Retour à l'accueil

Qu'est-ce qu'une planète ?

Quelques explications sur la nouvelle définition proposée et sur les contre-propositions faites lors des débats préliminaires au vote

 

 

Proposition de définition

Qu'est-ce qu'une planète ?

Combien y a-t'il de planètes ?

Qu'est-ce qu'un satellite ?

Pourquoi la Lune n'est pas une planète ?

Pourquoi Pluton et Charon sont des planètes ?

Pourquoi Cérès est une planète "naine" ?

2003 UB313

La famille des planètes va-t'elle encore s'agrandir ?

 

Propositions alternatives

Les contre-propositions

 

 

La définition adoptée

Les membres de l'IAU réunis à l'Assemblée Générale 2006 ont convenu qu'une "planète" est définie comme un corps céleste qui (a) est en orbite autour du Soleil, (b) a suffisamment de masse pour que sa propre gravité surmonte les forces rigides de corps de sorte qu'elle assume une forme hydrostatique d'équilibre (presque ronde), et (c) a dégagé le voisinage autour de son orbite.

 

Ceci signifie que le Système solaire se compose des huit "planètes" Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Une nouvelle classe distincte d'objets appelés "planètes naines" a également été décidée. Il a été convenu que les "planètes" et les "planètes naines" sont deux classes distinctes d'objets. Les premiers membres de la catégorie des "planètes naines" sont Cérès, Pluton et 2003 UB313 (nom provisoire). On s'attend à ce que plus de "planètes naines" soient annoncées par l'IAU dans les mois et années à venir. Actuellement des douzaine de candidates "planètes naines" sont énumérés sur la liste d'attente des "planètes naines" de l'IAU, laquelle continue de changer au fur et à mesure que de nouveaux objets sont trouvés et que la physique des candidates existantes devienne mieux connue.

 

La "planète naine" Pluton est identifiée comme un important prototype d'une nouvelle classe d'objets transneptuniens. L'IAU installera une procédure pour nommer ces objets.

 

En savoir plus....

 

 

 

Qu'est-ce qu'une planète ?

 

Depuis des années, les débats vont bon train. La question est sur le point d'être résolue avec la proposition de texte établie par le Planet Definition Committee (PDC), un comité composé de sept membres chargés de rédiger une nouvelle définition officielle.

 

Cette nouvelle définition devra être approuvée par les astronomes participants du 14 au 25 Août 2006 à l'Assemblée Générale de l'Union Astronomique Internationale (IAU) à Prague (République Tchèque), lors du vote qui se déroulera le 24 Août.

 

 

(1) Une planète est un corps céleste qui (a) possède suffisamment de masse pour que sa propre force de gravitation surmonte les forces rigides de corps de sorte qu'il assume une forme hydrostatique d'équilibre (presque ronde)1 , et (b) est en orbite autour d'une étoile, et n'est ni une étoile ni un satellite d'une planète2 .

 

(2) Nous distinguons les huit planètes classiques découvertes avant 1900, qui se déplacent dans des orbites presque circulaires près du plan de l'écliptique, et d'autres objets planétaires en orbite autour du Soleil. Tous ces autres objets sont plus petits que Mercure. Nous reconnaissons que Cérès est une planète par la définition scientifique ci-dessus. Pour des raisons historiques, on peut choisir de distinguer Cérès des planètes classiques en se référant à elle comme "planète naine."3 

 

(3) Nous reconnaissons Pluton comme une planète par la définition scientifique ci-dessus, de même qu'un ou plusieurs grands objets Trans-Neptuniens récemment découverts. Contrairement aux planètes classiques, ces objets ont habituellement des orbites fortement inclinées avec de grandes excentricités et des périodes orbitales supérieures à 200 ans. Nous désignons cette catégorie d'objets planétaires, dont Pluton est le prototype, comme nouvelle classe que nous appelons des "plutons".

 

(4) Tous les objets non-planète satellisant le Soleil seront désignés collectivement comme des "Petits Corps du Système Solaire" (Small Solar System Bodies).4

 


1 Ceci s'applique généralement aux objets avec une masse supérieure à 5 x 1020 kilogrammes et de diamètre supérieur à 800 kilomètres. Un traitement de l'IAU sera établi pour évaluer les planètes candidates proches de cette limite.

 

2 Pour deux objets ou plus comportant un système multiple d'objets, l'objet primaire est désigné comme planète s'il satisfait indépendamment aux conditions ci-dessus. Un objet secondaire remplissant ces conditions est également désigné comme planète si le barycentre du système réside en dehors du primaire. Les objets secondaires ne remplissant pas ces critères sont des "satellites". Sous cette définition, le compagnon Charon de Pluton est une planète, faisant de Pluton-Charon une double planète.

 

3 Si Pallas, Vesta, et/ou Hygeia s'avèrent être en équilibre hydrostatique, elles sont également des planètes, et peuvent être désignées sous le nom de "planètes naines".

 

4 Cette classe inclut actuellement la plupart des astéroïdes du Système solaire, les objets proches de la Terre (NEOs), les astéroïdes troyens de Mars, de Jupiter et de Neptune, la plupart des Centaures, la plupart des objets Trans-Neptuniens (TNOs), et les comètes. Dans la nouvelle nomenclature le concept de "planète mineure" n'est pas employé.

 

 

Combien y a-t'il de planètes ?

 

Selon cette définition, il y aurait actuellement 8 planètes "classiques", 1 planète "naine", et 3 planètes "plutons", soit au total 12 planètes :

Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Cérès, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton, Charon, 2003 UB313 (nom provisoire).

 

Crédit : The International Astronomical Union/Martin Kornmesser

 

Objet

IAU définition

IAU catégorie planète

Catégorie descriptive

Diamètre moyen estimé

Mercure

Planète

 

Classique

4.879 km

Vénus

Planète

 

Classique

12.104 km

Terre

Planète

 

Classique

12.746 km

Mars

Planète

 

Classique

6.780 km

Jupiter

Planète

 

Classique

138.346 km

Saturne

Planète

 

Classique

114.632 km

Uranus

Planète

 

Classique

50.532 km

Neptune

Planète

 

Classique

49.105 km

Cérès

Planète

 

Naine

952 km

Pluton

Planète

Pluton

Naine

2.306±20 km

Charon

Planète

Pluton

Naine

1.205±2 km

2003 UB313

Planète

Pluton

Naine

2.400 ±100 km

 

 

 

Qu'est-ce qu'un satellite ?

 

Pour un corps qui est assez grand (assez massif) pour satisfaire à la définition de "planète", un objet en orbite autour de la planète est appelé un "satellite" de la planète si le point qui représente leur centre de gravité commun (appelé le "barycentre") est situé à l'intérieur de la surface de la planète.

 

 

Barycentre

Centre de masse d'un sytème de corps en mouvement sous l'effet de leur attraction gravitationnelle mutuelle.

 

 

Par exemple :

Ganymède, bien qu'étant la plus grosse des lunes de Jupiter et la plus grosse lunes connues à l'heure actuelle dans notre Système solaire, n'est pas une planète mais bien un satellite de Jupiter car le "barycentre" du couple Ganymède-Jupiter est situé à l'intérieur de la planète géante. Il en est de même pour toutes les autres lunes principales de Jupiter que sont Io, Europe et Callisto.

 

Pourquoi la Lune n'est pas une planète ?

 

La Lune est un satellite de la Terre puisque le "barycentre" du couple Terre-Lune réside sous la surface de la Terre.

 

Pourquoi Pluton et Charon sont des planètes ?

 

Pluton et Charon sont chacun assez grand (assez massif) pour être sphérique. Indépendamment les deux corps sont conformes à la définition de "planète". La raison pour laquelle Pluton et Charon sont considérées comme "double planète" est que leur centre de gravité commun est un point qui est situé dans l'espace à l'extérieur de la surface de Pluton. Parce que les deux conditions sont réunies : chaque corps est "comme une planète" et chaque corps orbite autour d'un point dans l'espace libre qui n'est pas à l'intérieur d'un des deux, le système les rend apte à être appelé "double planète".

 

Pluton et Charon, situées toutes deux sur des orbites fortement inclinées avec de grandes excentricités et des périodes orbitales supérieures à 200 ans, entrent dans la catégorie des "plutons". En raison de leur taille inférieure à celle de Mercure, Pluton et Charon peuvent également être qualifées de planètes "naines".

 

Pourquoi Cérès est une planète "naine" ?

 

Historiquement, Cérès était appelée "planète" lorsqu'elle a été découverte (en 1801) orbitant dans ce qui est connu comme la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter. Parce que les astronomes au 19ème siècle ne pouvaient pas résoudre la taille et la forme de Cérès, et parce que de nombreux autres corps ont été découverts dans la même région, Cérès a perdu son statut de planète. Pendant plus d'un siècle, Cérès a été répertoriée comme un astéroïde ou planète mineure.

 

La taille et la forme de Cérès ont été déterminée grâce aux images du télescope spatial Hubble. Cérès est une planète parce qu'elle répond à la définition de "planète" de l'IAU. En raison de sa taille inférieure à celle de Mercure, Cérès est une "planète naine".

 

Cérès, qui circule autour du Soleil entre Mars et Jupiter sur une orbite faiblement inclinée par rapport à l'écliptique, n'est pas une "pluton".

 

2003 UB313

 

2003 UB313 est plus grand que Pluton. Les récentes images du télescope spatial Hubble ont résolu la taille de 2003 UB 313 montrant que l'objet est plus grand que Pluton. Tout objet ayant cette taille, et toute estimation raisonnable de densité, est sous-entendu avoir suffisamment de masse pour avoir une gravité intérieure qui lui donne une forme hydrostatique équilibrée. En d'autres termes, elle est sphérique. En conséquence, 2003 UB313 est une planète parce qu'elle répond à la définition de "planète" de l'IAU.

 

En raison de sa distance au Soleil et de la forte inclinaison de son orbite, 2003 UB313 est une "pluton", et peut être qualifiée de planète "naine" en raison de sa taille inférieure à celle de Mercure.

 

Note : Un nom définif et officiel sera prochainement adopté pour dénommer 2003 UB313.

 

La famille des planètes va-t'elle encore s'agrandir ?

 

Avec la découverte d'objets de plus en plus lointain grâce aux télescopes de plus en plus puissants, notre Système solaire va encore évoluer.

D'autres objets qui semblent assez grands pour que leur forme réponde à la définition de "planète" seront considérés ultérieurement au cas par cas.

 

Déjà, une douzaine d'objets pourraient satisfaire aux conditions requises pour intégrer la liste des planètes.

2003 EL61, 2005 FY9, Sedna, Orcus, Quaoar, 2002 TX300, 2002 AW197, Varuna, Ixion, mais également Vesta, Pallas et Hygiea, pourraient venir compléter la liste actuelle des planètes dans un avenir proche.

 

Crédit : The International Astronomical Union/Martin Kornmesser

 

"Candidates" au titre de "planète"

Objet

Diamètre estimé

2003 EL61

2.000×1.000×1.200 km

2005 FY9

1.500±300 km

(90377) Sedna

1.200-1.800 km

(90482) Orcus

1.000±200 km

(50000) Quaoar

~1.000 km

(20000) Varuna

600 ± 150 km

(55636) 2002 TX300

<700 km

(28978) Ixion

500±100 km

(55565) 2002 AW197

700±100 km

(4) Vesta

578×560×458 km

(2) Pallas

570×525×500 km

(10) Hygiea

500×400×350 km

 

Propositions alternatives

 

Le 23 Août 2006 :

La proposition de définition a été rejetée à une large majorité. Lors d'un premier vote effectué la semaine dernière, la contre-proposition de Gonzalo Tancredi et Julio Fernández a recueilli plus de voix que la proposition initiale. Bien que la proposition originale du Conseil Exécutif semblait simple et basée sur des concepts physiques, notre système solaire se serait composé d'une douzaine de planètes, et de bien plus à l'avenir au fil des nouvelles découvertes.

 

Deux papiers importants traitant du statut de planète ont été publiés ces derniers jours. Dans le premier, le Docteur Steven Soter (Dept. of Astrophysics, American Museum of Natural History, NY) a détaillé le concept de dominance de gravité dans la zone orbitale du corps planétaire, tandis que le second émanant du Docteur Bojan Pecnik (Dept. of Physics, Univ. of Split, Croatia) suggère que le critère nécessaire au statut de planète doit être la capacité de garder une atmosphère.

 

La proposition alternative la plus populaire, par Tancredi et Fernandez, requiert que la planète doit être de loin le plus grand corps de la population locale et être assez massive pour être sphérique. Un corps arrondi par sa propre pesanteur mais accompagné par d'autres de taille semblable ne serait pas une planète. Cette proposition écarterait Pluton, ainsi que d'autres objets transneptuniens, et tous les astéroïdes.

 

Un raisonnement similaire a été appliqué par Steven Soter. Le scientifique suggère qu'une planète est le produit final de l'accrétion du disque autour d'une étoile. Le statut de planète dépend donc du degré d'influence de l'objet sur les autres qui partagent sa zone orbitale.

 

Le scientifique croate Bojan Pecnik approuve, en disant que la dominance gravitationnelle dans sa zone orbitale autour d'une étoile ou d'un reste stellaire doit être exigé pour être une planète, mais une planète devrait également présenter une propriété physique intrinsèque, indépendamment de la dynamique de son environnement.

 

Actuellement, la propriété la plus populaire est la sphéricité provoqué par la propre pesanteur de l'objet. Le problème avec cette définition est que des corps célestes peuvent être sphériques par des processus autres que ceux considérés par la définition du Comité Exécutif. Par exemple, un astéroïde en forme de pomme de terre peut être brisé lors d'un choc avec une autre corps, ou encore, une météorite de fer peut se solidifier en un corps sphérique. L'origine de la sphéricité pourrait s'avérer difficile à prouver pour les objets à la limite entre les planètes majeures et les planètes mineures, et particulièrement pour les corps lointains dans la Ceinture de Kuiper, ou encore plus pour les exoplanètes.

 

C'est pourquoi Pecnik préfère s'appuyer sur une autre propriété physique : la capacité du corps à garder son atmosphère.

 

A la veille du vote final, les choses peuvent encore changer. Mais, quelle que soit la définition adoptée jeudi 24 Août à Prague, une chose est sûre : notre Système solaire ne sera plus vu de la même manière !

 

Pour en savoir plus...

 

http://www.iau2006.org/mirror/www.iau.org/iau0601/iau0601_resolution.html

 

La GALERIE - Planètes et Satellites de notre Système Solaire. 

 

Planètes et Satellites : Tableau Comparatif des Données.

 

Les plus gros objets du Système solaire

 

Les ASTEROIDES Des Petites Planètes par milliers.

 

Les 100 premiers Astéroïdes découverts

 

L'astéroïde 2004 DW, un astéroïde géant

 

Sedna (2003 VB12), un nouveau monde

 

2003 UB313, une dixième planète au-delà de Pluton ?

 

Exit Pluton ou Bienvenue à 2003 UB313 ?

 

Les COMETES

 

Correspondance entre la Magnitude absolue (H) et le Diamètre des Astéroïdes

 

What is a planet?

Authors: Steven Soter

http://fr.arxiv.org/abs/astro-ph/0608359

 

On the low-mass planethood criterion

Authors: Bojan Pecnik, Christopher Broeg

http://fr.arxiv.org/abs/astro-ph/0608367

 

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux