Retour à l'accueil

Les Comètes : Comment lire et interpréter les éphémérides ?

 

 

 

Les éphémérides proposées sont généralement survolées. Pourtant, à la lecture de ces chiffres, on peut en déduire un certain nombre d'informations précieuses pour la préparation de nos soirées d'observations. Il est donc important de s'attarder un peu sur ces données pour en saisir les subtilités.

 

Delta est la distance de la comète à la Terre (en U.A.),

R (Radius Vector), est la distance de la comète au Soleil (en U.A.),

Elong. (Elongation) est la distance angulaire de la comète au Soleil,

Mag (Magnitude) est la magnitude visuelle de la comète,

Moon donne l'élongation de la Lune par rapport à la comète, et le pourcentage d'illumination de la Lune.

 

La Déclinaison

   Date         R.A.       Dec        Distance     elong            Moon 
   y  m  d    h   m      o   '     delta   R         o     Mag     o    %
2002  2  3*   0 11.59  -16 51.8    1.538  1.082    44.4    8.8   150   67

 

Dans cet exemple, on notera que la déclinaison de la comète est de -16°51'. Nous allons donc chercher à savoir si, en théorie, celle-ci peut être visible pour notre latitude.

 

Pour cela, appliquons la règle suivante, dans l'hémisphère Nord seulement :

 

Conditions de visibilité

Hémisphère Nord

Circumpolaire

(Visible toute la nuit)

delta > (90° - latitude)

Avec Lever et Coucher

(Visible seulement une partie de la nuit)

- (90° - latitude) < delta < (90° - latitude)

Invisible

(sous l'horizon)

delta < (latitude - 90°)

 

Ou, pour les observateurs de l'hémisphère Sud :

 

Conditions de visibilité

Hémisphère Sud

Circumpolaire

(Visible toute la nuit)

delta < - (latitude + 90°)

Avec Lever et Coucher

(Visible seulement une partie de la nuit)

(latitude + 90°) > delta > - (latitude + 90°)

Invisible

(sous l'horizon)

delta > (latitude + 90°)

 

 

Ainsi, à Paris (48°52), nous en déduisons que toutes les comètes ayant une déclinaison supérieure à 41°08 sont visibles toute la nuit (circumpolaire), celles ayant une déclinaison inférieure à -41°08 ne sont jamais visibles, et celles ayant une déclinaison comprise en -41°08 et +41°08 seront visibles seulement une partie de la nuit (avec donc, un lever et un coucher).

 

Sachant qu'une comète, tout comme les étoiles ou planètes, culmine lorsqu'elle passe au méridien de l'observateur (c'est à dire au point Sud), nous allons chercher à quelle hauteur sera la comète au moment de son passage au méridien.

 

Pour cela, appliquons la formule : H = 90 - L + delta (avec H = hauteur sur l'horizon au moment du passage au méridien, L = latitude du lieu d'observation, et delta = déclinaison de la comète).

 

Dans notre exemple, avec une déclinaison de -16°51, et à la latitude de Paris (48°52'), la hauteur de la comète au moment de son passage au méridien sera de : 90° - 48°52 - 16°51 = 24°17 de hauteur.

Note : Avec une déclinaison de 63°30, la comète aura une hauteur de 75°22 lorsqu'elle passera au méridien de Paris (90°-48°52+63°30=104°38 => 180°-104°38=75°22 de hauteur).

Et on en déduira également que la limite de visibilité de la comète sera 73°09 de latitude nord (90° - 73°09 - 16°51 = 0).

 

 

Ascension droite

 

Analogue à la longitude sur Terre,  c'est l'une des deux coordonnées équatoriales célestes permettant de repérer la position d'un objet sur le plan de l'équateur de la sphère céleste.

 

Le point d'origine de l'Ascension droite est le point vernal.

 

Le comptage s'effectue de 0° à 360° dans le sens direct (sens contraire des aiguilles d'une montre) ou de 0h à 24h.

 

Déclinaison

 

Analogue à la latitude terrestre,  c'est l'une des deux coordonnées équatoriales célestes.

 

Distance angulaire entre la direction de l'axe d'un objet céleste et le plan de l'équateur céleste.

 

Le point d'origine de l'Ascension droite est l'Equateur céleste.

 

Le comptage s'effectue de 0° à 90° vers le nord (+) ou vers le sud (-).

 

 

D'autres paramètres peuvent également vous renseigner sur les conditions de visibilité:

 

L'élongation

   Date         R.A.       Dec        Distance     elong            Moon 
   y  m  d    h   m      o   '     delta   R         o     Mag     o    %
2002  2  3*   0 11.59  -16 51.8    1.538  1.082    44.4    8.8   150   67

 

Ici, une élongation de 44.4° est indiquée. Cela signifie que la comète est seulement à 44.4° du Soleil. Plus la comète est proche du Soleil, plus il sera difficile de la localiser, car elle risque d'être noyée dans la luminosité du ciel, avant le lever ou après le coucher du Soleil.

 

IMPORTANT : Ne braquez jamais vers le Soleil un instrument d'optique (jumelles, lunette astronomique, télescope, appareil photo...) sans un bon filtre testé et vérifié. SOYEZ PRUDENT !

RECOMMANDATIONS IMPORTANTES A lire attentivement !

 

 

Elongation

 

Distance angulaire d'un astre au Soleil pour un observateur terrestre.

 

La magnitude visuelle

   Date         R.A.       Dec        Distance     elong            Moon 
   y  m  d    h   m      o   '     delta   R         o     Mag     o    %
2002  2  3*   0 11.59  -16 51.8    1.538  1.082    44.4    8.8   150   67

 

A noter également qu'avec une magnitude de 8.8, la comète n'est toujours pas visible à l'oeil nu, mais seulement accessible aux jumelles ou télescopes.

 

La limite théorique généralement admise pour une visibilité sans instrument est celle de 5. Avec un bon ciel, et loin des lumières des villes, la magnitude limite théorique peut avoisiner 6.5 au zénith. Au contraire, à proximité d'une grande ville, la magnitude visuelle limite serait plutôt de l'ordre de 3.5 du fait de la pollution lumineuse. De plus, aux abords de l'horizon, l'absorption atmosphérique réduit encore un peu plus le nombre d'étoiles visibles à l'oeil nu.

 

 

Magnitude apparente

 

Magnitude d'une étoile ou de tout autre objet céleste tel qu'il apparaît vu de la Terre.

 

Plus le chiffre est élevé, moins l'astre est brillant.

Pour l'exemple : Arcturus, de magnitude 0, est plus brillante que l'Etoile Polaire de magnitude +2.1, mais l'est beaucoup moins que le Soleil de magnitude -26.

 

Entre deux magnitudes, l'écart de brillance est de 2.5. Une étoile de magnitude 5 est 2.5 fois plus brillante qu'une étoile de magnitude 6.

 

Les paramètres de la Lune

   Date         R.A.       Dec        Distance     elong            Moon 
   y  m  d    h   m      o   '     delta   R         o     Mag     o    %
2002  2  3*   0 11.59  -16 51.8    1.538  1.082    44.4    8.8   150   67

 

La comète est située à 150° de la Lune illuminée à 67%. Bien que la Lune soit déjà bien lumineuse, dans notre exemple, elle est suffisamment loin de la comète (presque à l'opposé). Donc, rien à craindre en ce qui concerne une éventuelle gêne due à la luminosité de la Lune.

 

Exemples d'interprétations

   Date         R.A.       Dec        Distance     elong            Moon 
   y  m  d    h   m      o   '     delta   R         o     Mag     o    %
2002  2 15*   0 33.24  -10 10.5    1.382  0.878    39.2    7.6    11    7

 

Dans cet exemple, on notera que la Lune est seulement à 11° de la comète mais avec un pourcentage d'illumination de 7%. Le faible croissant ne devrait donc pas gêner l'observation. La comète (mag 7.6) n'est toujours pas observable à l'oeil nu.

 

   Date         R.A.       Dec        Distance     elong            Moon 
   y  m  d    h   m      o   '     delta   R         o     Mag     o    %
2002  3 17*   1 25.48   17 10.0    0.846  0.510    30.8    4.2    12    8

 

Avec ces paramètres, la comète, à 12° d'un fin croissant lunaire (8%), est théoriquement visible à l'oeil nu (mag 4.2), mais les conditions d'observations ne sont toutefois pas très favorables, le Soleil étant seulement à environ 30° de la comète. C'est donc dans un ciel encore relativement clair que l'on pourra tenter de voir la comète après le coucher (ou le lever du Soleil), et celle-ci risque d'être relativement basse sur l'horizon lorsque le ciel commencera à s'assombrir (ou, encore trop basse lorsque le ciel commencera à s'éclaircir, s'il s'agit du matin).

 

Récapitulatif :

     

    Les conditions d'observations les plus favorables sont :

       

      - un éloignement maximum par rapport au Soleil

      - une magnitude la plus proche possible de 0

      - un éloignement maximum par rapport à la Lune

      - un pourcentage d'illumination de la Lune le plus faible possible. 

 

Retour à l'accueil

Contact : Gilbert Javaux