La Mission Cassini-Huygens rencontre

Titan

 

 

Nouvelles du Ciel SPECIAL CASSINI-HUYGENS

 

 

A la découverte de SATURNE

A la découverte de TITAN

A la découverte de PHOEBE

A la découverte de JAPET

A la découverte de DIONE

A la découverte de RHEA

A la découverte de TETHYS

A la découverte de ENCELADE

A la découverte de MIMAS

A la découverte des petits satellites de SATURNE

La Mission Cassini-Huygens

Un Dossier préparé par Cédric BEMER

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 

La Galerie : Découvrez SATURNE et ses Satellites : Mimas  Encelade  Téthys  Dioné  Rhéa  Titan  Hypérion  Japet  Autres Satellites

 


19 Avril 2012

Lointain cousin d'un lac éphémère Africain trouvé sur Titan

 

Crédit : Cassini radar image JPL/NASA. Envisat image radar de l'ESA. Envisat radar image ESA. Image composite: LPGNantes. Composite image: LPGNantes

 

Une région sur la lune Titan de Saturne a été jugée similaire au Bassin d'Etosha en Namibie, en Afrique. Les deux sont des lacs éphémères - des grandes dépressions peu profondes qui, parfois, se remplissent de liquide.

Ontario Lacus est le plus grand lac dans l'hémisphère sud de la lune de Saturne, Titan. Il est un peu plus petit que son homonyme, le lac Ontario en Amérique du Nord, mais diffère par ailleurs de lui à certains égards importants.

 

Lacs éphémères sur Titan et la Terre

Crédit : Cassini radar image JPL/NASA. Envisat image radar de l'ESA. Envisat radar image ESA. Image composite: LPGNantes. Composite image: LPGNantes.

 

Il est rempli d'hydrocarbures liquides, non d'eau, et il est à seulement quelques mètres de profondeur au maximum, situé dans une dépression extrêmement faible dans un bassin sédimentaire plat, entouré de petites chaînes de montagnes.

 

En plus, une nouvelle étude montre que ces formes de relief et les conditions climatiques de la région sont semblables à celles des régions semi-arides de la planète, telles que les marais salants de l'Afrique australe.

 

Les observations ont été faites par l'orbiteur Cassini, faisant partie de la mission Cassini-Huygens de la NASA, de l'ESA et de l'Agence spatiale italienne vers le système de Saturne.

 

Bien que l'Ontario Lacus était déjà pensé être rempli en permanence avec du méthane liquide, de l'éthane et du propane, ces dernières observations, publiées dans la revue Icarus, suggèrent le contraire.

 

En combinant les données des instruments d'imagerie, spectroscopiques et de radar de Cassini - chacun ayant observé l'Ontario Lacus deux fois - des scientifiques dirigés par Thomas Cornet de l'Université de Nantes, en France, ont trouvé des preuves pour des canaux gravés dans le lit du lac à l'intérieur de la limite sud de la dépression. Ces canaux sont restés visibles entre Décembre 2007 et Janvier 2010, chaque fois que la résolution spatiale a été en mesure de les résoudre.

 

"Nous concluons que le plancher solide de l'Ontario Lacus est probablement plus exposé dans ces secteurs», a déclaré Cornet.

 

De plus, Cassini montre des sédiments autour d'Ontario Lacus qui indiquent également que le niveau de liquide a été plus élevé dans le passé.

 

Ceci est similaire aux lacs éphémères sur la Terre. Les chercheurs suggèrent que son plus proche cousin est le Bassin d'Etosha en Namibie. Ce lit de lac de sel se remplit d'une mince couche d'eau, fournie par la montée de la nappe phréatique pendant la saison des pluies, avant de s'évaporer pour laisser des sédiments comme des marques de marée montrant l'étendue précédente de l'eau.

 

Cornet et ses collègues estiment donc qu'Ontario Lacus est aussi le résultat de fluides d'hydrocarbures du sous-sol jaillissant de temps en temps et inondant la dépression, avant d'ensuite partiellement sécher à nouveau.

 

Au-delà de la Terre, Titan est le seul autre monde connu à porter des liquides stables sur sa surface. Là où la Terre a un cycle de l'eau, Titan possède un cycle hydrocarboné complet, basé sur l'hydrogène, le carbone et l'azote, qui se déroule entre l'atmosphère, la surface et le sous-sol. Les lacs de Titan font partie intégrante de ce processus.

 

"Ces résultats soulignent l'importance de la planétologie comparative dans les sciences planétaires modernes : trouver des caractéristiques géologiques familières sur des mondes extraterrestres comme Titan nous permet de tester les théories expliquant leur formation», explique Nicolas Altobelli, scientifique du projet Cassini-Huygens de l'ESA.

 

http://www.esa.int/esaSC/SEME9CKWZ0H_index_0.htm

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


04 Juin 2009

Météorologie : la première carte de la couverture nuageuse de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona/University of Nantes

 

La première carte des nuages de Titan va permettre d'enrichir la compréhension du fonctionnement des systèmes atmosphériques planétaires. De 2004 à 2007, plus de deux cent nuages ont été observés sur ce satellite de Saturne.
Publiée dans Nature du 4 juin 2009, la carte a été établie par des chercheurs des laboratoires AIM (CEA, INSU-CNRS, Université Paris Diderot) LPGN (INSU-CNRS, Université de Nantes), et GSMA (CNRS, Université de Reims)(1), associés à l'équipe scientifique de l'instrument VIMS(Visual and Infrared Mapping Spectrometer) à bord de la mission Cassini-Huygens(2).

Titan, le plus gros satellite de Saturne, est le seul satellite du système solaire à posséder une épaisse atmosphère, au sein de laquelle on peut observer une météorologie très active : évaporation depuis des lacs, formation de nuages, précipitations. Cette météorologie implique non pas l'eau mais le méthane, et dans une moindre mesure l'éthane. Comme sur la Terre, la météorologie de Titan connait des cycles saisonniers très marqués (succession d'hivers, de printemps, d'automnes et d'étés) du fait de la forte inclinaison de l'axe de rotation du satellite. En revanche, ces cycles sont beaucoup plus longs : dix fois plus éloignée du Soleil que la Terre, Titan met 29 ans pour faire le tour du Soleil quand la Terre le fait en un an. Du fait de cette course autour du Soleil, Titan connaît des saisons qui durent environ 7 ans.

Depuis la première détection d'un nuage en 1995, puis les premières images réalisées avec des télescopes terrestres et avec les instruments embarqués sur la sonde Cassini-Huygens, les scientifiques avaient une vision encore ponctuelle et partielle de la couverture nuageuse de Titan.

 

Avec les observations de VIMS, entre juillet 2004, date de l'arrivée de la sonde Cassini en orbite autour de Saturne, et décembre 2007, le seul modèle climatique prédisant la distribution nuageuse de Titan (3) se voit confirmé. La circulation atmosphérique globale (i.e. à l'échelle du satellite) joue un rôle primordial dans l'apparition et la répartition des nuages. Dans l'hémisphère d'été, des nuages de méthane se forment à proximité du pôle et autour de 40° de latitude : ils sont le résultat du réchauffement saisonnier de la surface de Titan, suffisant pour permettre une forte évaporation du méthane. L'élévation de cet air chargé en méthane est canalisée par la circulation générale de l'atmosphère, formant ainsi sporadiquement des nuages par condensation à des latitudes bien délimitées. Dans l'hémisphère d'hiver, la circulation générale dicte aussi la formation de nuages. La couverture nuageuse y est en revanche d'une nature différente : au delà de 60° de latitude, la branche de la circulation d'air, descendante cette fois-ci, apporte en continu de l'éthane depuis la haute atmosphère, qui se condense pour former des nuages plus bas (au niveau de régions plus froides). Tout au long de la période d'étude, entre 2004 et 2007, les observations de VIMS confirment ainsi le modèle climatique, aussi bien dans l'hémisphère sud (été) que nord (hiver).

Si la répartition géographique des nuages est très bien prédite, en revanche l'évolution de la couverture nuageuse dans le temps est moins bien comprise.  
En effet, le modèle de climat prévoit la disparition des nuages de l'hémisphère sud (au pôle et à 40°S) avec le basculement de la circulation atmosphérique lors de l'équinoxe, au mois d'août 2009, puis leur réapparition dans l'hémisphère nord (de façon symétrique, au pôle et à 40°N) à la saison opposée, à partir de 2014. Selon ce modèle, les nuages de l'hémisphère sud auraient même déjà dû disparaître progressivement depuis 2005, alors que l'automne, normalement plus froid et aride, approche. Or, ce n'est pas ce qui est observé en réalité. Les auteurs de l'étude montrent que des nuages apparaissent encore de façon régulière au cours de l'année 2007, laissant à penser que l'hémisphère sud connait une fin d'été plus chaude et humide que ce qui était prédit. Cette différence avec les modèles climatiques semble indiquer une inertie du système climatique de Titan plus importante que prédite, peut-être liée à l'inertie thermique de sa surface qui resterait encore suffisamment chaude pour continuer d'évaporer du méthane et former des nuages alors que l'éclairement du soleil diminue.

D'autres observations par la sonde Cassini, dont on espère prolonger la mission jusqu'en 2017, pourraient s'avérer cruciales car elles vont permettre de suivre l'évolution de la couverture nuageuse au moment du basculement de la circulation lors de l'équinoxe. Le suivi et la cartographie des nuages à cette période sera un révélateur de la circulation atmosphérique dans une période de changement rapide, et fournira des indications précieuses sur la dynamique du système atmosphérique de Titan.
L'ensemble de ces observations devraient permettre d'améliorer les modèles de circulation atmosphérique de Titan, et aideront, de façon générale, à mieux comprendre comment fonctionne une atmosphère planétaire, y compris celle de la Terre.

 

Cartes globales des détections de nuages par VIMS durant la période juillet 2004 - décembre 2007, présentées en projection cylindrique (haut) et en projections polaires (bas). Les nuages se répartissent en trois zones bien distinctes, autour des deux régions polaires, et sur une bande centrée autour de la latitude 40°S. La carte de fond a été réalisée par l'instrument VIMS de Cassini. Crédit : NASA/JPL/University of Arizona/University of Nantes

 

Nuage imagé par VIMS le 26 mars 2007 lors d'un survol de Titan par Cassini (on observe encore l'activité nuageuse au pôle Sud alors que l'on s'attendrait à la voir disparaître).

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona/University of Nantes

 

Notes

1 - Laboratoire Astrophysique, Interactions, Multi-échelles (AIM), Université Paris Diderot, INSU-CNRS, CEA/Irfu ; Laboratoire de Planétologie et Géodynamique de Nantes, INSU-CNRS, Université de Nantes ; Groupe de Spectrométrie Moléculaire et Atmosphérique, CNRS, Université Reims Champagne-Ardenne.

2 - La mission Cassini-Huygens est une mission spatiale conjointe des agences spatiales américaine (NASA), européenne (ESA) et italienne (ASI).

3 - Voir communiqué de presse INSU-CNRS du 12/01/2006 : http://www.insu.cnrs.fr/a1651,prevision-climatique-titan-temps-brumeux-nuageux.html

 

Référence

"Global circulation as the main source of cloud activity on Titan", S. Rodriguez , S. Le Mouélic , P. Rannou , C. Sotin, G. Tobie , J.W. Barnes, C.A. Griffith, M. Hirtzig, K.M. Pitman, R.H. Brown, K.H. Baines, B.J. Buratti, R.N. Clark, P.D. Nicholson, Nature, 4 Juin 2009.

 

Source : INSU/CNRS http://www.insu.cnrs.fr/a3043,meteorologie-premiere-carte-couverture-nuageuse-titan.html

 

http://www.sciences.univ-nantes.fr/geol/WEBUMR6112/MissionSpatiales/MissionCassiniHuygens/Nature_VIMS_clouds.html

 

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/USGS

 

Ganesa Macula

Publiée le 24 Mars 2009

 

Le radar de Cassini a obtenu des vues en stéréo de près de 2 pour cent de la surface de Titan au cours de 19 survols sur les cinq dernières années. Le processus de fabrication de cartes topographiques à partir des images démarre tout juste, mais les résultats révèlent déjà une partie de la diversité des caractéristiques géologiques de Titan.

 

La principale caractéristique approximativement circulaire dans la partie ouest de cette image est un secteur connu sous le nom de Ganesa Macula. Cette caractéristique de 180 kilomètres de large ressemble grossièrement aux dômes volcaniques à paroi abrupte sur Vénus qui ont été imagés avec le vaisseau spatial Magellan dans les années 1990. Par conséquent, initialement elle était supposée être une caractéristique cryovolcanique. La carte topographique dérivée du radar stéréo montre que Ganesa dans son ensemble n'est pas élevé, comme on pourrait s'attendre pour un volcan. Au lieu de cela, elle est inclinée (bas à l'est, haut le long du bord est).

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/USGS

 

Hotei

Publiée le 24 Mars 2009

 

Cette paire d'images couvre des parties de Hotei Arcus, une caractéristique brillante en infrarouge et peut-être variable au fil du temp qui a été supposée être cryovolcanique, d'après la présence de caractérisques comme des écoulements dans les images radar.

 

Les données radar montrent que ces écoulements, la plupart ayant des lisières sombres au radar et des sommets brillants, sont de 100 à 200 mètres d'épaisseur. En combinaison avec les pentes basses desquels la matière s'est écoulée, ces épaisseurs suggèrent que la matière était au moins visqueuse comme la lave basaltique sur Terre. Des analyses quantitatives supplémentaires du comportement de ces écoulements pourraient aider les scientifiques à déterminer quelle pourrait être leur composition.

 

Des canaux voisins brillants sont coupés par les montagnes dans le sud et montrent de petite modification d'élévation, en accord avec un fluide beaucoup moins visqueux, tel que le méthane liquide, lequel est probablement délivré en surface sous forme de pluie.

 

 

Crédit : NASA/JPL/USGS

 

Titan's "Sand Sea" Belet

Publiée le 24 Mars 2009

 

Ces cartes topographiques montrent la "mer de sable" équatoriale appelée Belet, et inclus des dunes sombres et des secteurs plus lumineux sans dunes.

 

Les dunes individuelles ne sont pas résolues mais les plus grandes peuvent être mesurées et ont une hauteur de 100 à 150 mètres, en accord avec les estimations passées. Les secteurs lumineux sont élevés, et il apparaît qu'environ 200 mètres de relief - légèrement plus que la hauteur des dunes elles-mêmes - soit suffisant pour stopper ou dévier les dunes.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Mapping Titan's Global Wind Patterns

Publiée le 26 Février 2009

 

Les scientifiques ont utilisé les données du radar de Cassini pour cartographier le modèle de vent global sur la lune Titan de Saturne en utilisant les données collectées sur une période de quatre années.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA11801

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/news/newsreleases/20090226titandunes/

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Impact Craters

Publiée le 21 Mai 2008

 

Ces vues côte à côte montrent un cratère d'impact nouvellement découvert (à gauche) comparé avec un cratère découvert auparavant (à droite). Le nouveau cratère a été tout juste découvert par l'instrument radar du vaisseau spatial Cassini au cours du survol plus récent de Titan le 12 Mai 2008. Ceci en fait le quatrième dispositif identifié sans aucun doute comme un cratère d'impact jusqu'ici sur Titan -- moins de 100 dispositifs sont considérés comme des impacts possibles. Comparé à d'autres lunes de Saturne, qui ont de nombreux milliers de cratères, la surface de Titan est très peu parsemée de cratères. C'est en partie dû à l'atmosphère dense de Titan, qui brûle les plus petits corps d'impact avant qu'ils puissent percuter la surface. Les processus géologiques, tels que le déplacement du sable par le vent et le volcanisme glacial, peuvent également éliminer les cratères.

 

Les deux images sont d'environ 350 kilomètres dans la largeur. Le cratère du côté droit a été découvert par Cassini en 2005 et est montré ici pour la comparaison. Il est de 80 kilomètres de diamètre (voir PIA07368), avec l'illumination du radar d'en haut. Appelé Sinlap, ce cratère est à estimé à environ 1.300 mètres de profondeur. Le nouveau dispositif imagé sur le côté gauche, qui n'a pas encore été nommé, est plus grand que le cratère Sinlap avec un diamètre d'environ 112 kilomètres.

 

Le nouveau cratère est situé à environ 26 degrés de latitude nord, 200 degrés de longitude ouest, dans la région lumineuse connue sous le nom de Dilmun, à environ 1.000 kilomètres au nord du site d'atterrissage de Huygens. Dans l'image, également illuminée d'en haut, il apparaît légèrement irrégulier, suggérant qu'il a été modifié après qu'il se soit formé, peut-être par des effondrements des parties de son bord sur le plancher. Le plancher du cratère semble plat, et deux petites taches lumineuses indiquent un probable pic central. La couverture d'éjecta (le matériel environnant) de ce cratère est moins importante que celle du cratère Sinlap. Le caractère plus dégradé du cratère suggère qu'il pourrait être plus ancien que Sinlap (en supposant que les processus érosifs sont identiques aux deux endroits, qui sont à des latitudes similaires).

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10655

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Tectonics on Titan

Publiée le 21 Mai 2008

 

Un ensemble de trois dorsales parallèles a été vu par l'instrument radar du vaisseau spatial Cassini au cours du dernier survol de Titan le 12 Mai 2008. Cette combinaison est peu susceptible d'être une coïncidence -- la meilleure explication pour ces dispositifs est qu'ils sont inclinés ou des blocs séparés de croûte cassée ou fendue, maintenant exposés en tant que hautes arêtes. Leur espacement régulier est typique des régions qui ont été comprimées ou prolongées sur de vastes zones. De telles interactions sont nommées tectoniques, bien qu'elles ne se produisent pas comme la tectonique de plaques, qui est un processus propre à la Terre.

 

Les arêtes, qui apparaissent sur le côté gauche de l'image, sont des dispositifs accidentés et sont élevés au-dessus du terrain environnant. Les brillants motifs signifient que les matériaux sont fracturés ou bloqués à la longueur d'onde du radar (2.17 centimètres). Le long des côtés sud des arêtes sont des falaises importantes, ou des escarpements, se présentant comme de fines lignes sombres au radar dirigées d'ouest en est, et interprétées comme des failles. Ces dispositifs ont des tailles jusqu'à quelques cent mètres, d'après les estimations préliminaires des pentes.

 

Le secteur montré ici est situé dans la région montagneuse appelée Xanadu. Les arêtes sont semblables de plusieurs manières aux chaînes de montagne vues à la latitude semblable mais à environ 90 degrés à l'ouest, juste à l'ouest de Shangri-La (observée pendant un survol en Octobre 2005, PIA08454). Les deux régions ont des chaînes ou des crêtes de montagne qui sont orientées ouest-est et sont espacées d'environ 50 kilomètres. Ceci indique que les forces tectoniques ont agi dans une direction nord vers le sud dans la région équatoriale de Titan et ont eu comme conséquence des effets réguliers dans la croûte de Titan, preuve qui aidera les scientifiques à mieux comprendre la croûte et l'intérieur de Titan.

 

Les autres dispositifs linéaires, probablement apparentés à la formation des arêtes, et des dispositifs circulaires, peut-être des cratères d'impact érodés sont maintenant remplis de matériel (homogène) sombre au radar, sont également vus dans l'image. Le plus grand dispositif circulaire, au centre en bas, est d'environ 20 kilomètres de diamètre.

 

L'image est centrée à 2 degrés sud, 127 degrés ouest et a été obtenue le 12 Mai 2008, avec une résolution d'environ 300 mètres. La flèche ouverte indique la direction de l'illumination du radar. La ligne blanche formée de tirets dans la partie supérieure est un artefact du traitement du SAR et sera enlevé dans les versions postérieures.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA10654

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 


06 Mars 2008

Pourquoi Titan n'est-il pas recouvert par un océan ?

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC

 

Des chercheurs de Besançon et de Grenoble, dans un article à paraître dans Astrophysical Journal Letters, viennent de proposer une solution à la question de l'inexistence d'un océan recouvrant Titan. La surface de Titan serait recouverte d'une couche poreuse de cryolave qui absorberait les hydrocarbures présents dans l'atmosphère de Titan. Il y aurait ainsi formation d'une couche de plus de deux kilomètres d'épaisseurs de clathrates d'hydrates riches en éthane.

 

Titan, le plus grand satellite de Saturne, possède une atmosphère épaisse dominée par l'azote et le méthane. Le brouillard dense et orangé cachant la surface du satellite est est le résultat d'une chimie du méthane, de l'azote et de leurs produits de dissociation induite par le rayonnement solaire et les particules énergétiques de la magnétosphère de Saturne. Ceci conduit majoritairement à la formation de l'éthane, mais aussi à de nombreux composés de plus en plus complexes (hydrocarbures, nitriles ...) conduisant à la formation d'aérosols. Au cours des vingt années qui ont précédé l'exploration de la surface de Titan par la mission Cassini-Huygens, les astronomes estimaient que les taux de production et de condensation de l'éthane étaient tellement importants qu'il devait exister un océan global recouvrant la surface de Titan, dont la profondeur pouvait atteindre 1 kilomètre. Cependant, les observations de la sonde Cassini-Huygens, réalisées depuis fin 2004, n'ont révélé la présence de lacs qu'aux hautes latitudes et avec une superficie totale ne permettant de contenir qu'une petite quantité de l'éthane produit au cours de l'histoire de Titan.

 

Deux astrophysiciens, de l'Institut UTINAM (UMR ; CNRS / Université de Franche-Comté ; Observatoire de Besançon / INSU-CNRS) et du Laboratoire de Planétologie de Grenoble (UMR ; CNRS / Université Joseph Fourier ; Observatoire des Sciences de l'Univers de Grenoble / INSU-CNRS), viennent de proposer un processus pour expliquer le manque d'éthane.

 

La surface de Titan serait recouverte de couches successives de cryolaves poreuses qui résulteraient du dégazage du méthane contenu dans des remontées de cryomagma. Les hydrocarbures liquides produits dans l'atmosphère de Titan percolent à travers ce "magma" poreux et le liquide est stocké dans les pores du sous-sol de Titan. Ce processus devrait ainsi former un réservoir de clathrates d'hydrates riches en éthane, pouvant potentiellement s'isoler de la surface. En supposant une porosité de l'ordre de 10% pour la cryolave constituant le sous-sol de Titan, une couche de clathrates d'hydrates de moins de 2 300 mètres d'épaisseur est requise pour enfouir tous les hydrocarbures liquides générés dans l'atmosphère du satellite au cours de son histoire.

 

Il va falloir attendre des observations plus poussées de la surface de Titan pour vérifier cette hypothèse, peut-être dans le cadre d'un programme de sonde spatiale comme celui de l'ESA "TandEM" qui est en compétition pour une éventuelle sélection.

 

Référence

"Sequestration of ethane in the cryovolcanic subsurface of Titan". O. Mousis & B. Schmitt. Astrophysical Journal Letters, sous presse.

 

Source : INSU/CNRS http://www.insu.cnrs.fr/a2496,pourquoi-titan-n-est-il-pas-recouvert-par-ocean.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


13 Février 2008

Les produits organiques à la surface de Titan surpassent les réserves de pétrole sur Terre

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC

 

La lune orange de Saturne, Titan, a des centaines de fois plus d'hydrocarbures liquides que l'ensemble des réserves de pétrole connues et de gaz naturel sur Terre, selon de nouvelles données de Cassini. Les hydrocarbures tombent du ciel, se rassemblant en vastes dépôts qui forment des lacs et des dunes.

 

Les nouveaux résultats de l'étude conduite par Ralph Lorenz, membre d'équipe du radar de Cassini du JHUAPL (Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory), sont rapportés dans l'édition du 29 Janvier 2008 de Geophysical Research Letters.

 

"Titan est juste couverte de matière contenant du carbone - c'est une usine géante de produits chimiques organiques," note Lorenz. "Ce vaste inventaire de carbone est une fenêtre importante sur la géologie et l'histoire du climat du Titan."

 

Avec un douillet moins 179º Celsius, Titan est loin du luxe de la Terre. Au lieu de l'eau, des hydrocarbures liquides sous forme de méthane et d'éthane sont présents sur la surface de la lune, et des tholins composent probablement ses dunes. Le terme de 'tholins' a été inventé par Carl Sagan en 1979 pour décrire les molécules organiques complexes au coeur de la chimie prébiotique.

 

Cassini a cartographié par radar environ 20% de la surface de Titan. Plusieurs centaines de lacs et de mers ont été observées, dont plusieurs douzaine estimées contenir plus d'hydrocarbure liquide que les réserves de pétrole et de gaz de la Terre. Les dunes foncées qui courent le long de l'équateur contiennent un volume de produits organiques de plusieurs centaines de fois plus grands que les réserves de charbon de la Terre.

 

Les réserves prouvées de gaz naturel sur Terre se montent à 130 milliards de tonnes, assez pour fournir 300 fois la quantité d'énergie que les Etats-Unis utilisent annuellement pour le chauffage des résidences, la réfrigération et l'éclairage. Des douzaines de lacs de Titan ont individuellement l'équivalent d'au moins cette quantité d'énergie sous forme de méthane et d'éthane.

 

"Cette estimation globale est basée essentiellement sur les vues des lacs dans les régions polaires nordiques. Nous avons supposé que le sud pourrait être semblable, mais nous ne connaissons pas vraiment encore combien de liquide il y a là," commente Lorenz. Le radar de Cassini a observé la région polaire sud seulement une fois, et seulement deux petits lacs étaient visibles. De futures observations de ce secteur sont projetées au cours de la mission prolongée proposée de Cassini.

 

Les scientifiques ont estimé la profondeur des lacs de Titan en faisant quelques suppositions générales basées sur les lacs sur Terre. Ils ont pris la superficie moyenne et la profondeur moyenne des lacs sur Terre, en tenant compte des environnements voisins, comme les montagnes. Sur Terre, la profondeur de lac est souvent 10 fois moins que la hauteur du terrain voisin.

 

"Nous savons également que quelques lacs sont de plus de 10 m ou aussi profonds parce qu'ils semblent bel et bien d'un noir d'encre au radar. S'ils étaient peu profonds nous verrions le fond, et ce n'est pas le cas," ajoute Lorenz.

 

La question sur la quantité de liquide sur la surface est importante parce que le méthane est un gaz accentuant l'effet de serre sur Titan aussi bien que sur la Terre, mais il y en a beaucoup plus sur Titan. Si tout le liquide observé sur Titan est du méthane, il aurait seulement quelques millions d'années, parce que lorsque le méthane s'échappe dans l'atmosphère de Titan, il se décompose et s'échappe dans l'espace. Si le méthane venait à s'épuiser, Titan pourrait devenir beaucoup plus froid. Les scientifiques croient que le méthane pourrait alimenter l'atmosphère par évacuation de l'intérieur dans des éruptions cryovolcaniques. Si c'est le cas, la quantité de méthane, et la température sur Titan, peuvent avoir fluctués nettement dans le passé de Titan.

 

Le prochain survol de Titan par le radar de Cassini a lieu le 22 Février 2008, quand l'instrument radar observera l'emplacement d'atterrissage de la sonde Huygens de l'ESA.

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Cassini-Huygens/SEMCSUUHJCF_0.html

 

Gilbert Javaux - PGJ-Astronomie

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Radar Images Titan's South Pole

Publiée le 08 Janvier 2008

 

Cette image radar a été obtenue par le vaisseau spatial Cassini lors de son récent passage par le pôle sud de Titan le 20 Décembre 2007.

 

Cette portion de bande (T39) est de la région s'étendant d'environ 84 degrés Sud au pôle Sud, avec une longueur d'approximativement 760 kilomètres et une largeur de 150 à 170 kilomètres.

 

Cette image couvre le pôle sud de Titan, qui peut être vu comme une région de larges vallées planes entourées par un terrain accidenté. Egalement vus dans cette image sont deux dispositifs interprétés comme des lacs.

 

Leur aspect très foncé dans l'image radar indique qu'ils sont probablement remplis de méthane liquide. D'autres bassins apparemment vides sont vus ailleurs dans la bande radar. En se basant sur cette bande, il semblent y avoir moins de lacs près du pôle Sud que ce que l'on peut voir dans une région typique près du pôle Nord. Puisque c'est la fin de la saison d'été dans l'hémisphère sur Titan, cette interprétation est conforme à une théorie précédemment proposée que le méthane remplit les lacs pendant l'hiver et s'évapore au cours de l'été, les laissant à sec jusqu'à l'automne suivant.

 

Crédit : NASA/JPL

 

Flowing Liquids on Titan

Publiée le 08 Janvier 2008

 

Cette image radar a été obtenue par le vaisseau spatial Cassini lors de son récent passage par le pôle sud de Titan le 20 Décembre 2007. Cette image est centrée près de 76.5 degrés Sud et 32.5 degrés Ouest et couvre un secteur de 620 kilomètres sur 270 kilomètres.

 

De nombreuses preuves d'écoulements de liquide sont vues dans cette image, des canaux sinueux et larges de fleuve à des motifs plus courts et plus chaotiques de drainage. Le terrain extrêmement découpé et accidenté dans la partie sud de l'image a été très érodé par des écoulements de liquide, probablement d'une combinaison de pluies torrentielles de méthane et de décapage (le méthane à fleur de terre montant pour éroder la surface). Les larges vallées vues dans la partie sud de l'image sont particulièrement curieuses, car elles semblent bien à plates, remplies de matériel homogène, et par moments ont des côtés bruquement définis et relativement droits. Des vallées de ce type peuvent être formées par des processus tectoniques, tels que des ruptures, ou par des processus d'érosion, provoqués par l'écoulement de liquide ou de glace.

  

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Makes Contact

Publiée le 15 Octobre 2007

 

Instrument : Imaging Science Subsystem - Narrow Angle

 

Date : 01 Août 2007

Distance : 1,5 million de km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Beyond the Rings

Publiée le 15 Octobre 2007

 

Epiméthée se tient au-dessus des anneaux. A l'arrière-plan : Titan.

 

Instrument : Imaging Science Subsystem - Narrow Angle

 

Date : 28 Avril 2006

Distance : 667.000 km d'Epiméthée et 1,8 million de km de Saturne

  

02 Octobre 2007

Survol de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Trente-deux jours après le dernier survol de Cassini, le vaisseau spatial Cassini rend une visite à Titan pour la trente-septième fois. L'approche au plus près se produit à la latitude de 60° Sud au cours de l'orbite 50 le mardi 02 Octobre à 04h42m43s UTC à une altitude de 975 kilomètres au-dessus de la surface de la lune de Saturne et à une vitesse de 6,3 kilomètres par seconde. Cette rencontre est la première d'une série de sept survols de l'hémisphère sud de Titan qui interviendront d'ici la fin de la mission primaire (mi-2008).

 

Ce sera le survol le plus au sud de l'instrument radar à ce jour. Les prochains passages radar devraient amener le vaisseau spatial plus près du pôle sud. Les scientifiques seront à la recherche de lacs ou de mers pour voir s'ils sont aussi répandus qu'au pôle nord.

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/news/events/titan20071002/index.cfm

 

http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=41380

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Above Adiri

Publiée le 31 Juillet 2007

 

Dans les étendues sauvages venteuses des déserts de dunes à l'équateur de Titan se tient la large région lumineuse de 1.700 kilomètres de large appelée Adiri, vue ici au centre. La sonde intrépide Huygens s'est posée au bord nord-est d'Adiri en Janvier 2005.

 

Date : 14 Juin 2007

Distance : 157.000 km de Titan

 


25 Mai 2007

Côtes et montagnes noyées sur Titan

 

Crédit : NASA/JPL

 

Cassini a accompli son 31ème survol de la lune Titan de Saturne le 12 Mai 2007. L'instrument RADAR a obtenu cette image montrant le littoral et un archipel dans une partie d'une grande mer, laquelle correspond à la mer plus grande vue par l'instrument de formation d'image de Cassini.

 

Comme d'autres corps liquides vus sur Titan, ce dispositif révèle des canaux, des îles, des baies, et d'autres caractéristiques typiques des littoraux terrestres et le liquide, très probablement une combinaison de méthane et d'éthane, semble très sombre au radar. Ce qui frappe sur cette partie de la mer comparée à d'autres corps liquides sur Titan est l'absence relative de régions plus lumineuses dans cette zone, suggérant que la profondeur du liquide ici excède des dizaines de mètres.

 

Digne d'un intérêt particulier est la présence d'îles isolées, qui suivent la même direction que la péninsule vers leur droite en bas, suggérant qu'elles puissent faire partie d'une ligne de crête de montagne qui a été inondée. C'est analogue, par exemple, aux Iles Catalina au large de la côte sud de la Californie.

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Cassini-Huygens/SEMQD59RR1F_0.html

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/multimedia/images/image-details.cfm?imageID=2614

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC

 

Titan Sea and Lake Superior

Publiée le 13 Mars 2007

 

Cette image montre côte-à-côte une image radar de Cassini (sur la gauche) de ce qui est le plus grand corps de liquide trouvé à ce jour au pôle nord de Titan, et une image du Lac Supérieur (sur la droite).

 

Ce dispostif sur Titan est au moins de 100.000 kilomètres carrés, ce qui est plus grand en entendu que le Lac Supérieur (82.000 kilomètres carrés), qui est le plus grand lac sur Terre.

 

En raison de sa taille, les scientifiques l'appellent une mer.

 

Crédit : NASA/JPL/GSFC

 

Radar Shows Evidence of Seas

Publiée le 13 Mars 2007

 

Cette image extraite d'une animation, composée de plusieurs images détaillées prises par le radar de Cassini, montre des corps de liquide près du pôle nord de Titan. Ces images montrent que des plusieurs des dispositifs généralement associés aux lacs sur Terre, tels que des îles, des baies, des criques et des canaux, sont également présents sur cette lune froide de Saturne. Elles offrent des fortes preuves que de plus grands corps vus dans les images infrarouges sont, en fait, des mers. Ces mers sont probablement de méthane et d'éthane sous forme liquide.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan (T25) Viewed by Cassini's Radar - Feb. 22, 2007

Publiée le 13 Mars 2007

 

Cette image de la plus grande lune de Saturne, Titan, obtenue par le radar de Cassini au cours d'un survol du pôle le 22 Février 2007, montre des dunes et des lacs, dont un qui est plus grand que n'importe quel lac sur Terre et peut légitiment être appelé une mer. Découverts initialement par le radar de Cassini en Juillet 2006, on pense que les lacs de Titan se composent de méthane et d'éthane liquides.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Larger and Larger Lakes

Publiée le 28 Février 2007

 

Cette image radar, obtenue par Cassini au cours d'un survol près du pôle le 22 Février 2007, montre une grande île au millieu d'un des plus grands lacs pris en image sur Titan. Cette image offre des preuves supplémentaires que les plus grands lacs se trouvent à des latitudes élevées.

 

L'île mesure environ 90 kilomètres sur 150 kilomètres de large. Elle peut en réalité être une péninsule reliée par un pont à une plus grande étendue de terre. Plusieurs petites îles commencent à apparaître en bas de l'image.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Ganesa Macula

Publiée le 16 Février 2007

 

Cette image radar de Titan montre Ganesa Macula, interprété comme un cryovolcan (volcan de glace), et son environnement.

 

Le cryovolcanisme est supposé avoir été un processus important sur Titan et peut se produire toujours aujourd'hui. Cette mosaïque a été faite à partir des images obtenues par le cartographe radar de Cassini lors de deux survols. La partie en bas de l'image était du survol du 26 Octobre 2005, alors que la partie du haut était du survol du 13 Janvier 2007. Ganesa macula est le dispositif circulaire foncé vu en bas à gauche de la mosaïque. Des dispositifs arrondis lumineux, interprétés comme des écoulements cryovolcaniques, sont vus vers le haut et la droite de la mosaïque.

 

Crédit : NASA/JPL

 

A New Crater on Titan?

Publiée le 16 Février 2007

 

Cette image radar de Titan montre un dispositif semi-circulaire qui peut faire partie d'un cratère d'impact. Très peu de cratères d'impact ont été vus sur Titan jusqu'ici, impliquant que la surface est jeune. Chaque nouveau cratère identifié sur Titan aide les scientifiques à connaître l'âge de la surface.

 

Prise par le radar cartographe de Cassini le 13 Janvier 2007, pendant un survol de Titan, l'image a révélé ce qui a semblé être la moitié la plus au nord d'un cratère d'impact. Ce cratère est d'approximativement 180 kilomètres de large. Seulement trois cratères d'impact ont été identifiés sur Titan et plusieurs autres, comme celui-ci, sont susceptibles également d'avoir été provoqués par un impact. La matière lumineuse est interprétée comme faisant partie de la couverture de l'ejecta du cratère, et est probablement plus haute topographiquement que les plaines environnantes. La partie intérieure du cratère est foncée, et peut représenter des dépôts homogènes qui ont recouvert l'intérieur du cratère.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan (T17) Viewed by Cassini's Radar - Sept. 7, 2006

Publiée le 08 Février 2007

 

 

Cette image de la surface de Titan montre la scène entière obtenue par le radar de Cassini le 07 Septembre 2006. Elle inclut des exemples clairs de dunes longitudinales, tout comme un des trois seuls cratères d'impact identifiés (à l'extrême gauche de l'image).

 

Les dunes longitudinales de Titan, découvertes en premier au cours du troisième survol de Titan en Février 2005, composent la plupart des régions équatoriales sombres de Titan. Celles-ci courent d'est en ouest, sont d'environ 1 à 2 kilomètres de large, espacées d'un à deux kilomètres de distance, d'environ 100 mètres de hauteur, et de 10 à plus de 100 kilomètres de longueur. Elles forment une courbe autour de lumineux dispositifs dans l'image -- qui peuvent être des obstacles topographiques élevés-- suivant les motifs de vent dominant. A la différence des dunes de sable sur Terre, celles-ci peuvent être les particules organiques solides ou de la glace chargée de matière organique.

 

La partie gauche (la plus à l'ouest) de l'image montre également un des trois seuls cratères d'impact confirmés jusqu'ici sur Titan. D'approximativement 30 kilomètres de diamètre, il mesure environ 150 kilomètres de haut sur 190 kilomètres de large, et son centre est à 79 degrés Ouest, 10 degrés Nord. La différence dans l'aspect global entre ce cratère, qui a une crête centrale, et ceux en dehors, comme Sinlap, indique des variations dans les conditions de l'impact, dans l'épaisseur de la croûte, ou dans les propriétés de la météorite qui a fait le cratère. Le plancher foncé indique des matériaux homogènes et/ou fortement absorbants.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Bands of Titan

Publiée le 02 Février 2007

 

Des bandes orientées est-ouest sont visibles sur Titan sur les images prises en ultraviolet par le vaisseau spatial Cassini.

 

La longueur d'onde ultraviolet permet à Cassini de voir la stratosphère de Titan, où la super rotation, dans laquelle l'atmosphère se déplace autour de la lune plus rapidement que Titan tourne - est forte. L'aspect récent de cette caractéristique peut être annonciateur d'un changement saisonnier sur Titan.

 

Le halo de la lune - la couche de brume de haute altitude qui entoure le globe - est visible ici et est souvent la principale caractéristique dans de tellles vues en ultraviolet.

 

Date : 25 Décembre 2006

Distance : 1,3 millions de km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Titan's Giant North Pole Cloud

Publiée le 01 Février 2007

 

Le spectromètre visuel et infrarouge de Cassini a pris des images d'un énorme système de nuages couvrant le pôle nord de Titan.

 

Cette image composée montre le nuage, photographié depuis une distance de 90.000 kilomètres au cours du survol le 29 Décembre 2006 programmé pour observer le limbe de la lune. Le spectromètre visuel et infrarouge de Cassini a scanné le limbe, révélant ce spectaculaire système de nuages. Il couvre le pôle nord en descendant jusqu'à une latitude de 62 degrés nord et à toutes les longitudes observées.

 

Une telle couverture nuageuse était prévue, selon les modèles de circulation atmosphérique de Titan, mais on ne l'avait jamais observée auparavant avec de tels détails.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan Dunes over Possible Craters (T23)

Publiée le 24 Janvier 2007

 

Cette image radar des dunes de Titan est particulière parce qu'elle pourrait montrer une relation d'époque entre différents types de caractérisques à la surface de ce monde glacial.

 

Prise lors d'un survol de Titan le 13 Janvier 2007, l'imaGe montre trois sortes de terrain. Dans toute l'image, le fin revêtement a été identifié comme des dunes, probablement faites de matière organique et formées par l'action du vent. Les dunes sont des reliefs courants sur Titan. La matière brillante en bas à droite de l'image est interprétée comme étant topographiquement plus haute que les dunes qui l'entourent, et plusieurs caractéristiques circulaires vues au centre en haut peuvent être des cratères qui ont été lentement ensevelis par les dunes. Puisque les dunes semblent se tenir au-dessus des cratères, l'action des dunes est probablement survenue à une époque plus tardive.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan (T16) Viewed by Cassini's Radar - July 22, 2006

Publiée le 05 Janvier 2007

 

Cette image radar montre la scène entière dans laquelle des lacs d'hydrocarbure ont été découverts la première fois sur Titan, près de son pôle nord. Cette image a été acquise le 22 Juillet 2006, par le radar de Cassini.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Two Sides of Dunes

Publiée le 05 Janvier 2007

 

Cette paire d'images, prises par le radar du vaisseau spatial Cassini lors de deux différents passages près de Titan le 11 Décembre 2006 (à gauche) et le 29 Octobre 2005 (à droite), représente deux vues différentes d'un champ de dunes situés près de 9.4 degrés de latitude Nord et 290 degrés de longitude Ouest.

 


04 Janvier 2007

Les lacs de Titan

 

Crédit : NASA/JPL, Cassini Radar Team, F. Paganelli

 

Crédit : NASA/JPL, Cassini Radar Team, F. PaganelliL'instrument Radar de Cassini, en orbite autour de Saturne, observe régulièrement la surface de Titan avec une résolution meilleure que le kilomètre. Grâce aux hyperfréquences, le Radar traverse l'atmosphère opaque de Titan, pour sonder le sol, et éventuellement le fond des lacs de méthane ou éthane liquide. Il a permis de découvrir des structures dont la morphologie et la topographie correspondent bien à ces premiers lacs extra-terrestres. Ce résultat a été publié dans le numéro du 4 janvier 2007 de Nature par l'équipe internationale de l'instrument Cassini Radar, dont Pierre Encrenaz (LERMA) de l'Observatoire de Paris, et Professeur à l'UPMC.

 

La sonde Cassini-Huygens, actuellement en orbite autour de Saturne, effectue régulièrement des survols des satellites majeurs de cette planète. Un objectif principal de cette mission conjointe NASA-ESA est notamment l'étude de Titan, le second plus gros satellite du système Solaire avec ses 5150 km de diamètre. Du fait de son atmosphère permanente, composée essentiellement d'azote et contenant du méthane ainsi que des composés organiques, la surface de Titan est invisible pour des capteurs fonctionnant dans les domaines visible et infra-rouge, à quelques rares fenêtres près. La surface du satellite a été révélée en partie par la sonde Huygens de l'ESA, qui a atterri dans une région proche de l'équateur le 14 janvier 2005 : les caméras de Huygens ont pu montrer des structures ressemblant à des réseaux de drainage et des lacs asséchés. L'instrument Radar de l'orbiteur Cassini est un système hyper-fréquences (bande Ku) qui permet d'étudier la surface de Titan à travers son atmosphère opaque. Cet instrument fonctionne en mode radiomètre, scatteromètre, altimètre et imageur SAR. C'est ce dernier mode qui permet d'observer la surface de Titan à une résolution meilleure que le kilomètre. Il a déjà permis la découverte de plusieurs structures cryo-volcaniques, de cratères d'impact et de vastes champs de dunes. Le survol T16 effectué au dessus du pôle nord de Titan le 22 juillet 2006 a révélé plus de 75 structures sombres au radar, de forme irrégulière pouvant atteindre plusieurs dizaines de kilomètres, dans une région où le méthane et l'éthane liquide sont attendus de façon abondante sur Titan. Les structures découvertes présentent clairement des morphologies lacustres et sont associés à des chenaux et des dépressions topographiques. Tout indique que ces sont là les premiers lacs extra-terrestres découverts dans notre système Solaire, confirmant qu'un cycle hydrologique actif existe sur la surface et dans l'atmosphère de Titan.

 

 Source : Observatoire de Paris http://www.obspm.fr/actual/nouvelle/jan07/titan.fr.shtml

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/USGS

 

Liquid Lakes on Titan

Publiée le 03 Janvier 2007

 

L'existence d'océans ou de lacs de méthane liquide sur Titan, la lune de Saturne, a été prévue il y a plus de 20 ans. Mais avec une brume dense empêchant un examen rapproché il n'a pas été possible de confirmer leur présence. Depuis le survol de Cassini le 22 Juillet 2006, c'est fait.

 

Les données radar du survol, publiées cette semaine dans le Journal Nature, fournissent des preuves convaincantes de grands corps de liquide. Cette image, utilisée sur la couverture du journal, donne un aperçu de ce que Cassini a vu. L'intensité dans cette image colorisée est proportionnelle à l'éclat retourné par le radar. Les couleurs ne sont pas une représentation de ce que l'oeil humain verrait.

 

Les lacs, plus sombres que le terrain environnant, sont accentuées ici par des régions de teintes de basse rétrodiffusion dans le bleu. Les régions les plus brillantes au radar sont montrées en brun. La bande d'image radar est déformée pour simuler une vue oblique de la région de latitude la plus élevée, vue d'un point vers son côté ouest.

 

Cette image radar a été acquise par Cassini le 22 Juillet 2006. L'image est centrée près de 80 degrés nord, 35 degrés ouest et est d'environ 140 kilomètres de large. Les plus petits détails dans cette image sont d'environ 500 mètres de large.

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Improving the View of Titan

Publiée le 29 Décembre 2006

 

Vue centrée sur la région de Fensal-Aztlan sur Titan.

Les 17 images composant cette mosaïque ont été prises depuis une distance allant de 81.200 km à 119.500 km de Titan.

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Map of Titan

Publiée le 29 Décembre 2006

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Infrared and Radar Views of Titan #2

Publiée le 12 Décembre 2006

 

Cette image composite contient une image radar prise au cours du survol de Février 2005, et par-dessus, des images du spectromètre prises le 07 février 2006 et le 25 Octobre 2006.

 

La fine bande est l'image infrarouge prise à la fin du survol du 25 Octobre et croise l'image radar près d'un secteur avec une petite caractéristique ressemblant à un cratère. Dans l'image radar un faible éventail de matières semble commencer au cratère, et la partie de l'image infrarouge qui croise le faible éventail montre une grand contraste de brillance et des frontières très nettes. Le dépôt en éventail a une telle limite nette et un contraste fort avec son environnement qu'il suggère que le dépôt vu dans les images radar est un écoulement de matières éjectées d'un petit cratère. Ceci peut être la preuve la plus forte à ce jour d'un cryovolcanisme sur Titan. L'image infrarouge a été prise depuis une distance 1.100 kilomètres de la surface de Titan.

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Infrared and Radar Views of Titan

Publiée le 12 Décembre 2006

 

Ce jeu d'image composite a été construit à partir des meilleures données radar et des données du spectromètre infrarouge de Cassini obtenues de tous les survols précédents de Titan au plus récent survol du 25 Octobre.

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Exposing Titan's Surface

Publiée le 12 Décembre 2006

 

Cette image est une composition de plusieurs images prises au cours de deux survols distincts de Titan, les 09 Octobre et 25 Octobre.

 

La grande caractéristique circulaire près du centre du disque de Titan pourrait être un reste d'un très vieux bassin d'impact. La montagne s'étend vers le sud-est de la caractéristique circulaire, et la longue caractéristique linéaire sombre vers le nord-ouest de la vieille cicatrice d'impact pourrait être le résultat d'une activité tectonique sur Titan provoquée par l'énergie libérée lorsque l'impact s'est produit.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Large Tectonic Complex

Publiée le 12 Décembre 2006

 

Ces images obtenues au cours du survol du 25 Octobre, ont été prises depuis une distance de 15.000 kilomètres de Titan et montrent deux vues d'un secteur parcouru par des chaînes de montagnes qui ont été probablement produites par des forces tectoniques.

 

Près du bas de l'image de droite, on peut voir une bande de brillants nuages. Ces nuages sont probablement produits lorsque le méthane dans l'atmosphère de Titan se refroidit et se condense en brouillard quand le vent amène le méthane au-dessus des montagnes. Autrefois, on supposait que ces nuages récurrents étaient produits par l'activité volcanique sur Titan, mais cette image remet cette idée en question.

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Titan's Sierras

Publiée le 12 Décembre 2006

 

Cette image composite, prise par le vaisseau spatial au cours du survol de Titan le 25 Octobre, montre une massive chaîne de montagnes courant juste au sud de l'équateur de Titan.

 

Près du centre de l'image, la chaîne de montagnes se dirige du sud-est vers le nord-ouest. Elle est d'environ 150 kilomètres de long et 30 kilomètres de large et d'environ 1,5 kilomètres de hauteur. Cette chaîne, et de plus petites chaînes vers l'ouest et l'est de la chaîne principale, résultent probablement de matières remontant du dessous lors du déchirement de la croûte de Titan par des forces tectoniques.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Great Lakes?

Publiée le 13 Octobre 2006

 

Utilisant son système radar, le vaisseau spatial Cassini a pris des images de nouveaux lacs sur Titan.

 

la grande partie sombre vue sur cette image, à de hautes latitudes entourant le pôle nord de Titan, est probablement un lac d'hydrocarbures. Plusieurs canaux foncés peuvent être vus; le plus long à gauche fait des méandres sur presque 100 kilomètres et semble s'écouler dans le lac. Quelques canaux foncés sont remarquablement droits, suggérant de possibles failles dans le sous-sol.

 

Date : 09 Octobre 2006

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Lakes and more lakes

Publiée le 12 Octobre 2006

 

Dans cette image prise par le système radar de Cassini, un modèle invisible auparavant de lacs est révélé. Les lacs ici assument des formes complexes et sont parmi le plus sombres vus jusqu'ici sur Titan.

 

Date : 09 Octobre 2006

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Shorefront Property, Anyone?

Publiée le 27 Septembre 2006

 

Ce lac fait partie d'une plus grande image prise par le radar de Cassini pendant un survol de Titan le 23 Septembre 2006. Elle montre de clairs rivages qui font penser aux lacs terrestres. Avec les températures plus froides de Titan et l'atmosphère riche en hydrocarbure, cependant, les lacs contiennent probablement une combinaison de méthane et d'éthane,et non de l'eau.

 

Centré environ à 74 degrés nord et 65 degrés de longitude ouest, ce lac est d'approximativement 20 kilomètres par 25 kilomètres de large.

 

Il présente plusieurs baies étroites ou anguleuses, y compris une large péninsule qui sur Terre témoignerait que le terrain environnant est plus haut et confine le liquide. De plus larges baies, telle que celle que l'on voit sur la droite, pourraient être le résultat d'un terrain plus uniforme, comme par exemple sur une plage.

 

Date : 23 Septembre 2006

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan's "Kissing Lakes"

Publiée le 27 Septembre 2006

 

Cette image radar de Cassini montre deux lacs "s'embrassant" à la surface de la lunede Saturne.

 L'image prise lors du survol du 23 Septembre 2006 couvre un secteur d'environ 60 kilomètres sur 40 kilomètres.

 

Date : 23 Septembre 2006

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Ethane Clouds Over Titan

Publiée le 14 Septembre 2006

 

L'instrument VIMS (visual and infrared mapping spectrometer) sur le vaisseau spatial Cassini a enregistré ces images infrarouges de l'hémisphère nord de Titan.

 

Les images montrent la réflexion de la lumière du Soleil sur l'atmosphère de Titan à 2.8 microns, la plus longue longueurs d'onde que l'oeil humain peut détecter. L'image apparaît en fausse couleur de sorte que la réflexion la plus élevée apparaisse comme une tonalité rougeâtre. Le vaste nuage d'éthane peut être vu dans toutes les images comme une bande rougeâtre juste au nord de 50 degrés de latitude. Le haut de l'image dans le panneau D montre également une forte réflexion hors du limbe de la planète (également rougeâtre), qui est provoquée par l'angle d'éclairage et n'indique pas la présence des nuages.

 

L'image (A) a été prise le 13 Décembre 2004; l'image (B) le 22 Août 2005; l'image (C) le 21 Août 2005; et l'image (D) le 07 Septembre 2005.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA08739

 

http://uanews.org/cgi-bin/WebObjects/UANews.woa/7/wa/SRStoryDetails?ArticleID=13053

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Clouds over Titan

Publiée le 13 Septembre 2006

 

Cette image dépeint la lune Titan, vue par le spectromètre du vaisseau spatial Cassini, après le survol du 22 Juillet 2006.

 

Date : 22 Juillet 2006

Distance : 160.000 km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Crescent View

Publiée le 13 Septembre 2006

 

Cette composition, réalisée à partir de deux images prises par Cassini lors du survol du vaisseau spatial le 22 Juillet 2006, montre un croissant de la lune Titan.

 

Date : 22 Juillet 2006

Distance : 15.700 km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Swimming in Dunes

Publiée le 12 Septembre 2006

 

Cette image du radar da Cassini a été acquise lors du survol de Titan le 07 Septembre 2006 par le vaisseau spatial.

 

Crédit : NASA/JPL

 

Crater Studies on Titan

Publiée le 12 Septembre 2006

 

Cette image du radar de Cassini montre un cratère d'impact d'un diamètre de 30 Kilomètres à la surface de Titan.

 

Date : 07 Septembre 2006

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Outbound View

Publiée le 18 Août 2006

 

Le survol de Titan par Cassini le 22 Juillet 2006 envoya le vaisseau spatial sur une orbite plus inclinée de Saturne. Cette vue remarquablement claire de ce survol montre les latitudes moyennes typiquement sombres de la lune, et un terrain plus au sud que le vaisseau spatial a l'habitude d'apercevoir.

 

Date : 22 Juillet 2006

Distance : 148.000 km de Titan

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Candle in the Dark

Publiée le 03 Août 2006

 

Les anneaux de Saturne découpent une scène étrange qui est dominée par le croissant lumineux et le globe encerclé de brume de Titan , découpé par la petite lune Encelade (505 km de diamètre), dont les jets glacés sont faiblement visible à son pôle sud.  Le nord est en haut.

 

La lumière dispersée autour de Titan (5.150 kilomètres de diamètre) fait que la surface solide de la lune est visible en silhouette.

 

Date : 10 Juin 2006

Distance : 3,9 millions de km d'Encelade et 5,3 millions de km de Titan

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Saturn's View of Titan

Publiée le 28 Juillet 2006

 

Lors de son approche vers Titan pour une nouvelle rencontre, le vaisseau spatial Cassini a acquis cette image montrant le terrain sur l'hémisphère de la lune faisant face à Saturne.

 

Les secteurs foncés principaux trouvés dans la région équatoriale de la lune semblent contenir de vastes et continus champs dunaires, découverts par le radar de Cassini et probablement composés de particules qui tombent de l'atmosphère brumeuse et unique de Titan. Les régions foncées vues ici sont provisoirement appelées Aaru et Senkyo (à droite), avec les parties à l'ouest de Fensal et d'Aztlan se montrant à la gauche, près du terminateur.

 

Date : 02 Juillet 2006

Distance : 163.000 km de Titan

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Lakes on Titan

Publiée le 24 Juillet 2006

 

Le vaisseau spatial Cassini, en utilisant son système radar, a découvert de très fortes preuves de la présence de lacs d'hydrocarbure sur Titan. Des taches foncées, qui ressemblent à des lacs terrestres, semblent parsemer les latitudes élevées entourant le pôle nord de Titan.

 

Les scientifiques ont speculé que le méthane ou l'éthane liquide pourrait former des lacs sur Titan, en particulier près des régions polaires légèrement plus froides. Dans les images, une variété de taches foncées, certaines avec des canaux menant dans ou hors d'eux, apparaîssent. Les canaux ont une forme qui implique fortement qu'ils ont été découpés par du liquide. Certaines des taches sombres et des canaux se reliants sont complètement noirs, c'est-à-dire, ne renvoient en fait aucun signal radar, et par conséquent doivent être extrêmement lisses. Dans certains cas des bordures peuvent être vues autour des taches foncées, suggérant des dépôts qui pourraient s'être formés lorsque le liquide s'évapore. L'abondant méthane dans l'atmosphère de Titan est stable sous forme liquide sous les conditions qui règnent sur Titan, de même que son produit chimique abondant, l'éthane, mais l'eau liquide ne l'est pas. Pour toutes ces raisons, les scientifiques interprètent les secteurs foncés comme des lacs de méthane ou d'éthane liquide, faisant de Titan le seul corps connu dans le Système solaire, en dehors de la Terre, à posséder des lacs.  Puisque de tels lacs peuvent croître et décroître avec le temps, et que les vents peuvent changer la rugosité de leurs surfaces, de nouvelles couvertures radar de ces secteurs devraient déterminer si ce sont en effet des étendues liquides.

 

Ces deux images radar ont été obtenues par le radar de Cassini le 21 Juillet 2006. L'image du haut centrée vers 80° Nord et 92° Ouest couvre un secteur d'environ 420 km sur 150 km. L'image du bas centrée vers 78° Nord et 18° Ouest couvre un secteur d'environ 475 km sur 150 km. Les plus petits détails dans ces images sont d'environ 500 mètres de large.

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan's Geological Goldmine - Radar Movie

Publiée le 19 Juillet 2006

 

Les yeux puissants du radar de Cassini ont découvert une mine d'or géologique dans une région appelée Xanadu sur la lune Titan de Saturne. Dans le panoramique d'ouest vers l'est, les dispositifs géologiques incluent des canaux, des montagnes et des collines, un cratère et de possibles lacs.

 

Le film montre l'endroit cartographié avec le cartographe radar de Cassini le 30 Avril 2006. La carte globale montre les secteurs tracés jusqu'ici par le radar. Les bandes radar sont superposées à une image en fausse couleur faite à partir des observations par le télescope spatial Hubble. Le radar de Cassini a révélé une variété de dispositifs géologiques, y compris des cratères d'impact, de dépôts fouettés par le vent, des canaux et des dispositifs cryovolcaniques.

 

Crédit : NASA/JPL

 

Xanadu's Meandering Rivers

Publiée le 19 Juillet 2006

 

Un réseau des canaux est situé au sommet de Xanadu, la région sur la lune Titan de Saturne. Cette image radar a été capturée par le cartographe radar de Cassini le 30 Avril 2006.

 

Ces canaux en méandre commencent à partir du haut de l'image et birfurquent en chemin, se dédoublant vers la droite et la gauche de l'image.

 

Avec les conditions froides de Titan, des jets de méthane et/ou d'éthane pourraient s'écouler à travers des parties de la région. L'image est d'approximativement 230 kilomètres de large par 340 kilomètres de long, et montre des dispositifs aussi petits que 500 mètres.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan (T13) Viewed by Cassini's Radar - April 30, 2006

Publiée le 19 Juillet 2006

 

Cette image a été acquise le 30 Avril 2006 et montre la région appellée Xanadu.

 

Xanadu est l'un des secteurs les plus brillants sur Titan, mesurant environ 4.000 km d'est en ouest et 2.000 km du nord au sud. La couverture radar montrée s'étale entre 220 et 490 km du haut vers le bas, et est d'environ 4.850 km de large.

 

Sur Xanadu, la plupart des forces géologiques qui modifient la surface de la Terre peuvent être trouvées. Les canaux sont vus traversant les plaines et créant des méandres à travers les paysages brillants et accidentés. Des chaînes des montagnes plus grandes apparaissent dans l'intérieur de Xanadu. Des dunes traversent des secteurs plus foncés vers l'ouest de Xanadu lui-même. Des dispositifs circulaires pourraient avoir été formés par l'impact d'un astéroïde ou par le cryovolcanisme. Plus de canaux découpent (à droite) la lisière orientale, finissant sur une plaine sombre où les abondantes dunes semblent ailleurs absentes.

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Kiss

Publiée le 14 Juillet 2006

 

Les deux plus grandes lunes de Saturne se rencontrent dans le ciel dans une rare étreinte. Titan (5.150 kilomètres de diamètre) enveloppée de brouillard luit à la gauche de la lune privée d'air Rhéa (1.528 kilomètres de diamètre).

 

Date : 11 Juin 2006

Distance : 3,6 millions de km de Rhéa et 5,3 millions de km de Titan

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Rings Occulting Titan

Publiée le 12 Juillet 2006

 

Titan luit au-delà des anneaux comme un brillant anneau de feu, sa lumière brillant ici et là à travers les vides dans le magnifique plan de glace de Saturne.

 

Titan (5.150 kilomètres de diamètre) est entourée par une brume photochimique épaisse qui dispersent la lumière du Soleil.

 

Date : 11 Juin 2006

Distance : 5,3 millions de km de Titan

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Amazing Hazes

Publiée le 05 Juillet 2006

 

La lumière du Soleil s'écoule à travers la couche de brume des hautes altitudes qui s'étend avec complexité autour de la lune géante, Titan, dans cette vue prise par le vaisseau spatial Cassini. Certaines structures fines peuvent être repérées dans les brumes toujours changeantes dans les extensions polaires boréales de Titan jusqu'en haut.

 

Date : 02 Juin 2006

Distance : 2,3 millions de km de Titan

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Ring of Light

Publiée le 30 Juin 2006

 

L'éblouissante Titan luit avec un coucher du soleil à 360 degrés comme la lumière se disperse à travers son atmosphère très étendue. Une certaine structure est visible dans les brumes de la calotte polaire nord. A la gauche se tient Janus (181 kilomètres de large), loin sur le côté opposé du plan des anneaux. Les anneaux montrent ici leur côté non éclairé à Cassini.

 

Date : 02 Juin 2006

Distance : 2,3 millions de km de Titan

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

A Tale of Two Moons

Publiée le 22 Juin 2006

 

De nombreux pensionnaires du système saturnien portent un manteau uniformément gris, mais pas ces deux lunes. Le corps le plus brillant dans le Système solaire, Encelade, est en contraste ici devant la brumeuse et opaque Titan de couleur or.

 

Date : 05 Février 2006

Distance : 4,1 millions de km d'Encelade et 5,3 millions de km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

From Cloudy to Clear

Publiée le 21 Juin 2006

 

Au cours d'un récent survol de Titan, le vaisseau spatial Cassini a regardé au-delà de la lune complètement couverte et a remarqué clairement Rhéa au loin dans le noir.

 

Date : 20 Mai 2006

Distance : 53.000 km de Titan et 873.000 km de Rhéa

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan on the Side

Publiée le 30 Mai 2006

 

Cette vue, d'un point situé légèrement en dessous du plan des anneaux, regarde en direction de Titan (5.150 kilomètre de diamètre). La sombre division Encke est visible ici, de même que le fin anneau F.

 

Date : 28 Avril 2006

Distance : 1,8 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Dunes and more Dunes

Publiée le 12 Mai 2006

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cette image a été prise avec l'instrument "Synthetic Aperture Radar" du vaisseau spatial Cassini le 28 Octobre 2005.

 

La bande couvre environ 6.150 kilomètres de long, s'étendant de 7 degrés de latitude nord à 18 degrés de latitude sud et de 179 degrés ouest à 320 degrés ouest de longitude.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Stunning Vistas

Publiée le 12 Mai 2006

 

Derrière les anneaux A et F, Epiméthée est visible au-dessus de Titan. La région sombre principale visible dans l'anneau A est la Division Encke.

 

Date : 02 Avril 2006

Distance : 667.000 km  d'Epiméthée et 1,8 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Complex Terrain

Publiée le 09 Mai 2006

 

Date : 30 Avril 2006

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan's Land-o-Lakes

Publiée le 09 Mai 2006

 

Date : 30 Avril 2006

 

Mission CASSINI-HUYGENS

Publiées le 05 Mai 2006

 

Crédit : NASA/JPL/HST

Radar Flyby of Titan - April 30, 2006.

 

Cette carte de Titan montre les secteurs cartographiés par le radar de Cassini le 30 Avril 2006.

 

La carte globale montre les secteurs déjà cartographiés. La bande radar du haut a été tracée lors du survol du 26 Octobre 2004. La bande du milieu a été prise durant le survol du 15 Février 2006.

les bandes radar sont superposées à une image en fausses couleurs réalisée à partir des observations du télescope spatial Hubble

 

Crédit : NASA/JPL

Impact Craters on Xanadu

 

Date : 30 Avril 2006

 

 

Crédit : NASA/JPL

Xanadu: Rivers Flowed onto a Sunless Sea

 

Date : 30 Avril 2006

 

 

Le 05 Mai 2006

Les "mers" de Titan sont faites de sable

 

Crédit : NASA/JPL

 

Les secteurs sombres à la surface du Titan pris jusqu'à présent pour des océans liquides d'hydrocarbure seraient en fait de vastes secteurs de dunes de sable.

 

Dans un article publié dans l'édition de vendredi du journal Science, des chercheurs utilisant les données de radar du vaisseau spatial Cassini ont conclu que les secteurs foncés repérés dans les régions équatoriales de la lune sont des mers de dunes de sable semblables à celles trouvées en Arabie ou en Namibie. Ces dunes de 100 mètres de hauteur, paralèles les unes aux autres et s'étendant sur plusieurs centaines de kilomètres sur l'équateur, seraient créées par les vents de marée de Saturne, plutôt que par les vents d'énergie solaires. À la différence de la Terre, les sables ne seraient pas composés de grains des silicates mais plutôt d'un certain mélange des matériaux organiques et/ou de grains de glace.

 

http://uanews.org/cgi-bin/WebObjects/UANews.woa/2/wa/SRStoryDetails?ArticleID=12614

 


Mission CASSINI-HUYGENS

Publiées le 04 Mai 2006

 

De nouvelles vues faites de Titan ont été publiées par la NASA, l'ESA et l'Université d'Arizona. Les films et photos montrent la spectaculaire descente de la sonde Huygens à la surface de la lune de Saturne le 14 Janvier 2005.

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

Titan Descent Data Movie with Bells and Whistles

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

A View from Huygens - Jan. 14, 2005

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

Titan's Pebbles

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona/USGS

Titan's Surface

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona/Space Science Institute

Fish-eye View of Titan's Surface

 

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

Mercator Projection of Huygens's View

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

Stereographic View of Titan's Surface

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

Mercator Projection of Huygens's View at Different Altitudes

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona/USGS

Views of Titan from Different Altitudes

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

Publiées le 04 Mai 2006

 

Crédit : NASA/JPL

Radar Images Shikoku - "Great Britain"

 

 

Crédit : NASA/JPL

Radar Images the Margin of Xanadu

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

Comparing Notes on Titan -- Radar & Imaging Science Subsystem

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Shifting Northern Hazes

Publiée le 28 Avril 2006

 

La complexe et dynamique atmosphère de Titan montre de multiples couches de brumes près du pôle nord dans cette vue, laquelle fournit également un excellent regard sur la couche stratosphérique séparée de brume qui entoure la lune aux latitudes basses.

 

Date : 16 Mars 2006

Distance : 1,2 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan (T13) Viewed by Cassini's Radar - Flat Map

Publiée le 27 Mars 2006

 

Ce jeu d'images montre les régions qui seront cartographiées le 30 Avril 2006 sur la lune TItan par le radar de Cassini. Le prochain survol de la lune par le vaisseau spatial se déroulera en partie au-dessus d'une brillante région de Titan, dénommée Xanadu.

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan (T13) Viewed by Cassini's Radar

Publiée le 27 Mars 2006

 

Ce jeu d'images montre les régions qui seront cartographiées le 30 Avril 2006 sur la lune TItan par le radar de Cassini. Le prochain survol de la lune par le vaisseau spatial se déroulera en partie au-dessus d'une brillante région de Titan, dénommée Xanadu.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Crescent Moon with Rings

Publiée le 14 Avril 2006

 

Cette scène poétique montre la lune géante Titan entourée de brouillard derrière le plan des anneaux,de Saturne. La plus petite lune Epiméthée (116 km de large) est visible à la gauche de Titan (5.150 km de diamètre).

 

Date : 09 Mars 2006

Distance : 4,1 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Haze Layers on Titan

Publiée le 20 Mars 2006

 

Cette composition réalisée à partir de 24 images prises par le vaisseau spatial Cassini montre les multiples couches de l'atmosphère brumeuse de Titan. La couche principale est située à environ 500 kilomètres au-dessus de la surface et est vue à toutes les latitudes, encerclant la lune. La matière dans cette couche est probablement une substance concentrée, certainement de la glace.

 

Plusieurs autres couches sont plus apparentes au pôle nord (en haut), mais cette vue en montre également à d'autres latitudes. Les mécanismes qui produisent ces couches ne sont pas bien compris, mais des ondulations dans l'atmosphère doivent jouer un rôle significatif.

 

Les images dans cette composition ont été prises sur une période de 23 minutes. Les images ont été traitées pour rehausser de fins détails et ont été combinées ensuite pour créer cette vue. Le nord sur Titan (5.150 kilomètres de diamètre) est en haut.

 

Date : 27 Janvier 2006

Distance : 2,3 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

The Air Up There

Publiée le 06 Mars 2006

 

Cette vue composée traitée particulièrement révèle une énorme quantité de structures dans l'atmosphère du pôle nord de Titan. Les brumes dans l'atmosphère de Titan sont connues pour se prolonger à des centaines de kilomètres au-dessus de la surface.

 

La structure visible ici pourrait être due à de multiples brumes détachées, ou à des ondulations dans l'atmosphère qui se propagent à travers des couches stratifiées stables.

 

Dix images prises pendant une brève période ont été traitées pour rehausser de fins détails et ont été combinées ensuite pour créer cette vue.

 

Date : 18 Janvier 2006

Distance : 2,2 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Saturnian Specters

Publiée le 01 Mars 2006

 

Téthys est à gauche et Titan est à droite.

 

Date : 19 Janvier 2006

Distance : 2,4 millions de km de Titan et 1 million de km de Téthys

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Smiles Back

Publiée le 21 Février 2006

 

Cette vue infrarouge montre des dispositifs sur l'hémisphère principal de Titan, y compris l'arc lumineux et en croissant de Hotei (à droite du centre), nommé également officieusement "le sourire" par les chercheurs. La vue est centrée sur la région lumineuse appelée Xanadu. Au-dessus du centre est le grand cratère Menrva, qui est entouré par une matière plus foncée.

 

Date : 13 Janvier 2006

Distance : 1,3 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Tethys and Titan

Publiée le 17 Février 2006

 

Cassini regarde en direction de Téthys et de son grand cratère Odysseus, et dans le même temps capture Titan qui se tient à distance.

 

Date : 06 Janvier 2006

Distance : 4 millions de km de Titan et 2,7 millions de km de Téthys

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titanic Complexity

Publiée le 13 Février 2006

 

Date : 26 Décembre 2005

Distance : 194.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titanic Complexity (Color)

Publiée le 13 Février 2006

 

Date : 26 Décembre 2005

Distance : 193.000 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

An Infrared Map of Titan

Publiée le 10 Février 2006

 

Date : 26 Décembre 2005 et 15 Janvier 2006

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

An Infrared Movie of Titan

Publiée le 10 Février 2006

 

Animation

 

Date : 28 Octobre, 25 Décembre 2005 et 15 Janvier 2006

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Mapping Titan's Changes

Publiée le 10 Février 2006

 

Mosaïque

 

Date : 28 Octobre (à gauche), 25 Décembre 2005 (au centre) et 15 Janvier 2006 (à droite)

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : ESA

 

Huygens Landing Site Revisited (Animation - Artist's Concept)

Publiée le 20 Janvier 2006

 

Cette animation est l'interprétation d'un artiste du secteur entourant le site d'atterrissage de Huygens, basée sur des images et des données retournées le 14 Janvier 2005. Ce jour, la sonde Huygens de l'Agence Spatiale Européenne a atteint la couche supérieure de l'atmosphère de Titan et s'est posé à la surface du satellite de Saturne après une descente en parachute de 2 heures 28 minutes.

 


Le 16 Janvier 2006

Atterrissage de la sonde Huygens : un an déjà

 

Crédit : ESA

 

Il y a un an cette semaine, le 14 janvier 2005, la sonde Huygens de l'ESA atteignait la couche supérieure de l'atmosphère de Titan et, 2 heures et 28 minutes plus tard, elle atterrissait sur la surface du satellite après une descente sous parachutes.

 

Dans le cadre de la mission commune de la NASA, l'ESA et l'ASI pour l'étude de Saturne et de ses satellites, la sonde Huygens a été larguée depuis l'orbiteur Cassini afin d'explorer Titan, la plus grande lune de Saturne. Il est probable que la chimie organique du satellite soit similaire à celle de la Terre primitive d'il y a environ 4 milliards d'années et qu'elle s'avère de ce fait une précieuse mine d'informations sur l'apparition de la vie sur notre planète.

 

La mission Huygens est un succès exceptionnel aussi bien sur le plan scientifique que sur le plan ingénierie, et reste à ce jour une des missions spatiales les plus complexes et les plus fructueuses au niveau scientifique jamais entreprises. L'entrée en contact sans encombre de la sonde avec la surface de Titan a établi un nouveau record d'éloignement par rapport à la Terre pour l'atterrissage réussi d'une sonde spatiale d'origine humaine.

 

Des images claires de la surface de Titan réalisées à moins de 40 km d'altitude ont révélé un monde extraordinaire, similaire à bien des égards à la Terre, notamment en termes de météorologie, de géomorphologie et d'activité fluviale, avec cependant une différence au niveau des composants. Ces images montrent d'importants signes d'érosion par écoulements liquides (probablement du méthane).

 

La sonde Huygens a permis d'étudier aussi bien l'atmosphère que la surface du satellite, et a de surcroît réalisé le premier prélèvement in situ d'échantillons de chimie organique et d'aérosols en dessous de 150 km. Ces échantillons ont confirmé la présence d'une chimie organique complexe, renforçant ainsi l'idée que Titan est un lieu prometteur pour l'observation des molécules pouvant avoir précédé l'apparition de la vie sur Terre.

 

Près de 260 scientifiques et de 10 000 ingénieurs et autres professionnels originaires de 19 pays différents ont surmonté leurs différences interculturelles et multidisciplinaires pour obtenir une coopération exceptionnelle.

 

« La réalisation de ce projet a nécessité deux décennies, pendant lesquelles nous avons sans cesse repoussé les limites de nos possibilités scientifiques, technologiques et organisationnelles », explique Jean-Pierre Lebreton, responsable scientifique du projet Huygens à l'ESA. « Les scientifiques et les ingénieurs ont su utiliser au mieux leurs connaissances et leur intelligence pour surmonter les obstacles techniques, politiques et célestes, et atteindre les objectifs fixés ».

 

« Leur triomphe a finalement été spectaculaire. Outre les exceptionnelles retombées scientifiques, cette mission devrait être une inspiration et une leçon de collaboration pour les organisations quelles qu'elles soient, tous secteurs confondus ».

 

Source : ESA http://www.esa.int/esaCP/SEMO7CMZCIE_France_0.html

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Halo

Publiée le 22 Décembre 2005

 

Avec son épaisse atmosphère dilatée, le globe orange de Titan brille doucement, encerclé par un mince halo de brume de reflet de lumière pourpre.

 

Date : 05 Mai 2005

Distance : 1,4 millions de km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona/USGS

 

Dark Plains on Titan

Publiée le 02 Décembre 2005

 

Cette vue en pespective montre les plaines sombre à la surface de Titan à environ 5 km de l'emplacement du site d'atterrissage de la sonde Huygens.

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona/USGS

 

Bright Highlands and Dark Plains

Publiée le 02 Décembre 2005

 

Cette vue en pespective montre la surface de Titan près de l'emplacement du site d'atterrissage de la sonde Huygens.

 

Le 01 Décembre 2005

Titan, 10 mois après l'atterrissage réussi de la sonde Huygens

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

 

Le 30 novembre 2005, la revue Nature met en ligne un numéro spécial consacré aux résultats de la sonde européenne Huygens qui s'est posée sur Titan le 14 janvier 2005. Huygens fait partie de la mission Cassini/Huygens, coopération entre l'ESA et la NASA. Les premières analyses des données recueillies apportent quantité d'informations uniques sur la surface et l'atmosphère de Titan, nous révélant un monde complexe et fascinant. L'observatoire de Paris est très impliqué dans la mission, avec des chercheurs collaborant à quatre des six instruments de la sonde et un « Interdisciplinary Scientist ».

 

DISR

 

DISR (Descent Imager / Spectral Radiometer) est l'instrument de spectro-imagerie de Huygens (responsable : Marty Tomasko, Univ. Arizona). Le LESIA, département de l'Observatoire de Paris, a fourni les détecteurs des spectromètres infrarouges, leur électronique et un obturateur mécanique. Tout au long de la descente et après l'atterrissage, DISR a enregistré des spectres et des images de l'atmosphère et de la surface (Tomasko et al. 2005). Les mesures spectrales du visible à l'infrarouge montrent que les aérosols atmosphériques s'étendent continûment jusqu'à la surface, avec des concentrations de quelques dizaines par cm3. Produites par la photochimie du méthane, ce sont des particules irrégulières, composées de quelques centaines de monomères de 0,05 micron de rayon. L'analyse des images de la surface, visible à partir d'une altitude de 55 km environ, a permis de reconstituer la trajectoire de la sonde et donc de caractériser les vents. Ceux-ci soufflent vers l'est au-dessus de 10 km, ce qui confirme la super-rotation de l'atmosphère prédite par les modèles de circulation générale. Vers 7 km, la direction s'inverse, la sonde pénétrant probablement dans la couche limite atmosphérique, plus turbulente. DISR n'a pas vu d'étendues liquides, mais les traces d'écoulement sont très nombreuses. Un vaste plateau clair apparaît creusé de chenaux qui se déversent dans une étendue sombre en contrebas. Les chenaux profonds (50-100 m), très ramifiés, ont vraisemblablement été creusés par des pluies de méthane liquide. Un réseau constitué de chenaux plus courts et rectilignes pourrait avoir été alimenté par des sources. Le site d'atterrissage évoque un lac asséché avec des galets de 10 à 15 cm, vraisemblablement faits de glace d'eau, qui reposent sur un substrat granulaire ressemblant à du gravier. À 700 m d'altitude, DISR a allumé une lampe pour s'affranchir de la forte absorption de la lumière solaire par le méthane atmosphérique. Ceci a permis de mesurer l'abondance de ce gaz dans la basse atmosphère (5%) et d'analyser spectralement la surface. Celle-ci est sombre, réfléchissant au maximum 15-20% de la lumière vers 830 nm de longueur d'onde. Le spectre visible ressemble à celui des tholins, composés solides organiques synthétisés en laboratoire. Au-delà, dans l'infrarouge, la réflectivité décroît avec la longueur d'onde, ce qui ne correspond à aucun matériau organique mesuré en laboratoire. Une absorption présente vers 1540 nm peut être attribuée à la glace d'eau. La surface serait donc constituée de glace d'eau « sale », recouverte d'un dépôt de particules photochimiques et mélangée à un matériau sombre non identifié.

 

GCMS

 

Le Spectromètre de Masse et Chromatographe en Phase Gazeuse (GCMS) est un instrument principalement construit aux Etats-Unis, avec la participation de la France, de l'Allemagne et de l'Autriche. Le Principal Investigateur est Hasso Niemann (Goddard Space Flight Center, Greenbelt, Maryland) qui avait déjà construit le spectromètre installé à bord de la sonde Galileo dans Jupiter.

 

Un premier résultat spectaculaire est la détermination du rapport isotopique 14N/15N dans l'azote moléculaire N2 qui est le constituent principal de l'atmosphère de Titan. La valeur trouvée, 0.67 fois le rapport terrestre, est interprétée comme résultant de l'échappement préférentiel de 14N par rapport à 15N. Sur cette base, les modèles suggèrent que 2 à 5 fois la masse initiale d'azote a disparu de l'atmosphère de Titan depuis sa formation, il y a 4,5 milliards d'années. Le GCMS a aussi mesuré le rapport isotopique 12C/13C et l'a trouvé égal à 82.3 +/-1, soit un peu moins que la valeur terrestre de 90. Cette différence n'a pas encore été interprétée. En tout cas, elle n'est certainement pas due à une activité biologique (comme trouvée sur la Terre dans les organiques liés au vivant) car alors 12C/13C aurait été plus élevé que 90. Finalement, le GCMS a mesuré les isotopes 40Ar et 36Ar de l'argon. La détection de 40Ar, qui provient de la désintégration radioactive du potassium (40K) contenu dans les silicates, implique une communication, au moins épisodique, entre l'intérieur de Titan et l'atmosphère. 36Ar, quoiqu'en très petite quantité, fut probablement piégé dans les glaces contenues dans les planétésimaux qui formèrent Titan. 36Ar est primordial, c'est à dire qu'il fut formé dans le Soleil.

 

Une mesure remarquable est celle de la variation avec l'altitude, en dessous de 140 km d'altitude, du rapport de mélange du méthane par rapport à l'azote. Constant dans la stratosphère de Titan, ce rapport de mélange commence à croître dans la troposphère en dessous de 32 km d'altitude jusqu'à 8 km, ou il devient constant jusqu'à la surface. Ce comportement suggère que le méthane est saturé à 8 km, altitude ou il pourrait se condenser et former de la brume. Un phénomène remarquable a été observé à la surface. Deux minutes après l'impact, le rapport de mélange du méthane s'est accru brusquement de 40%. Ceci est corrélé avec l'augmentation de la température de l'entrée du GCMS (inlet) dont le rayonnement chauffe la surface (initialement à -179°C) qui de ce fait dégaze. La température de l'inlet monte jusqu'à 85°C. D'autres espèces ont dégazé : l'éthane, le dioxyde de carbone, et très probablement d'autres hydrocarbures incluant le benzène. Ce pourrait être l'indice de la présence à la surface de composés organiques beaucoup plus complexes, responsables de la couleur du matériau sombre observé par DISR.

 

L'ensemble des informations dont nous disposons à l'heure actuelle sur Titan (caméra ISS, Spectromètre infrarouge VIMS, Radar à bord de Cassini) suggère que le méthane, qui est détruit par le rayonnement solaire en quelques dizaines de millions d'années, est renouvelé, continuellement ou épisodiquement à partir de l'intérieur de Titan, ou il est piégé à haute pression dans une structure crystalline nommée chlarate hydrate, intensivement étudiée en laboratoire de géophysique, notamment par les pétroliers. Il est plausible que ce méthane fut piégé initialement dans la nébuleuse solaire primitive dans les glaces qui formèrent Titan .

 

HASI

 

L'Huygens Atmospheric Structure Instrument (HASI) est un ensemble de senseurs (accéléromètres, thermomètres, baromètres et électrodes passives et actives) qui a été conçu et réalisé en Italie, au Royaume Uni, en Finlande, en France, en Espagne et en Autriche. Le but de l'expérience de HASI était de mesurer les quantités physiques caractérisant l'atmosphère de Titan pendant les différentes phases de la mission de la sonde Huygens: entrée et descente atmosphérique, impact et à la surface du satellite. Marcello Fulchignoni (LESIA, Observatoire de Paris et Université Denis Diderot - Paris 7) est l'investigateur principal de l'expérience.

 

Les données recueillies « in situ » par HASI sont essentielles pour la calibration des mesures effectuées par les autres instruments de la sonde Huygens et constituent "la vérité au sol" pour les observations en télédétection de Titan effectuées par les instruments de Cassini, de ce fait contribuant de manière significative à la connaissance globale de ce monde.

 

Perspectives

 

Huygens nous a révélé un monde façonné par des processus géophysiques similaires à ceux qui se déroulent sur Terre, mais avec des acteurs chimiques complètement différents. Ces observations nous apportent des clés pour comprendre l'origine et l'évolution de Titan mais plusieurs questions importantes restent posées. La sonde Cassini, actuellement en orbite autour de Saturne, poursuit l'exploration de Titan et va compléter à plus grande échelle les données recueillies par la sonde Huygens.

 

Source Observatoire de Paris : http://www.obspm.fr/actual/nouvelle/nov05/titan.fr.shtml

 

http://actu.voila.fr/Article/mmd--francais--journal_internet--sci/051130150835.42tsiqsp.html

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Results_from_Mars_Express_and_Huygens/SEMSCVULWFE_0_ov.html

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

View from Titan's Surface

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

Titan's Surface #2

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

Titan's Surface

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona/USGS

Huygens Landing Site

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona/Space Science Institute

Huygens Landing Site (Animation)

 

 

Crédit : NASA/JPL/ESA

Huygens Descent Sequence (Artist's Concept)

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

The Land Beneath the Murk

Publiée le 18 Novembre 2005 

 

La région de Fensal-Aztlan en forme de "H" est faiblement visible sur Titan, la lune sombre de Saturne, dans cette vue de Cassini. Tandis que la majeure partie de la lumière passant à travers le filtre clair est la lumière visible, une petite portion de la lumière est dans les précieuses fenêtres infrarouges qui permettent des vues à la surface glaciale de la lune.

 

En haut à gauche, des caractéristiques sombres comme des ondulations dans l'atmosphère encerclent le pôle nord de la lune.

 

Date : 07 Octobre 2005

Distance : 2,4 millions de km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan Viewed by Cassini's Radar

Publiée le 16 Novembre 2005

 

Ce jeu d'images montre les secteurs cartographiés jusqu'à présent sur la lune Titan par Cassini.

 

Les bandes radar sont superposées à une image en fausse couleur faite à partir des observations par le télescope spatial Hubble.

L'image supérieure montre les bandes radar du premier survol de Titan, le 25 Octobre 2004, (plus au nord) et le deuxième passage radar de Titan, le 15 Février 2005 (proche de l'équateur). La bande du 26 Octobre est d'environ 4.500 km de long, s'étendant de 133 degrés de longitude ouest et de 32 degrés de latitude nord par 12 degrés ouest et 29 degrés nord. La bande de Février est centrée sur approximativement 30 degrés nord et 70 degrés ouest.

 

Le globe du milieu montre la bande radar acquise au cours du troisième passage près du pôle sud de Titan, le 07 Septembre 2005. Cette bande est centrée approximativement sur la latitude 52 sud et 11 degrés de longitude ouest.

 

Le troisième globe en bas montre l'endroit de la bande radar pour le survol du 28 Octobre. La bande est centrée sur 7 degrés de latitude sud et 250 degrés de longitude ouest. L'emplacement de l'atterrissage de Huygens est marqué en rouge à droite. La superposition entre les données de Huygens et les données radar donnent de nouveaux indices sur la nature de la surface vue par la sonde Huygens, qui a débarqué sur Titan en Janvier 2005.

 

Date : 28 Octobre 2005

 

Crédit : NASA/JPL

 

Radar Swath of Oct. 28, 2005, Titan Flyby

Publiée le 16 Novembre 2005 

 

Cette carte de Titan montre l'endroit cartographié par radar par Cassini au cours du survol du 28 Octobre 2005. La bande radar est superposée à une image en fausse couleur faite à partir des observations par le télescope spatial Hubble.

 

L'emplacement de l'atterrissage de Huygens est marqué en rouge sur la droite. La superposition entre les données de Huygens et les données radar donnent de nouveaux indices sur la nature de la surface vue par la sonde Huygens, qui a débarqué sur Titan en Janvier 2005.

 

La bande du 28 Octobre est d'environ 6.150 km de long, s'étendant de 7 degrés nord à 18 degrés de latitude sud et de 179 degrés ouest à 320 degrés de longitude ouest.

 

Date : 28 Octobre 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Titan's Ultraviolet Haze

Publiée le 08 Novembre 2005

 

Date : 24 Septembre 2005

Distance : 917.000 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Naming New Lands - September Flyby

Publiée le 04 Novembre 2005

 

Au cours du survol de Titan le 07 Septembre 2005, le vaisseau spatial Cassini a capturé de nombreuses images qui ont été assemblées pour créer la mosaïque présentée ici.

 

Date : 07 Septembre 2005

 

Crédit : NASA/JPL

 

Naming New Lands - October Flyby

Publiée le 04 Novembre 2005

 

Au cours du survol de Titan le 28 Octobre 2005, le vaisseau spatial Cassini a capturé de nombreuses images qui ont été assemblées pour créer la mosaïque présentée ici.

 

Date : 28 Octobre 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Naming New Lands - September Flyby (annotated)

Publiée le 04 Novembre 2005

 

Au cours du survol de Titan le 07 Septembre 2005, le vaisseau spatial Cassini a capturé de nombreuses images qui ont été assemblées pour créer la mosaïque présentée ici. Les noms provisoires données à des caractérisques sont montrés.

 

Date : 07 Septembre 2005

 

Crédit : NASA/JPL

 

Naming New Lands - October Flyby (annotated)

Publiée le 04 Novembre 2005

 

Au cours du survol de Titan le 28 Octobre 2005, le vaisseau spatial Cassini a capturé de nombreuses images qui ont été assemblées pour créer la mosaïque présentée ici. Les noms provisoires données à des caractérisques sont montrés.

 

Date : 28 Octobre 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona/Space Science Institute

 

Pinpointing Huygens Landing Site

Publiée le 01 Novembre 2005

 

Date : 28 Octobre 2005

 

Crédit : NASA/JPL

 

Diverse Geology

Publiée le 01 Novembre 2005

 

Date : 28 Octobre 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Dunes Galore

Publiée le 01 Novembre 2005

 

Date : 28 Octobre 2005

Distance : 1.300 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL

 

Tectonic Features

Publiée le 01 Novembre 2005

 

Date : 28 Octobre 2005

Distance : 1.300 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Cassini's Oct. 28, 2005, Titan Flyby

Publiée le 25 Octobre 2005

 

Cette carte de la surface de Titan illustre les régions qui seront vues par les instruments de Cassini au cours du survol de Titan par le vaisseau spatial le 28 Octobre 2005. Au plus près, le vaisseau spatial passera à environ 1.400 km au-dessus de la surface de la lune.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan Viewed by Cassiniís Radar

Publiée le 25 Octobre 2005

 

Cette carte de la surface de Titan montre les endroits que Cassini survolera le 28 Octobre 2005.

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan Viewed by Cassiniís Radar - Flat Map

Publiée le 25 Octobre 2005

 

Cette carte de la surface de Titan montre les endroits que Cassini survolera le 28 Octobre 2005.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Faint Southern Clouds

Publiée le 29 Septembre 2005

 

Cette vue de la lune Titan révèle une région d'activité nuageuse aux hautes latitudes sud.

 

Date : 31 Août 2005

Distance : 3,3 millions de km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan's Rain Drains to the Plains

Publiée le 16 Septembre 2005

 

Date : 07 Septembre 2005

Distance : 2.000 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Canyonlands of Titan

Publiée le 16 Septembre 2005

 

Date : 07 Septembre 20005

Distance : 2.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL

 

Shoreline on Titan?

Publiée le 16 Septembre 2005

 

Les images retournées par Cassini au cours du survol de Titan montrent ce qui semble être un grand rivage.

 

Date : 07 Septembre 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Monitoring "Fensal-Aztlan"

Publiée le 13 Septembre 2005

 

Mosaïque.

 

Connu seulement sous le nom de "H" parce que la région ressemble à une lettre "H" vue sur le côté, les caractéristiques de cette région possèdent maintenant des noms temporaires assignés par l'Union Astronomique Internationale. La branche nord du "H" s'appelle maintenant "Fensal", tandis que la branche sud est connue en tant que "Aztlan".

 

Fensal est parsemée de petites "îles" variant en taille de 5 à 40 kilomètres de large. On pense actuellement que ces formes de relief sont des secteurs surélevés de glace d'eau, entourés par un terrain plus plat qui est rempli de matières particulaires sombres de l'atmosphère. Quelques plus grandes îles sont également vues, comme Bazaruto Facula (près de la droite, contenant un cratère foncé), et plusieurs îles dans l'ouest de Fensal. Lorsqu'on regarde les image de Shangri-La (de l'autre côté de Titan), les terrains en forme d'îles de cette taille tendent à se produire dans des groupes avec des orientations préférées apparentes. Les petites îles dans Fensal semblent beaucoup plus dispersées (et semblent approximativement plus circulaires), bien que quelques îles aient une orientation est-ouest de leur axe de longueur.

 

Aztlan, d'autre part, semble comparativement exempt de petites îles, avec trois grandes îles dans ses extensions occidentales, plus seulement quelques plus petites îles. La plus grande de ces îles s'appelle "Sotra Facula" (juste à droite du centre dans le bas gauche de la mosaïque), et mesure 240 par 120 kilomètres de large.

 

Date : 07 Septembre 2005

Distance : entre 200.600 km et 191.800 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini's Sept. 7, 2005, Titan Flyby

Publiée le 07 Septembre 2005

 

Cette carte de la surface de Titan illustre les régions qui seront imagées par Cassini au cours du huitième survol de Titan par le vaisseau spatial le 07 Septembre 2005. Au plus près, le vaisseau spatial passera à environ 1.075 km au-dessus de la surface de la lune.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan, a Geologically Dynamic World

Publiée le 05 Septembre 2005

 

Date : Février 2005

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Sideways Cipher

Publiée le 25 Août 2005

 

Des noms temporaires ont été récemment attribués à un certain nombre de dispositifs sur Titan. Les dispositifs vus ici dans la région, que l'on désigne officieusement comme le H, ont maintenant des noms comme Tsegihi, Aztlan et Quivira.

 

Date : 22 Août 2005

Distance : 159.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Looking on the Brightside of Titan

Publiée le 25 Août 2005

 

Date : 21 Août 2005

Distance : 213.000 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini's Whirlwind Tour of Titan Continues

Publiée le 24 Août 2005

 

C'est l'une des premières images retournées par le vaisseau spatial Cassini après le sixième survol de Titan. L'image brute a été prise, en utilisant les filtres CB3 et IRP90, le 21 Août 2005 et reçue sur Terre le 23 Août. La caméra était pointée en direction de Titan, situé à environ 209.379 km.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini's Aug. 22, 2005, Titan Flyby

Publiée le 19 Août 2005

 

Cette carte de la surface de Titan montre les régions qui seront imagées par Cassini au cours du survol du vaisseau spatial le 22 Août 2005. Au plus près, le vaisseau passera à approximativement 3.800 km au-dessus de la surface de la lune.

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Dawn at the Huygens Site

Publiée le 16 Août 2005

 

Les latitudes équatoriales de Titan sont nettement différentes en caractères de sa région polaire sud, comme cette image le montre.

 

Le terrain foncé, vraisemblablement des plaines, vu ici ne se prolonge pas beaucoup plus loin au sud qu'à environ 30 degrés Sud. La sonde Huygens s'est posée avec succès dans une telle région. La sonde Huygens pivote dans la lumière, voyant l'aube d'un nouveau jour.

 

La région lumineuse vers le côté droit du disque de Titans est Xanadu. On pense que ce secteur est composé de hautes terres qui sont relativement peu contaminées par la matière sombre qui remplit les régions de plaines.

 

Près du pôle sud de la lune, et juste vers l'est du terminateur, se trouve la caractéristique sombre identifiée par les scientifiques d'imagerie comme étant la meilleure candidate pour un lac d'hydrocarbures passé ou présent sur Titan. Plus loin à l'est du dispositif comme un lac, des nuages lumineux décrivent un arc autour du pôle. Ces nuages occupent une gamme de latitudes qui est cohérente avec l'activité convectrice des nuages vue précédemment sur Titan.

 

Titan est la plus grande lune de Saturne, avec 5.150 km de large.

 

Date : 07 Juillet 2005

Distance : 1,3 millions de km de Titan

 


Le 04 Août 2005

La surface de Titan pourrait être sèche

 

Crédit : W. M. Keck Observatory/H. Roe, Caltech and collaborators

 

La surface de Titan, la lune de Saturne, que l'on pensait qu'elle hébergeait par le passé de grands lacs ou des mers d'hydrocarbures liquides, peut en fait être sèche, selon les scientifiques. Dans un article publié dans le journal Nature de jeudi, des scientifiques employant l'observatoire Keck d'Hawaï ont échoué à révéler les réflexions de la lumière du Soleil sur la surface de Titan dans les longueurs d'ondes infrarouges qui se produiraient si des grandes étendues de liquide étaient présentes à la surface.

 

Les résultats suggèrent que la surface de Titan, au moins dans l'hémisphère sud, au centre des observations de Keck, n'a aucun permanent grand corps d'hydrocarbures liquides. Les résultats corroborent les observations du vaisseau spatial Cassini, qui n'a également pas détecté de grands secteurs de liquide, bien qu'il ait repéré ce qui pourrait être un petit lac d'hydrocarbures liquides près du pôle sud de Titan.

 

Les travaux suggèrent également que les études radar précédentes réalisées depuis la Terre, et qui laissaient entendre que la lune géante était couverte de mers de méthane liquide, détectaient en réalité des signes de liquide qui avaient disparu depuis longtemps.

 

L'un des vaisseaux spatiaux Voyager avait découvert en 1980 et 1981 que le méthane était un relativement grand composant de l'atmosphère de Titan, amenant les scientifiques à spéculer que le gaz avait été constamment réapprovisionné par les mers de méthane liquide, puisque le rayonnement ultraviolet est supposé détruire le gaz en 10 millions d'années.

 

Les échos radar reçus à l'Observatoire d'Arecibo à Porto Rico en 2003 ont renforcé cette vision. Dans 12 des 16 sites examinés, les surfaces sont apparues très lisses, avec des propriétés réfléchissantes qui indiquaient que ces secteurs étaient couverts par du liquide.

 

http://www.newscientistspace.com/channel/solar-system/dn7786

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Clues in the Bright and Dark

Publiée le 14 Juillet 2005

 

Pendant un passage récent auprès de Titan, l'un des plus de 40 prévus au cours de la mission de quatre ans de Cassini, le vaisseau spatial a acquis cette vue infrarouge de la région lumineuse de Xanadu et du pôle sud de la lune. Titan est de 5.150 kilomètres de diamètre.

 

Au sud-est de Xanadu (et au-dessus du centre dans cette vue) est un dispositif particulier semi-circulaire officieusement désigné par les scientifiques d'imagerie sous le nom "sourire." Ce dispositif extérieur est la tache la plus lumineuse sur la surface de Titan. Le sourire est de 560 kilomètres de large.

 

A l'emplacement du site d'atterrissage de la sonde Huygens, des régions plus lumineuses correspondent à des secteurs glacés de montagne, alors que les régions plus foncées sont des terres en contrebas qui possèdent une proportion plus élevée de sous-produits organiques de la photochimie atmosphérique de Titan. Ces résultats semblent confirmer l'hypothèse de longue date que Xanadu est une région relativement élevée de glace moins contaminée. Toutefois, la cause du sourire encore plus lumineux est un mystère qui est toujours à l'étude.

 

Plus loin au sud, un champ de nuages lumineux décrit un arc autour du pôle, se déplaçant à quelques mètres par secondes. Autour du limbe, Cassini regarde à travers l'atmosphère brumeuse riche en azote de Titan.

 

Date : 04 Juin 2005

Distance : 1,2 millions de km de Titan

 


Le 28 Juin 2005

Des lacs sur Titan ?

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cette vue de la région polaire sud de Titan révèle un dispositif sombre intrigant qui pourrait être le site d'un ancien ou présent lac d'hydrocarbures liquides.

 

On ne connaît pas encore la vraie nature de ce dispositif, vu ici à gauche du centre, mais la forme semblable à un rivage et sa présence dans un secteur où de fréquents nuages de tempête ont été observés par Cassini et les astronomes basés sur Terre en font le meilleur candidat jusqu'à présent pour un lac liquide sur Titan.

 

Si cette interprétation est correcte, d'autres dispositifs très sombres mais plus petits vus dans la région polaire sud, dont certains sont capturés dans cette image, peuvent aussi être des sites de réservoirs d'hydrocarbure liquides.

 

En supplément à la notion que le dispositif sombre est ou était un lac rempli d'hydrocarbures liquides, les scientifiques ont spéculé d'autres possibilités. Par exemple, il est plausible que le "lac" est simplement une large dépression remplie par des hydrocarbures sombres et solides tombant de l'atmosphère sur la surface de Titan. Dans ce cas, le contour lisse pourrait être le résultat d'un processus sans rapport avec des précipitations, comme une doline (une dépression circulaire fermée) ou une caldera volcanique.

 

Une croix rouge au-dessous du centre de l'image marque l'emplacement du pôle sud. Les dispositifs les plus brillants vus ici sont des nuages de méthane.

 

Cette vue est un composition à partir de trois images prises, au moyen de plusieurs filtres avec la caméra à champ restreint, au cours du survol de Cassini le 06 Juin 2005. Les images ont été acquises à approximativement 450.000 kilomètres de Titan.

 

http://ciclops.org/view.php?id=1161

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Beyond the Rings

Publiée le 13 Juin 2005

 

Date : 25 Mars 2005

Distance : 3,2 millions de km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Titan Volcano

Publiée le 09 Juin 2005

 

Date : 26 Octobre 2004

Distance : 1.200 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

One View, Multiple Worlds

Publiée le 09 Juin 2005

 

Trois mondes différents sont visibles dans cette nouvelle image : Titan (en haut), Téthys (en bas), et Epiméthée (au centre).

 

Téhtys est l'objet le plus proche de Cassini, à 1,2 millions de km. Proche du bord de l'anneau, Epiméthée est à 1,4millions de km du vaisseau spatial. La lune géante Titan est à 2,7 millions de km, plus de deux fois plus loin de Cassini que Téthys.

 

Date : 19 Février 2005

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona /LPL

 

Infrared Image of Titan Volcano

Publiée le 08 Juin 2005

 

Date : 26 Octobre 2004

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Geologic Map of Titan Volcano

Publiée le 08 Juin 2005

 

Date : 26 Octobre 2004

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Titan Volcano in Several Infrared Wavelengths

Publiée le 08 Juin 2005

 

Date : 26 Octobre 2004

 

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Map of Titan in Infrared

Publiée le 08 Juin 2005

 

Date : 26 Octobre 2004

Distance : 1.200 km de Titan

 

 

Le 08 Juin 2005

Le volcan sur Titan pourrait rejeter du méthane

 

Crédit : ESA/VIMS team

 

Une équipe de scientifiques européens et américains, utilisant les données de Cassini-Huygens, a constaté que la lune brumeuse Titan de Saturne peut avoir des volcans qui éjectent du méthane dans l'atmosphère. 

 

Ces découvertes peuvent conduire les scientifiques à réviser les théories qui voulaient que la présence de méthane dans l'atmosphère de Titan est principalement due à présence d'un océan d'hydrocarbure riche en méthane.

 

Les images infrarouges prises par le VIMS (Visual and Infrared Mapping Spectrometer) embarqué sur Cassini, montrent une brillante structure de 30 km de large. Cette structure, imagée au cours du premier survol de Titan le 26 Octobre 2004 depuis une distance de 1.200 km, pourrait être interprétée comme un dôme volcanique formé par les panaches de matière glacée qui sont remontés à la surface de la planète. En fondant, la matière glacée contaminée par des hydrocarbures produirait du gaz méthane.

 

Les éruptions d'un tel volcan de glace, ou 'cryo-volcanisme', seraient causées par la chaleur produite au cours des mouvements de marée de la matière interne de Titan. Les marées internes de Titan sont attendues puisque sa distance à Saturne varie fortement pendant qu'elle circule sur son orbite très elliptique autour de la planète mère.

 

Les images du secteur observé montrent aussi que le liquide n'est pas visible à la surface. Cette conclusion est renforcée par la comparaison de caractéristiques superficielles imagées par VIMS avec des caractéristiques semblables imagées par la sonde Huygens au cours de sa descente et l'atterrissage éventuel sur le sol de Titan.

 

"Avant Cassini-Huygens, l'explication la plus largement acceptée de la présence de méthane dans l'atmosphère de Titan était la présence d'un océan d'hydrocarbure riche en méthane," annonce le docteur Christophe Sotin, de l'Université de Nantes (France) et auteur principal des résultats. "La suite d'instruments à bord de Cassini et les observations au site d'atterrissage de Huygens révèlent qu'un océan global n'est pas présent. Interpréter ce dispositif comme un 'cryo-volcanisme' fournit une explication alternative pour la présence de méthane dans l'atmosphère de Titan", a-t-il ajouté.

 

Un instrument infrarouge comme VIMS est capable de regarder à travers la brume dense de Titan et de fournir des informations sur la composition chimique et la topographie de la surface.

 

L'image de résolution la plus haute obtenue couvre un secteur de 150 kilomètres carrés qui inclue le dispositif circulaire brillant de 30 kilomètres, avec deux ailes allongées se prolongeant vers l'ouest. Cette structure ressemble en réalité aux structures volcaniques sur la Terre et Vénus, avec des couches de matière se chevauchant d'une série d'écoulements, bien que la matière volcanique soit différente.

 

Dans le centre du secteur, les scientifiques voient clairement un dispositif sombre qui peut être interprété comme une dépression. Ainsi, il est facile de l'imaginer comme une caldera volcanique, une structure en forme de boule formée au-dessus des chambres de matière fondue.

 

Si l'hypothèse du cryo-volcanisme est vraie, les canaux noirs vus par Huygens pendant sa descente pourraient avoir été formés par le grand déversement de pluies riches en méthane après les éruptions.

 

Les scientifiques ont déjà considéré, et ont exclu, d'autres interprétations pour la structure circulaire de 30 kilomètres. En principe, cela pourrait être un nuage, mais les images prises à différents moments montrent que la structure ne varie pas sa forme. Une deuxième interprétation suggérerait que la structure soit une accumulation de particules solides transportées par du gaz ou du liquide, comme cela arrive pour les dunes de sable sur Terre. Toutefois, une forme circulaire ne correspond pas vraiment avec ce processus et les modèles de vent possibles ne correspondent pas avec les directions des vents attendus sur Titan.

 

Les observations par radar des mêmes régions qui seront faites plus tard par Cassini aideront certainement à confirmer ces découvertes.

 

http://www.esa.int/esaCP/SEM1531DU8E_index_0.html

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Cassini-Huygens/SEM1531DU8E_0.html

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Red Spot on Titan

Publiée le 25 Mai 2005

 

Une mystérieuse tache rouge sur Titan qui intrigue les scientifiques !

 

Date : 16 Avril 2005

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona/Space Science Institute

 

Titan's Odd Spot Baffles Scientists

Publiée le 25 Mai 2005

 

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/ESA/University of Arizona

 

Huygens Titan Mosaic #2

 

First full mosaics of Titanís surface

Publiée le 13 Mai 2005

 

Cette mosaïque de l'instrument DISR (Descent Imager/Spectral Radiometer) sur la sonde Huygens combine 17 triplets d'images, projetés d'une altitude de 800 mètres. Le secteur couvert est d'approximativement 1.300 mètres de large (le nord est en haut de l'image). Les plus petits objets visibles ont moins de cinq mètres de large, et les canaux sombres ont 30 à 40 mètres de large.

 

Les images ont alors été assemblées en utilisant un de plusieurs algorithmes de projection (dans ce cas-ci 'gnomonique') pour produire une pleine mosaïque. Les images utilisées pour construire cette mosaïque ont été prises le 14 Janvier 2005.

 

 

Crédit : NASA/JPL/ESA/University of Arizona

 

Huygens Titan Mosaic #1

 

First full mosaics of Titanís surface

Publiée le 13 Mai 2005

 

Cette projection stéréographique des images de l'instrument DISR (Descent Imager/Spectral Radiometer) de la sonde Huygens combine 60 images dans 31 triplets, projetées d'une altitude de 3.000 mètres au-dessus du lac sombre de la surface.

 

Les images ont alors été assemblées en utilisant un de plusieurs algorithmes de projection (dans ce cas-ci 'stéréographique') pour produire une pleine mosaïque. Les images utilisées pour construire cette mosaïque ont été prises le 14 Janvier 2005.

 

 

Le 13 Mai 2005

L'atmosphère de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Les vents atmosphériques de Titan, la température et le mélange ont été révélés par de nouvelles observations du vaisseau spatial Cassini. L'atmosphère épaisse de la lune géante de Saturne est riche en composés organiques, dont la chimie peut être semblable à ce qui est arrivé sur Terre avant l'apparition de la vie.

 

"Titan n'est pas juste un point dans le ciel; ces nouvelles observations montrent que Titan est un monde riche et complexe monde comme la Terre d'une certaine manière," note le docteur Michel Flasar, principal responsable du CIRS (Composite Infrared Spectrometer instrument) au Goddard Space Flight Center de la NASA. Flasar est l'auteur principal d'un article sur cette recherche publiée le 13 mai dans la Journal Science.

 

L'équipe scientifique du CIRS a trouvé la preuve d'un tourbillon polaire isolé semblable à celui qui se produit sur Terre. Les observations du CIRS ont indiqué que des vents forts circulant autour du pôle arctique de Titan isolent l'atmosphère à cet endroit pendant la nuit polaire. Le mélange de l'atmosphère de la région polaire avec les régions des latitudes inférieures est interdit pendant cette période. Sur Terre, l'atmosphère polaire du sud est isolée pendant des mois pendant le long hiver Antarctique permettant la formation de nuages stratosphériques polaires. Des composés de chlore normalement inertes (comme le nitrate de chlore) subissent des réactions chimiques sur les cristaux des nuages qui libèrent du chlore moléculaire. Au printemps, la lumière du soleil décompose le chlore moléculaire, menant au célèbre "trou d'ozone" annuel de l'Antarctique. L'atmosphère de Titan ne contient aucun ozone; cependant les résultats du CIRS montrent qu'une grande partie de son atmosphère est isolée pendant la nuit polaire et cela pourrait permettre le développement d'une chimie inhabituelle et complexe.

 

Comme la Terre, l'axe de rotation de Titan est incliné, aussi ses pôles connaissent une longue nuit pendant l'hiver. L'hiver polaire sur Titan est beaucoup plus long que sur Terre, parce que Saturne orbite autour du Soleil en environ 30 ans. Actuellement c'est le début de l'hiver dans l'hémisphère nord de Titan. L'équipe du CIRS a trouvé des différences significatives de température entre le pôle arctique de Titan et l'équateur. L'équipe a utilisé cette observation pour en déduire la vitesse des vents circumpolaires autour du pôle arctique. L'équipe pense que ces vents isolent l'atmosphère autour du pôle arctique de Titan parce que les données du CIRS ont montré que la concentration de plusieurs lourdes molécules organiques (contenant du carbone) est la plus élevée à cet endroit.

 

Les lourdes molécules organiques se forment naturellement dans l'atmosphère de Titan, recouvrant la lune avec une brume orange. L'atmosphère de Titan consiste en environ de 98 pour cent d'azote, la plupart du reste étant le méthane. Lorsque ces molécules montent vers l'atmosphère supérieure, elles sont brisées par la lumière du Soleil et les fragments forment des molécules organiques plus lourdes comme le propane, l'éthane, l'acétylène, le cyanure d'hydrogène et des molécules encore plus complexes. Parce que l'air stratosphérique sur le pôle l'hiver est froid, il abaisse et réduit les lourds composés organiques qui se sont formés plus haut. Si l'air sur le pôle arctique de Titan est isolé pendant l'hiver, les lourdes molécules organiques devraient s'accroître dans la stratosphère au cours de la saison. C'est exactement ce que l'équipe du CIRS voit.

 

"Nous ne savons pas s'il y a même plus de ressemblances au processus du trou d'ozone de la Terre, comme les nuages polaires qui réagissent avec les molécules dans l'atmosphère, simplement parce que nous ne les avons pas vues encore," dit Flasar. "Mais nous ne serions pas étonnés les découvrir, nous ne serions pas étonnés non plus de constater que Titan a quelques tourbillons uniques de son cru. C'est ce qui fait que la science est si excitante. La nature est trop riche pour nous pour prévoir exactement ce que nous trouverons lorsque nous allons explorer."

 

http://www.nasa.gov/vision/universe/solarsystem/Titan_Ozone_Hole.html

 

 http://www.flashespace.com/html/mai05/12_05.htm

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan: Complex 'Anti-greenhouse'

Publiée le 02 Mai 2005 

 

Date : 31 Mars 2005

Distance : 9.600 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Bright-Dark Boundary Close-up

Publiée le 02 Mai 2005

 

Date : 16 Avril 2005

Distance : entre 57.000 et 46.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Dark Spots on Titan

Publiée le 02 Mai 2005

 

Date : 16 Avril 2005

Distance : 33.000 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Angular Bright Spot

Publiée le 02 Mai 2005

 

Date : 16 Avril 2005

Distance : 43.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Channels on Titan?

Publiée le 02 Mai 2005

 

Date : 16 Avril 2005

Distance : 40.000 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Jumbled Terrain

Publiée le 02 Mai 2005 

 

Date : 16 Avril 2005

Distance : 36.000 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Titan Crater in Three Views

Publiée le 27 Avril 2005

 

Ce panneau de trois images montre un des principaux cratères d'impacts de Titan dans une image en infrarouge (à gauche), une image radar (au centre) et une image en fausse couleur (à droite). Le radar de Cassini a imagé ce cratère au cours du troisième survol de Titan le 15 Février 2005. Le cratère, situé à 16° Ouest, et 11° Nord, est d'environ 80 km de diamètre et est entouré au-delà de celui-ci par une couverture de matières éjectées du cratère lors de l'impact. Au radar, les surfaces plus lumineuses signifient des terrains plus rugueux, ou bien des terrains inclinés en direction du radar.

 

 

Deux survols plus tard, le 16 Avril, le spectromètre infrarouge de Cassini a obtenu des images du même cratère. Le panneau sur la gauche est une image à la longueur d'onde de 2 microns, prouvant que le cratère a un plancher foncé et un petit secteur lumineux au centre. Le cratère est entouré par de la matière brillante, laquelle a un halo très faible légèrement plus sombre que la matière environnante. Comparons l'image radar à l'image du spectromètre infrarouge. Le cratère et la couverture de matériaux environnants sont lumineux aux longueurs d'ondes radar; en infrarouge, le cratère lui-même est foncé et cette couverture de matériaux est tout à fait lumineuse. Au radar, le faible halo entourant la couverture de matériaux est tout à fait semblable en aspect au reste de la couverte d'éjecta.

 

Le panneau à droite est une image en fausse couleur du spectromètre infrarouge du cratère à une résolution inférieure. Il montre que le faible halo était légèrement plus bleu que la matière environnante. Que la matière soit plus bleue que son environnement, tout en étant plus foncé, suggère que le faible halo est quelque peu différent en composition. Ceci suggère que la composition de la croûte supérieure de Titan change avec la profondeur, et divers matériaux ont été excavés lorsque le cratère s'est formé.

 

La même structure apparaissant si différente à travers différents instruments illustre l'importance que de multiples instruments étudient de tels phénomènes.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Michigan

 

Titan's Upper Atmosphere: A "factory" of hydrocarbons

Publiée le 22 Avril 2005 

 

Au cours de son survol au plus près de Titan, la lune de Saturne, le 16 Avril, le vaisseau spatial est venu à 1.025 km de la surface de la lune et a constaté que la couche externe de l'épaisse atmosphère brumeuse est débordante d'hydrocarbures complexes.

 

Cette figure montre un spectre de masse de l'ionosphère de Titan à près de 1.200 kilomètres au-dessus de sa surface. La gamme de masse couverte va de l'hydrogène à 1 unité de masse atomique par charge élémentaire (Dalton) à 99 Daltons. Cette gamme de masse inclut des composés avec 1, 2, 3, 4, 5, 6, et 7 carbones comme structure de base. Les composés identifiés incluent de multiples molécules de carbone et des molécules comportant du carbone et de l'azote.

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini's Views of Titan

Publiée le 22 Avril 2005

 

Ces trois vues de Titan prises par le vaisseau spatial Cassini illustrent comment le même endroit peut être vu dans différentes longueurs d'ondes. Les caméras de Cassini possèdent de nombreux filtres qui révèlent les caractéristiques au-dessus et sous le voile de l'atmosphère de Titan.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

La première image, une composition en couleur normale, est une combinaison d'images prises par trois filtres sensibles à la lumière rouge, verte de violette. Elle montre approximativement à quoi ressemblerait Titan pour l'oeil humain : un globe orange brumeux entouré d'une fine brume bleuâtre. La couleur orange est due aux particules d'hydrocarbures qui composent la brume atmosphérique de Titan. Cette brume obscurcissante était particulièrement frustrante pour les scientifiques planétaires suivant la mission Voyager en 1980-1981. Heureusement, Cassini peut percer le voile de Titan aux longueurs d'ondes infrarouges. Une vue simple de cette composition est également visible : PIA06230

 

La seconde vue en monochrome montre à quoi ressemble Titan à 938 nanomètres, une longueur d'onde proche de l'infrarouge, qui permet à Cassini de voir à travers l'atmosphère et vers la surface. La vue a été créée en combinant trois images séparées prises avec ce filtre, afin d'améliorer la visibilité des caractéristiques de la surface. Les variations de luminosité à la surface correspondent aux réelles différences des matériaux réfléchissants à la surface de Titan. Une vue simple de cette image est disponible : PIA06228

 

La troisième vue, une composition en fausse couleur, a été créée en combinant deux images infrarouges (prises à 938 et 889 nanomètres) avec une image en lumière visible (prise à 420 nanomètres). Le vert représente des secteurs que Cassini est capable de voir à la surface. Le rouge représente des secteurs hauts dans la stratosphère de Titan où le méthane de l'atmosphère absorbe la lumière solaire. Le bleu le long du bord externe de la lune représente les longueurs d'ondes violettes visibles dans lesquelles l'atmosphère supérieure et les brumes détachées sont plus visibles. Une vue simple de cette composition est disponible : PIA06229

 

Date : 16 Avril 2005

Distance : entre 173.000 et  168.200 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini's April 16 Flyby of Titan

Publiée le 13 Avril 2005

 

Cette carte de la surface de Titan montre la région qui sera imagée par Cassini au cours du survol par le vaisseau spatial de la lune brumeuse le 16 Avril 2005. Au plus près, le vaisseau spatial passera à approximativement 1.025 km au-dessus de la surface de la lune.

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Saturn Through the Haze

Publiée le 08 Avril 2005

 

Date : 31 Mars 2005

Distance : à environ 7.980 km de Titan et à 1,3 millions de km de Saturne

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's High Hazes

Publiée le 08 Avril 2005

 

Date : 31 Mars 2005

Distance : à environ 102.320 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Shifting Hazes

Publiée le 08 Avril 2005

 

Animation de 36 images

 

Date : 01 Avril 2005

Distance : entre 99.000 et 155.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Mosaic -- East of Xanadu

Publiée le 08 Avril 2005

 

Date : 31 Mars 2005

Distance : entre 148.300 km et 112.800 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Mask

Publiée le 06 Avril 2005

 

Date : 26 Février 2005

Distance : 2,4 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

New Titan Territory

Publiée le 05 Avril 2005

 

Date : 31 Mars 2005

Distance : entre 146.000 km et 130.000 km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassiniís T4 Flyby

Publiée le 30 Mars 2005

 

Cette carte de la surface de Titan montre les régions qui seront imagées par le vaisseau spatial Cassini au cours du survol de la lune brumeuse Titan le 31 Mars 2005. Cassini passera à environ 2.400 km de la surface de la lune.

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Art and Science

Publiée le 17 Mars 2005

 

La lune Dioné se tient au-dessus de la lune brumeuse Titan

 

Date : 18 Février 2005

Distance : 1,3 millions de km de Dioné

Distance : 2,1 millions de km de Titan

 


Le 10 Mars 2005

Titan, un monde actif, semblable à la Terre

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini a fait maintenant quelques passages près de Titan, et la sonde Huygens de l'ESA a débarqué sur sa surface, aussi la plus grande lune de Saturne commence à révéler ses secrets. Les scientifiques impliqués dans la mission ont récemment publié certains de leurs résultats dans le journal Nature. Certaines de leurs visions incluent la découverte d'un long fleuve, de 1.500 kilomètres de long, et la preuve que des vents soufflent sur Titan plus rapidement que la lune tourne. Le climat semble tourner autour du méthane liquide, lequel peut s'écouler dans des fleuves, tomber en pluie, et se rassembler en vastes lacs.

 

La plus grande et brumeuse lune de Saturne, Titan, a une surface formée en grande partie par des processus de tectonique, d'érosion, de vents et peut-être du volcanisme, comme sur Terre.

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/news/press-release-details.cfm?newsID=551

 

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Scrutinizing Titan's Surface

Publiée le 09 Mars 2005

 

Mosaïque de six images prises lors des survols d'Octobre et Décembre 2004

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Tracing Surface Features on Titan--Mosaic

Publiée le 09 Mars 2005

 

Date : 02 Juillet 2004

Distance : à environ 340.000 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Tracing Surface Features on Titan--Close-Ups

Publiée le 09 Mars 2005

 

Date : 02 Juillet 2004

Distance : à environ 340.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Variety

Publiée le 09 Mars 2005

 

Cette carte de la surface de Titan a été assemblée à partir d'images prises au cours des survols de Juillet, Octobre et Décembre 2004.

 

Le 24 Février 2005

Un autre regard sur un énigmatique nouveau monde

 

Crédit : ESO (NACO/VLT)

 

Le 14 Janvier 2005, la sonde Huygens de l'ESA est arrivée sur le plus grand satellite de Saturne, Titan. Après une descente parfaite à travers l'atmosphère dense, elle a atterri sur la surface glacée de ce monde étrange d'où elle a continué à transmettre des données précieuses vers la Terre. Dans le cadre d'une campagne consacrée coordonnée par les membres du Huygens Project Scientist Team, les astronomes ont observé le plus grand satellite de Saturne, Titan, avec le VLT (Very Large Telescope) de l'ESO à l'Observatoire de Paranal (Chili) au cours des nuits du 15 au 16 Janvier, au moyen de l'optique adaptative de l'instrument NAOS/CONICA monté sur le télescope Yepun de 8,2 m. Les observations ont été effectuées dans plusieurs modes, aboutissant à une série d'excellentes images et de spectres détaillés de cette lune mystérieuse.

 

 

          

 

 

http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2005/phot-04-05.html

 

http://www2.cnrs.fr/presse/journal/1485.htm

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Zoomed in Xanadu

Publiée le 23 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

Distance : 114.000 km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini Radar Titan Movie

Publiée le 18 Février 2005

 

Animation

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Impact Crater with Ejecta Blanket

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Dark Terrain

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Huygens Landing Site Similarities

Publiée le 18 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

A Clear View of Titan's Surface

Publiée le 17 Février 2005

 

Date : 10 Février 2005

Distance : 2,5 millions de km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Mosaic - Feb 2005

Publiée le 17 Février 2005

 

Mosaïque de 16 images

Distance : entre 226.000 et 242.000 km de Titan

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Night Side

Publiée le 17 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

Distance : 134.000 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Hazy Days on Titan

Publiée le 17 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

Distance : 229.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Close Titan Flyby 3, Image #3

Publiée le 17 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

Distance : 151.000 km de Titan

 

Le 17 Février 2005

Titan juste avant le survol de Cassini

 

Crédit : Antonin Bouchez (W. M. Keck Observatory), Elliot Young (Southwest Research Institute), and Carrie Anderson (New Mexico State University)

 

Des images de Titan ont été prises le 15 Février 2005, juste 23 minutes avant le survol de la lune par le vaisseau spatial Cassini. Dans cette image composée en couleur infrarouge prise par le télescope Keck II et le système d'optique adaptative, la surface de Titan apparaît rouge, tandis que les couches brumeuses à des altitudes progressivement plus élevées dans l'atmosphère apparaissent vertes et bleues. Ces couleurs correspondent aux images prises par des filtres de longueur d'ondes centrées à 2.06, 2.13, et 2.27 microns.

 

http://www2.keck.hawaii.edu/news/science/titan3/050215.html

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Circus Maximus

Publiée le 16 Février 2005

 

Le vaisseau spatial Cassini a repéré un grand cratère d'impact sur Titan au cours du survol du 15 Février. Le cratère est de 440 kilomètres de large, et a des lignes parallèles peu communes au-dessus. Ces lignes pourraient avoir été élaborées par des vents, comme les dunes de sable sur Terre ou sur Mars, mais il est également possible qu'un autre processus géologique soit en action.

 

Date : 15 Février 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cat Scratches

Publiée le 16 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Close Titan Flyby 3, Image #2

Publiée le 16 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Close Titan Flyby 3, Image #1

Publiée le 16 Février 2005

 

Date : 15 Février 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Flyby Number Four

Publiée le 14 Février 2005

 

Cette carte de la surface de Titan illustre les régions qui seront imagées par Cassini au cours de son quatrième survol de la lune brumeuse le 15 Février 2005. Lors de son passage au plus près, Cassini passera approximativement à 1.580 km au-dessus de la surface de la lune.

 

 Les Rencontres Rapprochées de la sonde CASSINI avec les Lunes de SATURNE

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona/USGS

 

Titan Landing Site Seen From Cassini

Publiée le 21 Janvier 2005

 

Date : 14 Janvier 2005

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

 

Water Ice and Methane Springs

Publiée le 21 Janvier 2005

 

Date : 14 Janvier 2005

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

 

'Islands' on a Dark Plain

Publiée le 21 Janvier 2005

 

Date : 14 Janvier 2005

 

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

 

Mosaic of River Channel and Ridge Area on Titan

Publiée le 21 Janvier 2005

 

Date : 14 Janvier 2005

 

Le 21 Janvier 2005

A l'oeil, au toucher et à l'odeur, l'univers de Titan présente des ressemblances frappantes avec la Terre

 

Crédit : ESA/NASA/JPL/University of Arizona

 

Communiqué de Presse de l'ESA N° 5-2005

 

Le 14 janvier, la sonde Huygens de l'ESA a réalisé une grande première : atterrir sur Titan, la plus grande des lunes de Saturne, à 1,2 milliard de kilomètres de notre planète. Huygens a accompli ce long voyage dans le cadre de la mission Cassini-Huygens, réalisée conjointement par l'ESA, la NASA et l'ASI. Pendant la phase de descente, à partir d'une altitude d'environ 150 kilomètres, et après l'atterrissage sur le sol de Titan, six instruments multifonctions placés à bord de la sonde ont enregistré des données. Les premières analyses scientifiques dérivées de ces données ont été présentées dans le cadre d'une conférence de presse qui s'est déroulée le 21 janvier au Siège de l'ESA, à Paris.

 

« Nous détenons aujourd'hui les informations nécessaires pour comprendre ce qui façonne le paysage de Titan, » a déclaré Martin Tomasko, chercheur responsable du radiomètre spectral imageur de descente (DISR), pour qui «les traces de précipitation, d'érosion, d'abrasion mécanique et d'autres formes d'activité hydrologique constatées au niveau géologique montrent que les processus physiques qui ont façonné Titan sont très proches de ceux qui ont modelé la Terre ».

 

A en juger par les spectaculaires images prises par le DISR, Titan présente de remarquables analogies avec la Terre du point de vue météorologique et géologique. Certaines images font apparaître un réseau complexe de chenaux de drainage étroits allant d'une zone claire de plateaux vers des zones de plus basse altitude, plus lisses et plus sombres. Ces chenaux se rejoignent pour former des systèmes fluviaux qui se dirigent vers des lacs asséchés dans lesquels on peut déceler des formes rappelant étrangement les îles et les hauts-fonds de notre planète.

 

Les données du chromatographe en phase gazeuse et du spectromètre de masse (GCMS) et celles du module scientifique de surface (SSP) confortent les conclusions de Martin Tomasko. Les observations de Huygens plaident fortement en faveur d'une activité hydrologique à la surface de Titan. Le fluide en question est toutefois du méthane, composé organique simple qui peut exister sous forme liquide ou gazeuse sur Titan, où règnent des températures inférieures à -170°C, et non de l'eau, comme sur la Terre.

 

Les rivières et les lacs de Titan semblent aujourd'hui à sec, mais il est possible que des précipitations soient tombées dans un passé peu éloigné.

 

Les données de décélération et de pénétration fournies par le SSP montrent que le matériau présent sous la croûte de surface a la consistance du sable. Cet aspect s'explique-t-il par des précipitations de méthane qui se seraient abattues pendant une période incommensurable sur le sol de Titan, ou faut-il y voir le résultat d'un phénomène de remontée de liquide par capillarité depuis le sous-sol vers la surface ?

 

La chaleur dégagée par la sonde a eu pour effet de réchauffer le sol à l'endroit où celle-ci s'est posée. Le GCMS et le SSP ont tous deux détecté des émanations de méthane gazeux issues par évaporation du matériau de surface, confortant l'idée que le méthane joue un rôle central dans la géologie et la météorologie atmosphérique de ce corps céleste - avec la formation de nuages et de précipitations exerçant sur la surface un effet d'érosion et d'abrasion.

 

On constate par ailleurs sur les images du DISR la présence de petits galets arrondis jonchant le lit d'une rivière à sec. Les mesures spectrales (couleur) donnent à penser que ces galets seraient composés de glace d'eau sale plutôt que de roches silicatées, même s'ils sont solides comme des rocs compte tenu des températures mesurées sur Titan.

 

Le sol de Titan semble constitué - au moins pour partie - de précipités issus de la brume organique qui enveloppe la planète. Ce matériau sombre qui se dépose en surface provient de l'atmosphère de Titan. Par un effet de lessivage, les précipitations de méthane entraînent cette substance des hautes altitudes vers le sol, où elle se concentre au fond des chenaux de drainage et dans les lits des rivières, contribuant à la formation des zones sombres visibles sur les images du DISR.

 

Des indices inédits basés sur la découverte d'argon 40 dans l'atmosphère de Titan témoignent d'une activité volcanique ayant engendré non pas des éruptions de lave, comme sur Terre, mais de glace d'eau et d'ammoniaque.

 

On peut donc dire que bon nombre des processus géophysiques observés sur Terre se retrouvent sur Titan. Du point de vue de la chimie, en revanche, les différences sont considérables. Titan n'a pas d'eau liquide, mais du méthane liquide ; pas de roches silicatées, mais de la glace d'eau ; pas de sol terreux, mais des dépôts de particules d'hydrocarbures d'origine atmosphérique. Et ses volcans n'ont pas craché de la lave, mais de la glace à très basse température.

 

Cet univers extraordinaire abrite donc des processus géophysiques de type terrestre mais qui agissent sur des matériaux tout à fait exotiques dans des conditions très différentes des nôtres.

 

 « Nous avons là des résultats extraordinaires. Les chercheurs ont travaillé toute la semaine sans relâche car les données de Huygens sont absolument passionnantes. Et nous n'en sommes qu'au début ! Les données vont occuper les scientifiques pendant de nombreuses années », a précisé Jean-Pierre Lebreton, responsable de la mission Huygens à l'ESA. 

 

http://www.esa.int/esaCP/SEMEF981Y3E_France_0.html

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : ESA/NASA/University of Arizona

 

First images from Titan

Publiée le 15 Janvier 2005

 

Une frontière entre le terrain surélevé plus coloré et le secteur de plaine plus sombre sur Titan

 

Crédit : ESA/NASA/University of Arizona

 

First images from Titan

Publiée le 15 Janvier 2005

 

L'image brute de la surface de Titan avec ajout de l'échelle

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : ESA/NASA/University of Arizona

 

First images from Titan

Publiée le 15 Janvier 2005

 

Première vue en couleur de la surface de Titan

 

Crédit : ESA/NASA/University of Arizona

 

First images from Titan

Publiée le 15 Janvier 2005

 

Image composée de la surface de Titan vue pendant la descente

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

First images from Titan

Publiée le 14 Janvier 2005

 

Cette image brute a été retournée par la sonde Huygens après la descente dans l'atmosphère de Titan. Elle montre la surface de Titan avec des blocs de glace eparpillés autour. La taille et la distance des blocs seront déterminés lorsque les images seront traitées.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

First images from Titan

Publiée le 14 Janvier 2005

 

C'est l'une des premières images brutes retournées par la sonde Huygens durant sa descente couronnée de succès. Elle a été prise à une altitude de 8 km avec une résolution de 20 mètres par pixel. Elle montre ce que pourrait être le site d'atterrissage, avec des littoraux et des frontières entre la terre surélevée et les plaines inondées.

 

Le 14 Janvier 2005

Première image de Titan

 

Crédit : ESA/NASA/University of Arizona

 

C'est l'une des premières images brutes retournées par la sonde Huygens pendant sa descente couronnée de succès. Elle a été prise d'une altitude de 16,2 km avec une résolution d'approximativement 40 mètres par pixel. Elle montre apparemment des canaux de drainage conduisant à un littoral.

 

ESA/NASA/University of Arizona

 

http://www.esa.int/SPECIALS/Cassini-Huygens/SEMCXM71Y3E_1.html

   


Le 14 Janvier 2005

L'Europe à la découverte d'un nouveau monde, Huygens se pose sur Titan

 

Crédit : ESA / D. Ducros

 

Communiqué de l'ESA N° 3-2005

 

Aujourd'hui, à l'issue d'un périple de sept ans à travers le Système Solaire à bord de l'orbiteur Cassini, la sonde Huygens de l'ESA a réussi sa descente dans l'atmosphère de Titan, la plus grosse lune de Saturne, et s'est posée avec succès à sa surface. 

 

Les premières données scientifiques en provenance de la sonde sont parvenus au centre opérationnel de l'ESA (ESOC), à Darmstadt (Allemagne), cet après-midi à 17h19 (CET). Huygens représente la première tentative humaine de poser une sonde à la surface d'un monde du Système Solaire externe. « C'est un immense succès pour l'Europe et ses partenaires américains dans cette ambitieuse expédition internationale pour explorer le système saturnien », a déclaré Jean-Jacques Dordain, le directeur-général de l'ESA.

 

A la suite de sa séparation d'avec l'orbiteur Cassini le 25 décembre, Huygens a atteint les couches supérieures de l'atmosphère de Titan après un vol en solo de 4 millions de kilomètres, qu'il a effectué en 20 jours. La sonde a entamé sa descente vers les couches de nuages qui masquent la surface de Titan depuis une altitude de 1 270 km à 11h13 (CET). Au cours des trois minutes qui ont suivi, Huygens a dû décélérer de 18 000 à 1 400 km/h.

 

Une série de parachutes l'a ensuite ralentie à moins de 300 km/h. A une altitude d'environ 160 km, les instruments scientifiques de la sonde ont été exposé à l'atmosphère de Titan. A environ 120 km, le parachute principal a été remplacé par un parachute plus petit afin d'atteindre la surface plus rapidement, avec un contact prévu à 13h34 (CET). Les données préliminaires indiquent que la sonde s'est posée avec succès, vraisemblablement sur une surface solide.

 

La sonde a commencé à transmettre des données vers Cassini quatre minutes après avoir commencé sa descente et a continué à transmettre après son atterrissage tant que Cassini a été visible au-dessus de l'horizon de Titan. Le premier signe du bon fonctionnement d'Huygens était arrivé plus tôt lorsque le radiotélescope de Green Bank, en Virginie Occidentale (Etats-Unis), a détecté un signal faible mais clairement identifiable en provenance de la sonde européenne. Le réseau global de radiotélescopes mobilisés pour l'occasion a continué à recevoir ce signal bien au-delà de la durée vie prévue d'Huygens.

 

Les données d'Huygens, relayées via Cassini, ont été reçues par le réseau Deep Space de la NASA et transmis immédiatement à l'ESOC, où leur analyse scientifique est en cours.

 

« Titan a toujours été l'endroit du système saturnien où le besoin d'effectuer des mesures in situ était le plus critique. C'est un monde fascinant et à présent nous attendons avec impatience les résultats scientifiques », a déclaré le Pr. David Southwood, directeur des programmes scientifiques de l'ESA.

 

« Les scientifiques du programme Huygens sont aux anges. Cela valait vraiment la peine d'attendre aussi longtemps » estime le Dr. Jean-Pierre Lebreton, responsable de la mission Huygens pour l'ESA. Huygens doit fournir la première analyse directe et détaillée de la chimie atmosphérique de Titan ainsi que les premières images de sa surface cachée et même un « bulletin météo » détaillé.

 

L'une des principales raisons pour envoyer Huygens vers Titan est que son atmosphère d'azote, riche en méthane, et sa surface pourraient contenir de nombreux composés chimiques qui existaient sur la Terre primitive. Combinées avec les observations de Cassini, les mesures effectuées par Huygens permettront de dresser un portrait sans précédent de la plus mystérieuse lune de Saturne.

 

« La descente vers Titan représente une occasion unique dans une vie d'homme et le succès d'aujourd'hui est la preuve que notre partenariat avec l'ESA est un excellent choix », a déclaré Alphonso Diaz, administrateur associé de la NASA pour la Science.

 

La mission Cassini-Huygens » est une coopération entre la NASA, l'Agence Spatiale Européenne et l'Agence Spatiale Italienne (ASI). Le Jet Propulsion Laboratory (JPL), une division du California Institute of Technology à Pasadena, est en charge de la mission pour le compte de l'Office of Space Science de la NASA, à Washington. Le JPL a conçu, développé et assemblé l'orbiteur Cassini.

 

« Un travail d'équipe extraordinaire a été réalisé en Europe et aux Etats-Unis, entre les scientifiques, l'industrie et les agences, et est à la base de l'immense succès d'aujourd'hui », a conclu Jean-Jacques Dordain.

 

 http://www.esa.int/esaCP/SEMB3M71Y3E_France_0.html

   


Le 14 Janvier 2005

Huygens envoie un signal

 

Crédit : ESA

 

L'Agence Spatiale Européenne a annoncé qu'un signal en provenance de la sonde Huygens a été détecté par un réseau de radio-télescopes terrestres. Le signal indique que le système de transmission de la sonde fonctionne correctement. Huygens a amorcé sa descente dans l'atmosphère de Titan à 11h15.

 

http://www.esa.int/esaCP/SEM1YI71Y3E_France_0.html

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Expected Footprints of 36-Image Panoramas from Huygens Camera

Publiée le 13 Janvier 2005

 

Cette carte montre le secteur d'atterrissage de la sonde Huygens et les seecteurs qui seront imagés lors de sa descente dans l'atmosphère de Titan.

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Go Huygens!

Publiée le 11 Janvier 2005

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Go Huygens!

Publiée le 11 Janvier 2005

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Squashed Pole

Publiée le 29 Décembre 2004

 

Date : 01 Novembre 2004

Distance : 2,9 millions de km de Titan


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Close-Up of Huygens Probe

Publiée le 27 Décembre 2004

 

Le vaisseau spatial Cassini a pris cette image de la sonde Huygens située à environ 52 km le 26 Décembre 2004.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini Snaps Image of ESA's Huygens Probe

Publiée le 25 Décembre 2004

 

Le vaisseau spatial Cassini a pris cette image de la sonde Huygens environ 12 heures après le larguage de l'orbiteur le 24 Décembre 2004.


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Many Layers

Publiée le 16 Décembre 2004

 

Cassini a trouvé que l'atmosphère supérieure de Titan se composait d'un nombre étonnant de couches de brume, comme le montre cette image en ultraviolet du côté nuit du limbe de Titan, colorisée pour ressembler à la vraie couleur. Les nombreuses couches fines de brume se prolongent plusieurs centaines de kilomètres au-dessus de la surface. Bien que ce soit une vue du côté nuit, avec seulement un fin croissant recevant la lumière directe du Soleil, les couches de brume sont illuminées de la lumière dispersée par l'atmosphère.


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Spying Titan's Weather

Publiée le 16 Décembre 2004

 

Ces images montrent clairement que plusieurs parties étendues de nuages se sont formés à des latitudes moyennes.

 

Image de gauche 

Date : 26 Octobre 2004

Distance : 200.000 km de Titan

 

Image de droite

Date : 13 Décembre 2004

Distance : 225.000 km de Titan


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Dark Terrain

Publiée le 14 Décembre 2004

 

Cette vue du second survol du 13 Décembre de Titan par Cassini montre une brillante matière dans la grande région foncée à l'ouest de Wanadu. Le secteur de cette image est une région qui n'a pas été précédemment vue par Cassini à cette haute résolution.

 

Date : 13 Décembre 2004

Distance : 125.900 km de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Second Titan Targeted Flyby #1

Publiée le 14 Décembre 2004

 

Date : 11 Décembre 2004

Distance : 818.000 km de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Second Titan Targeted Flyby #2

Publiée le 14 Décembre 2004

 

Date : 13 Décembre 2004

Distance : 124.800 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Second Titan Targeted Flyby #3

Publiée le 14 Décembre 2004

 

Date : 13 Décembre 2004

Distance : 178.600 km de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Encountering Titan Again

Publiée le 13 Décembre 2004

 

Cette carte de la surface de Titan illustre les régions qui seront imagées par le vaisseau spatial Cassini au cours du second survol de Titan le 13 Décembre 2004.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan 'TB' Flyby Animation

Publiée le 13 Décembre 2004

 

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Follow the Arrow

Publiée le 01 Décembre 2004

 

Date : 27 Octobre 2004

Distance : 1.200 km de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Hovering Over Titan

Publiée le 23 Novembre 2004 

 

Cette image est une mosaïque de neuf images acquises au cours du survol de Titan par Cassini le 26 Octobre 2004. La vue est centrée sur 15° de  latitude Sud et 156° Ouest de longitude.

 

La résolution de l'image est d'environ 2 à 4 km par pixel.

 

Date : 26 Octobre 2004

Distance : entre 650.000 et 300.000 km de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Smog Moon

Publiée le 15 Novembre 2004 

 

Date : 17 Septembre 2004

Distance : 8,3 millions de km de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Oozing Across Titan

Publiée le 08 Novembre 2004 

 

Date : 26 Octobre 2004

Distance : 2.500 km de la surface de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

Radar Image Shows Titan's Surface Live and in Color

Publiée le 05 Novembre 2004 

 

Date : 26 Octobre 2004

Distance : 1.200 km au-dessus de la surface de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Polar Streak

Publiée le 01 Novembre 2004 

 

Date : 23 Septembre 2004

Distance : 7.1 millions de km de Titan

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL

 

'Black Cat' on Titan

Publiée le 28 Octobre 2004 

 

Cette image radar montre une bande de 250 km de large sur 487 km de long, centrée sur 50° Nord et 54° W, dans l'hémisphère Nord de Titan.

 

Crédit : NASA/JPL

 

Titan's Whispers

Publiée le 28 Octobre 2004 

 

Image radar

 

Crédit : NASA/JPL

 

Diversity on Titan

Publiée le 28 Octobre 2004 

 

Cette image radar de la surface de Titan montre une bande de 150km de large sur 250km de long, centrée sur 50° Nord et 82° W, dans l'hémisphère Nord de Titan

 

Crédit : NASA/JPL

 

Topography on Titan

Publiée le 28 Octobre 2004  

 

Ce graphique, produit à partir des données altimétriques préliminaires du radar de Cassini, montre les hauteurs relatives de la surface sur Titan.

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Tantalizing Streaks

Publiée le 28 Octobre 2004 

 

Cette image capturée par les instruments scientifiques de Cassini montre des caractéristiques énigmatiques dans la région équatoriale de Titan.

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan in False Color

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Cette image prise le 26 Octobre 2004 montre Titan en ultraviolet et infrarouge..

   

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Titan's Complex Surface

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Cette image prise par le spectromètre visuel et infrarouge de Cassini montre clairement les caractéristiques de la surface de Titan.

   

Crédit : NASA/JPL/John Hopkins University

 

Behold Titan's Surface

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Ces images montrent la surface de Titan dans deux longueurs d'ondes différentes.

 

Crédit : NASA/JPL/John Hopkins University

 

Case of the Lost Atmosphere

Publiée le 27 Octobre 2004

 

Ce graphique montre les données acquises par Cassini lors de son survol de Titan à 1.200 km le 26 Octobre 2004. L graphique montre que la quantité d'azote dans l'atmosphère de Titan est plus faible est que celle des autres planètes. Les scientifiques pensent que cet azote a été perdu sur de grandes échelles de temps géologiques pour des raisons qui demeurent inconnues.

 

 


Le 27 Octobre 2004

Premier gros plan de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cette image est une des plus proche jamais prise de Titan, la lune brumeuse de Saturne. L'image a été prise par Cassini le 26 Octobre 2004, lorsque le vaisseau spatial survolait Titan. Au plus près, Cassini était à 1.200 km au-dessus de la lune, soit 300 fois plus près que lors de son premier survol le 03 Juillet 2004.

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/cgi-bin/gs2.cgi?path=../multimedia/images/titan/images/pia-titan-1-2.jpg&type=image

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Extrait de l'animation

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Flyby Animation

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Cette animation informatique montre les observations projetées par Cassini sur une période approximative de deux jours centrée sur son approche au plus près de Titan.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

South Polar Cloud Animation

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Date : 23 Octobre 2004 pendant 11,5 heures

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Revealing Titan's Surface

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Date : 25 Octobre 2004

Distance : 702.000 km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

High Haze in Color (Close-up)

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Date : 24 Octobre 2004

Distance : 1.0 millions de km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

High Haze in Color

Publiée le 27 Octobre 2004 

 

Date : 24 Octobre 2004

Distance : 1.0 millions de km de Titan

 

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Cassini Eyes Titan's Xanadu

Publiée le 25 Octobre 2004 

 

Date : 24 Octobre 2004

Distance : 1.8 millions de km de Titan

 

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

High in the Titan Atmosphere

Publiée le 25 Octobre 2004 

 

Date : 24 Octobre 2004

Distance : 1.8 millions de km de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Seasonal Differences

Publiée le 25 Octobre 2004 

 

Date : 24 Octobre 2004

Distance : 1.8 millions de km de Titan

 


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Zooming In On Titan

Publiée le 25 Octobre 2004

 

Date : entre Avril et Juin 2004

 

 

Le 24 Octobre 2004

Survol de Titan par Cassini

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Le premier survol de Titan a lieu le 26 Octobre 2004 à 15h30 UTC. L'approche au plus près par Cassini du plus plus grand satellite de Saturne (avec un diamètre de 5.150 km) se produira à une altitude de 1.200 km au-dessus de la surface de la lune à la vitesse de 6,1 kilomètres par seconde (14.000 km/h).

 

Titan est la seconde cible de Cassini pour une rencontre rapprochée avec une lune de Saturne. La première était Phobé, le 11 Juin, à une altitude de 2.000 km.

 

Un second survol de Titan aura lieu le 13 Décembre 2004 à une distance de 1200 km.

 

http://www.spaceref.com/news/viewsr.html?pid=14296

 

http://saturn.jpl.nasa.gov/home/index.cfm

 

La Mission Cassini-Huygens Un Dossier préparé par Cédric BEMER

   


Le 20 Octobre 2004

Le survol de Titan approche

 

Crédit : ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

 

Le vaisseau spatial Cassini survolera l'énigmatique Titan le 26 Octobre 2004. Le passage s'effectuera à une distance de 1.200 km de la surface de la lune de Saturne, soit 250 fois plus près que le précédent survol de Juillet 2004. Le radar de Cassini sera utilisé pour la première fois pour percer la couche nuageuse de Titan.

 

http://www.nasa.gov/home/hqnews/2004/oct/HQ_n04165_titan_coverage.html

   


 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Glowing Titan

Publiée le 05 Août 2004

 

Date : 02 Juillet

 

Crédit : NASA/JPL/University of Arizona

 

Glowing Titan

Publiée le 05 Août 2004

 

Date : 02 Juillet

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Purple Haze

Publiée le 29 Juillet 2004

 

Cette image montre deux minces couches de brume.

 

Date : 03 Juillet 2004

 

Distance : 789.000 kilomètres de Titan

 

Le 28 Juillet 2004

Brumeux partout

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Après son premier survol de Titan, Cassini a regardé en arrière le croissant qui s'éloigne de la lune ensevelie sous une pollution brumeuse. Le vaisseau spatial a vu cette vue en couleurs naturelles environ un jour après l'approche au plus près. La faible lueur bleuâtre de la brume de Titan est visible le long du limbe.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Le réseau de système de coordonnées en surimpression de l'image d'accompagnement de droite illustre les régions géographiques de la lune qui sont illuminées et visibles, ainsi que l'orientation de Titan. Les lignes de longitudes convergent vers le Pôle antarctique près du limbe est de la lune. La courbe jaune marque la position de la frontière entre le jour et la nuit sur Titan.

Les images prises à travers des filtres bleu, vert et rouge ont été combinées pour créer cette vue en couleurs naturelles. Les images ont été obtenues au moyen de la caméra grand angle du vaisseau spatial Cassini le 03 Juillet 2004, depuis une distance d'environ 790.000 kilomètres de Titan. La résolution de l'image est de 47 kilomètres par pixel.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA06089

   


Le 27 Juillet 2004

La région polaire sud de Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Un jour après l'entrée en orbite autour de Saturne, Cassini s'est précipité silencieusement vers Titan, imageant la région polaire sud de la lune. Cette image en couleurs naturelles représente la vision de Cassini seulement deux heures environ après l'approche au plus près de la lune.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Institut de Science

 

Le réseau de système de coordonnées en surimpression de l'image d'accompagnement de droite illustre les régions géographiques de la lune qui sont illuminées et visibles, ainsi que l'orientation de Titan. Les lignes de longitudes convergent vers le Pôle antarctique au-dessus du centre de l'image. La courbe jaune marque la position de la frontière entre le jour et la nuit sur Titan.

 

Les images prises à travers des filtres bleu, vert et rouge ont été combinées pour créer cette vue en couleurs naturelles. Les images ont été obtenues au moyen de la caméra grand angle du vaisseau spatial Cassini le 02 Juillet 2004, depuis une distance d'environ 347.000 kilomètres de Titan.  Cette vue est une amélioration en résolution de presque un facteur de quatre par rapport à la vue en couleurs naturelles publiée précédemment (voir PIA06081). La résolution de l'image est de 21 kilomètres par pixel.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA06087

   


Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Map

Publiée le 03 Juillet 2004

 

Cette mosaïque d'images prises par le vaisseau spatial Cassini lors de son approche de Saturne montre les caractéristiques superficielles de Titan.

 

Crédit : NASA/JPL/JHU/APL/

Max-Plank-Institut für Aeronomie/University of Maryland/University of Kansas/University of Arizona/CESR/Bell Laboratories

 

Neutral Gas Cloud Around Titan

Publiée le 03 Juillet 2004

 

L'image la plus récente de Titan indique l'émission d'atomes neutres à grande vitesse d'une région globulaire d'approximativement 70.000 kilomètres de diamètre clairement centrée sur Titan.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan Close-up

Publiée le 03 Juillet 2004

 

Cette image a été prise à une distance de 339.000 kilomètres et montre des variations de luminosité à la surface de Titan et un brillant champ de nuages près du pôle sud.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Closing in on Titan

Publiée le 03 Juillet 2004

 

Il existe quelques caractéristiques linéaires qui pourraient être des cratères d'impact, mais le fait que beaucoup de caractéristiques sont linéaires suggère que d'autres processus géologiques composent la surface.

 

Distance : 344.000 kilomètres

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/

University of Arizona

 

Titan's South Polar Clouds

Publiée le 03 Juillet 2004

 

Les images ont été prises le 02 Juillet, depuis une distance comprise entre 364.000 et 339.000 kilomètres de Titan. Ces nuages lumineux, censés être composés de méthane, apparaissent en général dans le même secteur où les astronomes basés sur Terre ont précédemment détecté les nuages.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Mottled Surface

Publiée le 03 Juillet 2004

 

La tache brillante près du bas représente un champ de nuages près du pôle sud.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/

University of Arizona

 

Titan's Surface Revealed

Publiée le 03 Juillet 2004

 

 

 

Crédit : NASA/JPL/

University of Arizona

 

Titan's Surface Revealed

Publiée le 03 Juillet 2004

 

Les secteurs jaunes correspondent aux régions riches en hydrocarbures, tandis que les secteurs verts sont les régions glacées. Ici, le nuage de méthane apparaît blanc, brillant dans toutes les trois couleurs.

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/

University of Arizona

 

Titan's Surface Revealed

Publiée le 03 Juillet 2004

 

Les secteurs plus sombres sont probablement les régions de glace relativement pure, tandis que les régions plus brillantes ont probablement une quantité beaucoup plus élevée de matières sans glace comme des hydrocarbures simples.

 

Un nuage brillant de particules de méthane est apparent dans les trois images près du pôle antarctique.

 

Crédit : NASA/JPL/

University of Arizona

 

Titan's Surface Revealed

Publiée le 03 Juillet 2004

 

 

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Mapping Titan's Surface

Publiée le 02 Juillet 2004

 

Date : entre le 02 et le 22 Juin

Distance : de 14.8 à 5.9 millions de kilomètres de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan in Natural Color

Publiée le 30 Juin 2004

 

Date : 10 Juin

Distance : de 13.1 millions de kilomètres de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

As Titan Turns

Publiée le 29 Juin 2004

 

Titan Animation

Date : 02 au 17 Juin

Distance : de 14.9 à 7.7 millions de kilomètres de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Through the Haze

Publiée le 25 Juin 2004

 

Date : 14 Juin

Distance : 10.4 millions de kilomètres de Titan

 

Mission CASSINI-HUYGENS

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan's Murky Skies

Publiée le 10 Juin 2004

 

Date : 23 Mai

Distance : 21.6 millions de km de Titan

 

Le 21 Mai 2004

Regard de plus près sur Titan

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

La navette spatiale Cassini continue ses observations de Titan, la lune mystérieuse de Saturne, jetant un coup d'oeil rapide à la surface couverte de brume. La vue de Titan  par Cassini surpasse maintenant les observations terrestres dans sa capacité de montrer des détails.

 

Titan, la plus grande lune de Saturne, est une cible principale pour la sonde européenne Huygens embarquée sur Cassini. Perpétuellement enseveli sous une atmosphère brumeuse, les scientifiques pensent que Titan peut héberger des mers de méthane et des produits chimiques organiques, probablement comme ceux de la Terre primitive. Huygens sera la première mission à descendre à la surface d'une lune d'une autre planète et est de loin la descente la plus éloignée d'une mission robotisée jamais tentée sur un autre objet dans le système solaire.

 

Le vaisseau spatial Cassini était à 29.3 millions de kilomètres de Titan le 5 Mai 2004, lorsque l'image de gauche a été prise par l'un des filtres spectraux de la caméra à champ restreint spécifiquement conçus pour pénétrer dans l'atmosphère épaisse de la lune. La résolution de l'image est de 176 kilomètres par pixel, une amélioration de la résolution de 30 pour cent par rapport aux images publiées le 6 Mai.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

L'image a été agrandie 10 fois et a été augmentée en contraste pour révéler des détails. Le modèle tacheté est un artefact du traitement. Les grandes variations de l'échelle de brillance sont réelles. Aucun nouveau traitement pour enlever les effets des couches atmosphériques n'a été exécuté.

 

Le réseau de système de coordonnées en surimpression sur l'image d'accompagnement de droite illustre les régions géographiques de la lune qui sont illuminées et visibles, ainsi que l'orientation de Titan - le nord est en haut et incliné de 25 degrés à gauche. La courbe jaune marque la position de la frontière entre le jour et la nuit sur Titan. Ces images montrent environ un quart de la surface de Titan, de 180 à 250 degrés de longitude ouest et chevauchent la partie de la surface montrée dans l'image précédente de Cassini.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05392

   


Le 06 Mai 2004

Titan se dévoile

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

Titan, la lune la plus mystérieuse de Saturne, se dévoile peu à peu sous l'oeil de la caméra à champ restreint du vaisseaux spatial Cassini-Huygens. Des caractéristiques de la surface précédemment observées seulement par les télescopes terrestres sont maintenant visibles dans les images de Titan prises à la mi-Avril au moyen d'un filtre centré à 938 nanomètres, conçu pour observer à travers l'épaisse atmosphère de la lune, et équipant la caméra à champ restreint. La résolution de l'image est de 230 kilomètres par pixel, et rivalise avec les meilleurs images prises depuis la Terre.

 

Les deux images ont été prises à quatre jours d'intervalle. Entre les deux images, Titan a effectué une rotation de 90 degrés. Les deux images combinées couvrent une superficie d'environ la moitié de la surface de Titan, et montrent des variations de brillance qui suggèrent une surface diversifiée comparable à la carte de la surface de Titan établie à partir des images prises en 1997 et 1998 au moyen d'un filtre centré à 1080 nanomètres par l'instrument NICMOS (Near Infrared Camera and Multi-Object Spectrometer) du télescope spatial Hubble.

 

Crédit : NASA/JPL/Space Science Institute

 

La première occasion de voir des caractéristiques de la surface à petite échelle (2 kilomètres) aura lieu au cours d'un survol à 350.000 kilomètres du pôle antarctique de Titan le 02 Juillet 2004, seulement 30 heures après l'insertion de Cassini en orbite autour de la planète aux anneaux.

 

http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05390

   


Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux