Retour à l'accueil

Les Grands Noms de l'Histoire de l'Astronomie

 

 

En savoir plus...la Chronologie de l'Histoire de l'Astronomie

 

Anaximandre

Méton

Eudoxe de Cnide

Aristote

Aristarque de Samos

Eratosthene de Cyrène

Hipparque de Nicée

Ptolémée Claudius

Copernic

Tycho Brahé

Galilée

Kepler

Cassini

Huygens

Newton

Halley

Bradley

Messier

Lagrange

Herschel

Delambre

Laplace

Le Verrier

Galle

Adams

Hall

Barnard

Einstein

Hubble

-610/-546

vers -430

-406/-355

-384/-322

-310/-230

-284/-192

vers -150

90/168

1473/1583

1546-1601

1564/1642

1571/1631

1625/1712

1629-1695

1642/1727

1656-1742

1693-1762

1730-1817

1736/1813

1738/1822

1749/1822

1749/1827

1811/1877

1812-1910

1819/1892

1829-1907

1857-1923

1879-1955

1889/1953

grec

grec
grec

grec

grec

grec

grec

grec

polonais

danois

italien

allemand

français

hollandais

anglais

anglais

anglais

français

français

anglais

français

français

français

allemand

anglais

américain

américain

américain

américain

 


  

 

 

ANAXIMANDRE
grec, vers -630/-546

 

Philosophe et Astronome, il aurait découvert l'obliquité de l'écliptique, et le premier, reconnu que le ciel paraît tourner autour de l'étoile polaire.

 


 

 

MÉTON
grec, vers -430

 

Astronome vivant à Athènes, il étudia les phases de la Lune et affirma qu'il y avait exactement 235 lunaisons en 19 ans (cycle de Méton).

 


 

 

EUDOXE de Cnide
grec, -406/-355

 

Astronome et philosophe, disciple de Platon, il énonce sa théorie des sphères homocentriques : le système solaire est composé de planètes sphériques, dont le Soleil, décrivant des trajectoires circulaires autour de la Terre immobile, centre du monde.

 


 

 

ARISTOTE
grec, -384/-322

 

Philosophe, son oeuvre encyclopédique a exercé une profonde influence sur la pensée scientifique occidentale. De la logique à la cosmologie en passant par ses grands ouvrages sur les animaux et son traité de Physique, l'aristotélisme a fourni jusqu'au XVIIème siècle un cadre de pensée réputée intangible.

 


 

ARISTARQUE de Samos
grec, -310/-230

 

Astronome et mathématicien, Aristarque, dans son ouvrage intitulé "Sur les dimensions et les distances du Soleil et de la Lune", est le premier à tenter d'évaluer le diamètre du Soleil et de la Lune et leur distance par rapport à la Terre, en introduisant les premières notions de calcul trigonométrique. Il émit, grâce à ses calculs, l'idée d'une Terre tournant sur elle-même, autour du Soleil.

 


 

 

ERATOSTHENE de Cyrène
grec, -284/-192

 

Astronome, géographe, mathématicien et philosophe, il se distingua par son remarquable calcul de la longueur du méridien terrestre qu'il estima à environ 40000 km.  C'est en remarquant qu'au solstice d'été, le soleil est au zénith à Assouan (Syène à l'époque) puisque ses rayons pénétraient dans les puits les plus profonds, tandis qu'à Alexandrie, situé sur le même méridien, l'ombre d'un obélisque montrait que les rayons solaires étaient inclinés de 7°12' par rapport à la verticale, qu'il calcula la circonférence de la Terre.

 


 

 

HIPPARQUE de Nicée
grec, vers -150

 

C'est l'un des astronomes les plus brillants de l'Antiquité. Parmi ses nombreux travaux : la détermination de la distance Terre-Lune, la mesure précise de la révolution de la Lune, l'explication des éclipses, la détermination de l'inclinaison de la Terre sur l'écliptique, la découverte du phénomène de précession des équinoxes, l'établissement d'un catalogue d'étoiles, l'invention de l'astrolabe, et la première méthode de détermination des longitudes. On peut aussi le considérer comme le fondateur de la trigonométrie.

 


 

 

 

Claudius PTOLÉMÉE

grec, 90-168

 

Astronome et géographe. Ptolémée est l'héritier de toute la tradition scientifique et philosophique grecque. Il conserva les théories d'Hipparque et les compléta par ses observations. Dans son oeuvre, "l'Almageste", ainsi dénommée par les Arabes, il présente son système géocentrique : la Terre, fixe, est le centre du monde, autour de laquelle tournent la Lune, le Soleil et au-delà les autres planètes. Les étoiles, accrochées à la dernière sphère céleste, marquent la limite de l'Univers.

 

 


 

 

 

Nicolas COPERNIC

polonais, 1473-1543

 

Astronome, Copernic fit ses études à Cracovie, puis dans les Universités italiennes de Bologne et Padoue. De retour à Frauenbourg, près de Dantzig, en 1506, il fit construire un observatoire. Après 25 ans d'observations, il rédige un traité sur les mouvements planétaires, "De revolutionibus orbium coelestium", imprimé et publié quelques mois seulement avant sa mort, où il tente de mettre fin au système géocentrique de Ptolémée en lui substituant l'héliocentrisme qu'avaient préconisé Pythagore et Aristarque : le Soleil, fixe, est au centre de l'Univers, et tournant autour de lui, la Terre et les planètes.

 

 


 

 

 

Tycho BRAHE

danois, 1546-1601

 

Issu d'une famille aristocrate, Tycho Brahé fut attiré très jeune par l'astronomie. L'apparition en 1572 d'une supernova, lui donna l'idée d'établir un catalogue précis d'étoiles. Grâce au roi du Danemark Frédéric II qui lui fit don en 1576 de l'île de Hveen, près de Copenhague, et d'une pension, il fit construire au centre de l'île un grand observatoire, Uraniborg, qu'il équipa des instruments les plus grands et les plus précis de l'époque, ainsi qu'un second observatoire, Stellaborg, en 1584. Tycho Brahé marqua profondément les débuts de l'astronomie moderne par la masse et la précision de ses observations. On lui doit la découverte de la la variation de l'obliquité de l'écliptique, deux inégalités du mouvement de la Lune, la variation et l'équation annuelle, la variation de l'inclinaison de l'orbite lunaire sur l'écliptique, et un catalogue comprenant 777 étoiles. En 1597, il dut quitter le Danemark et se réfugia à Prague, comme astronome de l'empereur d'Autriche Rodolphe II. Après sa mort en 1601, ses observations de la planète Mars permirent à Kepler de découvrir les lois du mouvements des planètes.

 


 

 

 

Galileo Galilei , dit GALILEE

italien, 1564-1642

 

Astronome, physicien, ingénieur, Galileo Galilei est né à Pise. Il est, avec Descartes, l'un des fondateurs de la mécanique moderne. Il inventa le thermomètre (1592) et introduisit en astronomie l'usage de la lunette, ce qui lui permit, en 1609, d'effectuer les premières observations du relief de la Lune, de découvrir les phases de Vénus, et surtout les quatre principaux satellites de Jupiter.

 

Galilée enseignait les théories de Copernic et de Kepler, ce qui le fera condamner par l'Inquisition. Il devra renier publiquement en 1633 que la Terre tourne. C'est en cette occasion qu'on lui prête la phrase célèbre : "E pur, si muove !" (Et pourtant, elle tourne !).

 

 


 

 

 

Johannes KEPLER

allemand, 1571-1630

 

Astronome, véritable créateur de l'astronomie moderne, il étudia et confirma l'héliocentrisme avancé par Copernic. Professeur de mathématiques, il fut poursuivi tant pour ces idées que pour sa religion (protestante). Il se réfugie à Prague vers 1600 où il poursuit ses recherches au côté du danois Tycho Brahé, et auquel il succéda en 1601 comme astronome de l'Empereur d'Autriche Rodolphe II, puis de l'Empereur Mathias.

 

C'est en étudiant les nombreuses observations de Tycho Brahé relatives à la trajectoire de la planète Mars, qu'il dut renoncer à voir dans l'explication de l'harmonie céleste la présence platonicienne des fameux polyèdres réguliers, et découvrit alors les célèbres lois sur le mouvement des planètes (1609-1619) : les planètes décrivent des ellipses et non des cercles.

 

 

Les Lois de Kepler :

 

1 - Chaque planète décrit dans le sens direct une ellipse dont le Soleil occupe un des foyers.

 

2 - Les aires décrites par le rayon vecteur allant du centre de la planète au centre du Soleil sont proportionnelles aux temps employés à les décrire .

En particulier, en des temps de parcours égaux, les aires balayées sont égales et la vitesse de révolution d'une planète n'est donc pas constante : elle accélère au voisinage du Soleil (périphélie), elle ralentit en s'en éloignant. Sa vitesse est minimale à l'aphélie.

 

3 - Les carrés des temps des révolutions sidérales des planètes sont proportionnels aux cubes des grands axes de leurs orbites.

 

 

Dans les dernières années de sa vie, Kepler se consacrera à l'élaboration de tables précises de positions des planètes. Les Tables Rudolphines, bien plus précises que les tables précédantes, seront publiées en 1627, et permettront de prévoir un passage de Mercure devant le Soleil pour le 7 Novembre 1631, ainsi qu'un transit de Vénus pour le 7 Décembre 1631.

 


 

 

 

Jean-Dominique CASSINI

français, 1625-1712

 

Astronome d'origine italienne. Il fonda l'observatoire de Paris (1672). Il découvrit l'existence d'une division dans l'anneau entourant Saturne, ainsi que quatre des satellites de Saturne : Japet (1671), Rhéa (1672), Téthys et Dioné (1684). Sa Carte de la Lune, achevée en 1679, resta sans rivale jusqu'à l'apparition de la photographie au XIXème siècle. Cassini énonça les lois de la rotation de la Lune. On lui doit également la détermination de la période de rotation de Jupiter (en 1665), ainsi que celle de Mars (en 1666).

 


 

  

Christiaan HUYGENS

hollandais, 1629-1695

 

Astronome et mathématicien hollandais, Huygens inventa une combinaison de lentilles éliminant l'aberration chromatique (oculaire de Huygens). C'est grâce à cette invention qu'il découvrit l'anneau de Saturne ainsi que l'un de ses satellites, Titan (en 1655), et observa la nébuleuse d'Orion (1655).


 


 

 

 

Isaac NEWTON

anglais, 1642-1727

 

Illustre physicien, philosophe et mathématicien renommé. Professeur de mathématiques en 1669 à l'Université de Cambridge, il invente alors le calcul infinitésimal, et commence ses travaux de mécanique et d'optique. Il décomposa la lumière blanche (1669) et fut, en 1671, l'inventeur du télescope, bien supérieur en qualité d'observation à la lunette astronomique de Galilée. Newton est élu à la Royal Society en 1671. Il publie en 1686-1687 "Philosophiae naturalis principia mathematica", Principes mathématiques de philosophie naturelle, qui établit la loi de la gravitation universelle : les corps célestes s'attirent entre eux suivant une force d'intensité proportionnelle à leurs masses et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare.

 


 

 

 

Edmond HALLEY

anglais, 1656-1742

 

Astronome anglais, et ami de Newton, il étudia principalement les comètes. Dans son Synopsis d'astronomie cométaire publié en 1705, il identifia les comètes apparues entre 1531 et 1607 à celle qu'il découvrit en 1682 et établit qu'il s'agissait d'une comète périodique déjà passée en 1456, 1531 et 1607 selon une période de 75 ans, et en prédit son retour en 1758. On doit également à Halley le premier catalogue des étoiles du ciel austral. De 1720 à 1742, il fut astronome royal et dirigea l'observatoire de Greenwich.

 


 

 

 

James BRADLEY

anglais, 1693-1762

 

Astronome anglais, a découvert en 1727 le phénomène d'aberration de la lumière, de la nutation de l'axe terrestre, en 1748, ainsi qu'une formule empirique de la réfraction atmosphérique, et des tables des mouvements des satellites de Jupiter. Il succéda à Edmond Halley en 1742 comme astronome royal, et fut directeur de l'observatoire de Greenwich jusqu'en 1762.

 


 

 

 

Charles MESSIER

français, 1730-1817

 

Astronome français, Charles Messier a découvert 16 comètes et en observa plus de 40. Son Catalogue des nébuleuses et des amas d'étoiles, publié initialement dans les Mémoires de l'Académie des Sciences pour 1771, et complété ensuite à plusieurs reprises, décrit une centaines d'objets que l'on désigne aujourd'hui par la lettre M suivie de leur numéro d'ordre dans le catalogue.

 


 

 

 

Joseph Louis, Comte de LAGRANGE

français, 1736-1813

 

Astronome et Mathématicien français, né à Turin (Italie). Il enseigna les mathématiques. Il publie en 1788 un traité de "Mécanique analytique", réunissant les résultats de ses calculs sur la stabilité du système solaire, et montrant que les inégalités dans les mouvements des planètes sont en fait des variations à très longues périodes.

 

Lagrange étudiera tout particulièrement l'orbite lunaire et expliquera ses perturbations (appelées librations).


 


 

 

 

William HERSCHEL

anglais, 1738-1822

 

Astronome anglais d'origine allemande, né à Hanovre. Professeur de musique à l'origine, il se tourna vers l'astronomie en amateur et entreprit la réalisation de télescopes en 1773, envoie ses premiers articles d'astronomie à la Royal Society en 1780. Herschel découvre Uranus en 1781, et devint l'année suivante membre de la Royal Society et astronome privé du roi Georges III. En 1787, il découvre deux satellites d'Uranus: Titania et Oberon, et en 1789, deux satellites de Saturne : Encelade et Mimas. Il démontre et calcule la vitesse à laquelle notre système solaire se déplace vers un point, l'apex, situé dans la constellation d'Hercule. Ses observations sur les étoiles doubles indiquent que leur mouvement s'effectue autour de leur centre de gravité commun, suivant les lois de Kepler. Herschel est considéré aujourd'hui comme le fondateur de l'astronomie stellaire moderne.

 


 

 

Jean-Baptiste Joseph DELAMBRE

français, 1749-1822

 

Astronome et géodésien. Delambre publia en 1789 des "Tables de Jupiter et de Saturne". Il participa pendant 6 ans, avec l'astronome Pierre Méchain, à la campagne géodésique destinée à calculer la longueur de l'arc de méridien Dunkerque-Barcelone pour définir l'étalon métrique : le mètre devant être, par définition, le dix millionième du quart du méridien terrestre. De 1804 à 1822, il fut directeur de l'Observatoire de Paris. Son "Histoire de l'Astronomie", demeure un ouvrage de référence.

 


 

 

 

Pierre Simon, marquis de LAPLACE

français, 1749-1827

 

Brillant jeune mathématicien, recommandé par d'Alembert, il fut nommé à vingt ans, professeur de mathématiques à l'École Royale Militaire de Paris. Il entre en 1783 à l'Académie des Sciences grâce à ses travaux sur la stabilité mécanique du système solaire, en démontrant l'invariance des grands axes des orbites planétaires.

 

Il enseignera ensuite à l'École Polytechnique avant d'entamer sa carrière politique.

Inspecteur des armées avant la révolution de 1789, nommé Ministre de l'Intérieur au lendemain du 18 Brumaire, entré en 1799 au Sénat dont il devint le vice-président, nommé comte sous Napoléon, marquis et pair de France sous Louis XVIII.

 

En dehors de ses remarquables travaux en calcul des probabilités "Théorie analytique des probabilités", (1812), Laplace se distingua par son "Exposition du système du monde" (1796) qui contient sa célèbre hypothèse cosmogonique, selon laquelle le système solaire serait issu d'une nébuleuse en rotation.

 


 

 

 

Urbain Le VERRIER

français, 1811-1877

 

Astronome, Le Verrier calcula en 1846 les paramètres orbitaux d'une hypothétique planète dont les perturbations sur la planète Uranus faisait soupçonner l'existence. L'astronome berlinois Galle découvrit en 1846 la planète cherchée à l'emplacement prévu par Le Verrier. Admis à l'Académie des sciences dès 1846, député en 1849, sénateur en 1852, il fut ensuite nommé en 1854 directeur de l'Observatoire de Paris.


 


 

  

John GALLE

allemand, 1812-1910

 

Astronome allemand. D'après les calculs de l'astronome Urbain Le Verrier, il découvrit le 23 Septembre 1846, la planète Neptune.


 


 

 

John Couch ADAMS

anglais, 1819-1892

 

L'astronome anglais Adams, partage avec Le Verrier, le mérite de la découverte de Neptune par le calcul. En effet, dès 1841, il envisagea l'existence d'une planète inconnue et établit en 1845 ses paramètres orbitaux, mais Airy, directeur de l'observatoire de Greenwich refusa de prendre en considération ses travaux.


 


 

  

Asaph HALL

américain, 1829-1907

 

Astronome américain. Hall a découvert les deux satellites de Mars, Phobos et Deïmos en 1877.


 


 

Edward Emerson BARNARD

américain, 1857-1923

 

Astronome américain. Se fit connaître par la découverte d'une vingtaine de comètes, et fut le premier à en découvrir une par la photographie (1892). On lui doit également la découverte d'un des satellites de Jupiter : Amalthée (en 1892), et des milliers de photographies de la Voie Lactée. Découvre en 1916, l'étoile qui porte son nom.


 


 

 

 

Albert EINSTEIN

américain, 1879-1955

 

Physicien allemand naturalisé américain en 1940, il est l'auteur de nombreux travaux de physique théorique. En 1905, il publie sa théorie de la relativité restreinte, et aboutit au concept du photon. Il élabore ensuite la théorie de la relativité générale en 1916, qui a révisé les notions d'espace et de temps et introduit une conception nouvelle de la gravitation. Par ses travaux sur l'effet photoélectrique, il contribue également à la construction de la mécanique quantique.

 

Albert Einstein a reçu le Prix Nobel de Physique en 1921.


 


 

 

 

Edwin Powell HUBBLE

américain, 1889-1953

 

Astrophysicien,  Hubble étudia principalement les galaxies. En se basant sur le décalage vers le rouge des raies spectrales des galaxies, interprété comme un effet Doppler-Fizeau, il formule une loi empirique en 1929 selon laquelle les galaxies s'éloignent les unes des autres à une vitesse proportionnelle à leur distance.


 


Documentation :

Dictionnaire de l'Astronomie de Ph. de La Cotardière (Editions Larousse)

Encyclopédie des Sciences - Collection Encyclopédies d'Aujourd'hui (Editions G.L.M.)

Nouveau Petit Larousse (Editions Larousse)

Le Grand Livre du Ciel (Editions Bordas)

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux