur le côté gauche.

 

Date : 15 Octobre 2005

Distance : 2,1 millions de km de Dioné et 1,5 millions de km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Wrinkled Crescent

Publiée le 28 Novembre 2005

 

Encelade, dont le croissant ridé et congelé est vu ici avec les anneaux de Saturne, est une cible d'intérêt intense pour les scientifiques de la mission Cassini.

 

Date : 13 Octobre 2005

Distance : 1,2 millions de km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Fountains of Enceladus

Publiée le 28 Novembre 2005 

 

Les images récentes de Cassini de la lune Encelade en contre-jour du Soleil montrent des sources de fontaine de fine vapeur de matière qui dominent la région polaire sud.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Fountains of Enceladus - Image #2

Publiée le 28 Novembre 2005

 

Les images récentes de Cassini de la lune Encelade en contre-jour du Soleil montrent des sources de fontaine de fine vapeur de matière qui dominent la région polaire sud.

 

Les images considérablement contrastées et colorisées montrent l'extension considérable du panache.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Spray Above Enceladus

Publiée le 28 Novembre 2005 

 

Une fine vapeur de petites particules glacées émanant de la région chaude et géologiquement unique entourant le pôle sud de la lune Encelade a été observée par Cassini le 16 Janvier 2005.

 

Les scientifiques ont mesuré la lumière dispersée par les particules du panache pour déterminer leur abondance. Bien que les mesures de l'abondance des particules soient plus sûres à moins de 100 km de la surface, les valeurs mesurées sont approximativement conformes à l'abondance des particules de glace faites par d'autres instruments de Cassini, reportées en Septembre 2005, aux altitudes aussi élevées que 400 km au-dessus de la surface.

 

Actuellement, il n'est pas clairement établi si les particules du panache émanant du pôle sud surgissent à cause de la vapeur d'eau s'échappant de la glace chaude qui est exposée à la surface. Une autre possibilité est qu'à une certaine profondeur sous la surface, les températures sont assez chaude pour que l'eau devienne liquide, laquelle alors, sous pression, s'échappe de la surface comme un geyser froid de Yellowstone.

 

Date : 16 Janvier 2005

Distance : 209.400 km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Iceball Among Snowballs

Publiée le 31 Octobre 2005

 

Date : 15 Septembre 2005

Distance : 2,3 millions de km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/

 

Enceladus Animation

Publiée le 01 Septembre 2005

 

Cette animation montre le vaisseau spatial Cassini s'approchant de la lune de Saturne, Encelade. Elle montre les images de résolution les plus élevées obtenues de la surface de la lune. Ceci est suivi d'une description du champ magnétique de Saturne, qui agit réciproquement avec l'atmosphère et le panache présumé d'Encelade venant du pôle sud.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Michigan/Max Planck Institute

 

Water Vapor & Particles Over Enceladus

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/University of Colorado/Space Science Institute

 

Enceladus Atmosphere Not Global

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Modeling "Warm" Ice on Enceladus

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Modeling "Warm" Ice on Enceladus

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Modeling "Warm" Ice on Enceladus

Publiée le 30 Août 2005

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus to Scale

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus: The Plot Thickens

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus: Global Patterns of Fracture (Southern Polar Projection)

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus: Global Patterns of Fracture (Northern Polar Projection)

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus: North and South (Southern Polar Projection)

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus: North and South (Northern Polar Projection)

Publiée le 30 Août 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Tiger Stripes are Cubs

Publiée le 30 Août 2005

 

Date : 14 Juillet 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC/Space Science Institute

 

Warm Fractures on Enceladus

Publiée le 29 Juillet 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC

 

Enceladus Temperature Map

Publiée le 29 Juillet 2005

 

 


 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Colorado

 

Enceladus Atmosphere -- Star Struck

Publiée le 29 Juillet 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/University of Colorado

 

Enceladus Atmosphere (Artist's Concept)

Publiée le 29 Juillet 2005

 

 


 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Zooming In On Enceladus (Movie)

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Animation

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : entre 61.300 et 11.100 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Zooming In On Enceladus (Mosaic)

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Mosaïque de 21 images

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : entre 61.300 et 11.100 km d'Encelade

 


 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Boulder-Strewn Surface -- Narrow Angle Camera View

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : 208 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Boulder-Strewn Surface -- Wide Angle Camera View

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : 208 km d'Encelade

 


 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Boulder-Strewn Surface

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : 208 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Enceladus In False Color

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : 112.100 km d'Encelade

 


 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Craters and Cracks

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : 11.500 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/University of Iowa

 

Tiger Stripes Up Close

Publiée le 26 Juillet 2005

 

Date : 14 Juillet 2005

Distance : 20.720 km d'Encelade

 


 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Saturn's Moon Enceladus Poses for a Close-Up

Publiée le 15 Juillet 2005

 

Première image brute retournée par le vaisseau spatial Cassini après son plus proche survol. Ici, la surface d'Encelade est à environ 320 km.

 

D'autres images brutes du survol :

http://ciclops.org/view_event.php?id=22

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Closer to Enceladus

Publiée le 15 Juillet 2005

 

Cette carte de la surface d'Encelade illutre les régions qui seront imagées par le vaisseau spatial Cassini au cours du survol très proche le 14 Juillet 2005. Au plus près, le vaisseau spatial passera à approximativement 175 km au-dessus de la surface de la lune. C'est moins de la moitié de la distance de la rencontre précédente de Cassini avec Encelade, au mois de Mars de cette année, où le vaisseau était passé à 505 km de la lune. 

 


Le 13 Juillet 2005

Cassini s'apprête à survoler Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Le 14 Juillet, le vaisseau spatial Cassini effectuera son survol le plus proche à ce jour, en venant à environ 175 km de la surface de la lune fripée et glaciale Encelade.

 

Au cours du premier survol d'Encelade par Cassini, une fine atmosphère a été détectée dans les données du champ magnétique, ce qui pourrait impliquer une activité interne. Cette amopshère peut aider à expliquer la source de l'anneau externe E de Saturne.

 

La surface glacée d'Encelade semble avoir des similitudes avec Europe et Ganymède, deux principaux satellites de Jupiter. Les scientifiques pensent qu'Europe et Ganymède possèdent des couches d'eau sous la surface ou "océans", aussi les similitudes avec Encelade sont intriguantes.

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/news/events/enceladus20050802/index.cfm

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Bright Ice, Dirty Ice

Publiée le 20 Mai 2005

 

Encelade, la lune glacée de Saturne, plane au-dessus des anneaux de Saturne dans cette vue en couleur prise par Cassini. Les anneaux, faits de glace d'eau presque pure, sont également devenus légèrement souillés par la poussière météoritique durant leur histoire, qui peut s'étaler sur plusieurs centaines de millions d'années. Encelade partage la composition presque pure en glace d'eau des anneaux, mais semble avoir évité la contamination due aux poussières par des processus de renouvellement de la surface que les scientifiques essayent toujours de comprendre. Encelade est de 505 kilomètres de diamètre.

 

La poussière affecte la couleur des anneaux, alors que les différences dans l'éclat sont attribuables aux concentrations et dimensions variables des particules.

 

Date : 05 Avril 2005

Distance : 2,2 millions de km de Saturne

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Sounds of Enceladus

Publiée le 27 Avril 2005

 

Le magnétomètre de Cassini a détecté une atmosphère autour d'Encelade au cours du survol du 17 Février 2005, et à nouveau au cours du survol du 09 Mars 2055. Ce fichier audio est basé sur les données collectées de cet instrument.

 


Le 27 Avril 2005

Des particules de poussières près d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Le vaisseau spatial Cassini a découvert d'étranges particules de poussières autour d'Encelade, la lune de Saturne. Les particules pourraient indiquer l'existence d'un nuage de poussières autour d'Encelade, ou elles pourraient provenir de l'anneau extérieur E de Saturne.

 

Encelade est devenue une cible très intéressante pour Cassini. A tel point que les scientifiques et les ingénieurs projettent de réviser l'altitude du prochain survol pour obtenir une vue plus proche. Des rencontres supplémentaires avec Encelade sont programmées pour le 14 Juillet 2005 et pour le 12 Mars 2008. Le survol du 14 Juillet devrait avoir lieu à une altitude de 1.000 kilomètres, mais l'équipe de la mission projette maintenant d'abaisser cette altitude à environ 175 kilomètres. Ce serait le survol le plus bas effectué par Cassini d'un objet au cours de sa mission de quatre ans dans la banlieue de Saturne.

 

Au début de cette année, Cassini a accompli deux survols d'Encelade. Le 17 Février, Cassini a rencontré Encelade à une altitude de 1.167 kilomètres. A cette date, l'analyseur de poussières cosmiques avec son détecteur de taux élevé a enregistré les percutions de milliers de particules pendant une période de 38 minutes. Cassini a exécuté un autre survol d'Encelade le 09 Mars à une altitude de 500 kilomètres. A nouveau, un jet de particules de poussières a été observé. Les plus grandes particules détectées ne mesurent pas plus que le diamètre des cheveux humains et sont trop petites pour présenter un danger pour Cassini.

 

Les scientifiques ont spéculé qu'Encelade est la source de l'anneau E de Saturne, le plus large de la planète, s'étirant sur 302.557 kilomètres. Il est possible, selon les scientifiques, que les interactions de marées entre Encelade et Mimas, deux lunes de Saturne, ont chauffé l'intérieur d'Encelade provoquant un volcanisme d'eau.

 

Un autre instrument de Cassini, le magnétomètre, a récemment découvert des ions d'eau qui pourraient faire partie d'une atmosphère très mince autour d'Encelade. Encelade est une lune relativement petite. La pesanteur qu'elle exerce n'est pas suffisante pour retenir une atmosphère très longtemps. Par conséquent une source forte et continue est exigée pour maintenir l'atmosphère.

 

Encelade mesure 500 kilomètres de diamètre et réfléchit presque 100 pour cent de la lumière qui frappe sa surface couverte par glace. Elle satellise Saturne à une distance d'approximativement 237.378 kilomètres, environ deux tiers de la distance de la Terre à la Lune.

 

http://www.nasa.gov/mission_pages/cassini/media/cassini-042605.html

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 

Nouvelle du Ciel : Cassini trouve une atmosphère sur Encelade [16/03/2005]

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Sideways Shadow

Publiée le 15 Avril 2005

 

Date : 07 Mars 2005

Distance : 1,1 millions de km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Rhea and Enceladus

Publiée le 05 Avril 2005

 

Date : 21 Février 2005

Distance : 2,2 millions de km d'Encelade et 2,5 millions de km de Rhéa

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Sliced-up Craters

Publiée le 24 Mars 2005

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : 11.900 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Sliced-up Craters (3-D)

Publiée le 24 Mars 2005

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : entre 26.800 et 11.900 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Transition on Enceladus

Publiée le 24 Mars 2005

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : 14.000 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Transition on Enceladus (3-D)

Publiée le 24 Mars 2005

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : entre 25.700 et 14.000 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Stressed-out Enceladus

Publiée le 24 Mars 2005

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : entre 25.700 et 5.200 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Stressed-out Enceladus (3-D)

Publiée le 24 Mars 2005

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : entre 25.700 et 5.200 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Atmosphere on Enceladus (Artist Concept)

Publiée le 16 Mars 2005

 

Le graphique montre le champ magnétique observé par Cassini le long de sa trajectoire tracée sous forme de vecteur.

 

Date : 09 Mars 2005

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Icy Enceladus

Publiée le 16 Mars 2005

 

Cette image en couleur infrarouge d'Encelade a été obtenue par le spectromètre infrarouge de Cassini le 09 Mars 2005, lorsque le vaisseau spatial se trouvait à 9.145 kilomètres d'Encelade.

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : environ 9.145 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cracked Face of Enceladus

Publiée le 16 Mars 2005

 

Les détails les plus fins à la surface de la lune Encelade de Saturne sont indiqués dans cette image rehaussée en couleur, d'une résolution de 30 mètres par pixel, prise lors de la rencontre rapprochée avec Encelade le 09 Mars 2005.

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : environ 5.900 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Painting on the Walls

Publiée le 16 Mars 2005

 

Au cours de son survol au plus près de la lune plissée et glacée Encelade, Cassini a obtenu des images multispectrales de son terrain cratérisé qui ont été assemblées pour créer cette vue en fausse couleur.

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : environ 21.300 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Deep Color

Publiée le 16 Mars 2005

 

Cette vue rapprochée en fausse couleur de la lune de Saturne, Encelade, produit un nouvel aperçu des différents processus qui ont formé la surface glacée de la lune.

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : environ 25.700 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Blue Clues

Publiée le 16 Mars 2005

 

Au cours de son proche survol le 09 Mars 2005, le vaisseau spatial a capturé cette vue en fausse couleur de la lune de Saturne Encelade, laquelle montre la grande variété de la géologie de cette lune glacée.

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : à environ 94.000 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Old and New Again

Publiée le 16 Mars 2005

 

Cette mosaïque en fausse couleur de Cassini d'Encelade rend dans un vue simple, une grande partie de la géologie diverse de la lune glacée.

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : environ 29.000 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Moon with a Past

Publiée le 16 Mars 2005

 

L'histoire complexe de la surface d'Encelade est révélée en grand détail dans cette mosaïque d'images prises au cours du passage rapproché de Cassini avec cette intrigante lune glacée.

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : entre 13.000 et 5.200 km d'Encelade

 

Le 16 Mars 2005

Cassini trouve une atmosphère sur Encelade

 

Crédit : NASA/JPL

 

Les deux survols de la lune glacée Encelade par le vaisseau spatial Cassini ont révélé que la lune a une atmosphère significative. Les scientifiques utilisant le magnétomètre de Cassini pour leurs études, disent que la source peut être due au volcanisme, à des geysers, ou à des gaz s'échappant de la surface ou de l'intérieur.

 

Lorsque Cassini a fait sa première rencontre avec Encelade le 17 Février 2005 à une altitude de 1.167 km, le magnétomètre a vu une remarquable signature dans le champ magnétique. Le 09 Mars 2005 Cassini s'est approché à 500 km de la surface d'Encelade et a obtenu la preuve complémentaire.

 

Les observations ont montré une courbure du champ magnétique, avec du plasma ralenti et dévié par la lune. De plus, des oscillations du champ magnétique ont été observées. Celles-ci sont provoquées lorsque de molécules chargées électriquement agissent réciproquement avec le champ magnétique en formant une spirale autour de la ligne de champ. Cette interaction crée des oscillations caractéristiques dans le champ magnétique à des fréquences qui peuvent être utilisées pour identifier la molécule. On pense que les observations des survols d'Encelade sont dues à la vapeur d'eau ionisée.

 

"C'était une surprise complète de trouver ces signaux pour Encelade. Ces nouveaux résultats de Cassini pourraient être la première preuve de gaz originaire soit de la surface ou probablement de l'intérieur d'Encelade," selon le Professeur Michele Dougherty, principal chercheur pour le magnétomètre de Cassini et professeur au Collège Impérial à Londres. En 1981, le vaisseau spatial Voyageur de la NASA a survolé Encelade à une distance de 90.000 kilomètres sans détecter d'atmosphère. Il est possible que la détection était au-delà des capacités de Voyageur, ou quelque chose peut avoir changé depuis ce survol.

 

C'est la première fois depuis que Cassini est arrivé en orbite autour de Saturne l'été dernier qu'une atmosphère a été détectée autour d'une lune de Saturne, autre que sa lune la plus grande, Titan. Encelade est une lune relativement petite. La quantité de gravité qu'elle manifeste n'est pas suffisante pour retenir une atmosphère très longtemps. Par conséquent, sur Encelade, une forte source continue est exigée pour maintenir l'atmosphère.

 

Le besoin d'une source si forte conduit les scientifiques à considérer des éruptions depuis la surface, comme des volcans et des geysers. Si de telles éruptions sont présentes, Encelade rejoindrait deux autres des lunes actives, Io la lune de Jupiter et Triton celle de Neptune. "Encelade pourrait être la contrepartie plus douce de Saturne à la spectaculaire Io de Jupiter," dit le docteur Fritz Neubauer, co-chercheur pour le magnétomètre de Cassini et professeur à l'Université de Cologne en Allemagne.

 

Depuis le survol de Voyageur, les scientifiques soupçonnaient que cette lune est géologiquement active et qu'elle est la source de l'anneau glacé E de Saturne. Encelade est l'objet le plus réfléchissant dans le Système solaire, reflétant environ 90 pour cent de la lumière du Soleil qui le frappe. Si Encelade a vraiment des volcans de glace, la haute réflectivité de la surface de la lune pourrait résulter du dépôt continue de particules de glace provenant des volcans.

 

Le diamètre d'Encelade est d'environ 500 kilomètres. Malgré sa petite taille, Encelade montre une des surfaces les plus intéressantes de tous les satellites glacés.

 

http://www.pparc.ac.uk/Nw/enceladus.asp

 

http://www.nasa.gov/mission_pages/cassini/media/cassini-031605.html

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Encelade

Publiée le 10 Mars 2005

 

Cette image a été prise le 09 Mars 2005. La caméra était pointée en direction de la lune Encelade, située à une distance de 93.869 km.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus 'E04' Flyby Raw Preview #4

Publiée le 09 Mars 2005

 

Date : 09 Mars 2005

Distance : environ 47.000 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus 'E04' Flyby Raw Preview #3

Publiée le 09 Mars 2005

 

Date : 02 Juillet 2004

Distance : environ 55.000 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini's Closest Enceladus Flyby

Publiée le 08 Mars 2005

 

Cette carte de la surface d'Encelade illustre les régions qui seront imagées par le vaisseau spatial Cassini lors de son second survol de la lune de Saturne le 09 Mars 2005. Au plus près, le vaisseau passera à approximativement 500 km de la surface de la lune, un passage attendu à à 09h08 UTC. C'est la plus petite approche d'Encelade par Cassini au cours de la mission de quatre années que doit effectuer le vaisseau spatial.

 

Date : 19 Janvier 2005

Distance : 1,9 millions de km de Saturne

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Ice Orbs

Publiée le 03 Mars 2005

 

Dans cette vue peu commune, Cassini a capturé deux lunes glacées de Saturne, Téthys et Encelade.

 

Date : 29 Janvier 2005

Distance : 3,7 millions de km de Téthys et 3,5 millions de km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus Mosaic

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 17 Février 2005

Distance : entre 26.140 et 17.434 km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini Views Enceladus Up-Close

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 17 Février 2005

Distance : 10.750 km d'Encelade

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini Views Enceladus in Stereo

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 17 Février 2005

Distance : entre 10.750 et 24.861 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Seeing Enceladus' Faults

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 17 Février 2005

Distance : 21.208 km d'Encelade

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

False Color Look at Enceladus

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 16 Février 2005

Distance : entre 179.727 km et 179.601 km d'Encelade

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini's Bold Look at Enceladus

Publiée le 17 Février 2005

 

Le premier survol d'Encelade s'est effectué à une distance approximative de 1.180 km au-dessus de la surface de la lune glacée. Encelade est l'un des objets les plus réfléchissants dans le Système solaire et sa surface ressemble à de la neige fraîchement tombée. Le survol d'Encelade par Cassini est le plus proche jamais effectué par un vaisseau spatial.

 

Le prochain survol d'Encelade aura lieu le 09 Mars 2005, à seulement 500 km de distance.

  

Date : 17 Février 2005

Distance : 1.180 km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus First Flyby

Publiée le 14 Février 2005

  

Cette carte de la surface d'Encelade montre les régions qui seront imagées par Cassini au cours de son premier survol de la lune le 17 Février 2005. Lors de son passage au plus près, Cassini passera approximativement à 1.180 km au-dessus de la surface de la lune. Le diamètre d'Encelade est de 505 km.

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Wrinkles of Youth?

Publiée le 09 Février 2005

 

Date : 15 Janvier 2005

Distance : 367.000 km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Bright Moon in Darkness

Publiée le 07 Février 2005

 

Date : 16 Janvier 2005

Distance : 209.300 km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Zooming In on Enceladus

Publiée le 19 Janvier 2005

 

Des caractéristiques linéaires sont visibles dans la région de Diyar Planitia.

 

Date : 14 Décembre 2004

Distance : 672.000 km d'Encelade

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Saturn's Snowball

Publiée le 27 Décembre 2004

 

Date : 01 Novembre 2004

Distance : environ 1,8 millions de km d'Encelade


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Intriguing Enceladus

Publiée le 29 Novembre 2004 

 

Date : 27 Octobre 2004

Distance : 766.000 km d'Encelade

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Enceladus in the Distance

Publiée le 03 Novembre 2004 

 

Date : 19 Septembre 2004

Distance : 8.3 millions de km de Mimas

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Ultraviolet Enceladus

Publiée le 23 Septembre 2004

 

Date : 28 Juillet 2004

 

Distance : 7.4 millions de kilomètres de Saturne

 

 

Le 23 Juillet 2004

Glaciale Encelade

 

Photo : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Encelade, le bijou brillant de Saturne couvert de glace, est le corps le plus réfléchissant du Système solaire.

 

En reflétant plus de 90 pour cent de la lumière incidente du Soleil, cette lune était la source de beaucoup de surprises pendant l'ère de Voyager. Encelade montre des terrains autant lisses que légèrement cratérisés qui sont entrecroisés ici et là par des caractéristiques linéaires semblables à des sillons. Elle a aussi des caractéristiques semblables à celles des lunes de Jupiter, Ganymède et Europe, faisant d'elle une des lunes les plus énigmatiques de Saturne.

 

Cassini examinera son riche passé géologique dans une série de quatre survols proches planifiés. Le premier survol est prévu pour le 17 Février 2005.

 

L'image a été prise en lumière visible avec la caméra à champ restreint du vaisseau spatial Cassini le 03 juillet 2004, depuis une distance de 1,6 millions de kilomètres d'Encelade. La résolution de l'image est de 10 kilomètres par pixel. Encelade est d'approximativement 499 kilomètres de large. L'image n'a pas été agrandie.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05422

   


Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux