Retour à l'accueil

LEXIQUE de quelques Termes d'Astronomie

 

 

 

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

 

 

A

 

Aberration : Imperfection des images données par un système optique, inhérente au système lui-même.

 

Aberration chromatique : Défaut optique se présentant sous la forme d'une frange colorée bordant l'objet observé. Ce défaut se rencontre sur les lunettes d'entrée de gamme ; ne concerne pas les télescopes.

 

Aberration de sphéricité : Défaut optique se rencontrant lorsque le foyer de la lentille où convergent les rayons lumineux n'est pas le même pour les rayons centraux que pour les rayons extérieurs.

 

Absorption : Fraction de la lumière d'un astre extérieur absorbée par l'atmosphère terrestre et dont la valeur est proportionnelle à la couche traversée.

 

Accélération de la pesanteur : Augmentation de la vitesse d'un objet attiré par un champ gravitationnel (attraction terrestre, par exemple) tombant en chute libre et proportionnelle au temps. Cet accroissement appelé accélération de la pesanteur est de 981 m·s-1 et a pour symbole la lettre g.

 

Achondrite : (sans chondre). Météorite différenciée constituée de silicates. Provient de la surface ou du manteau d'un astéroïde.

En savoir plus sur la Classification des Météorites

 

Achromatique : Objectif de lunette composé de deux lentilles, une convergente (crown) et une divergente (flint), d'indice de réfraction différent dans le but de réduire les aberrations chromatiques. Ce système est appelé doublet achromatique. Le système utilisant trois lentilles est appelé triplet achromatique.

 

Accrétion :Agglomération de matière pour former des corps de taille supérieure (étoiles, planétésimaux, planètes,...)

 

Albédo : Grandeur comprise entre 0 et 1, caractérisant la proportion d'énergie lumineuse réfléchie ou diffusée par un corps éclairé.

 

Alphabet grec :

 

 

Altazimutale : caractérise un instrument, une monture mobile autour d'un axe horizontal et d'un axe vertical. Les mouvements se font en hauteur et en azimut.

 

Amas de galaxies : concentration de galaxies.

 

Amas globulaire : Groupement serré rassemblant jusqu'à plusieurs centaines de milliers d'étoiles, toutes très âgées.

 

Amas ouvert : Groupement de faible concentration rassemblant quelques centaines d'étoiles jeunes.

 

Amor : (présentant des similitudes avec 1221 Amor) astéroïdes dont l'orbite est à l'extérieur de celle de la Terre mais qui s'en approchent, leur distance au périhélie étant inférieure à 1.3 UA.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Analemme : projection cylindrique verticale des cercles de déclinaison et des cercles horaires de la sphère céleste, qui fournit le canevas des cadrans solaires dit "analemmatiques".

 

Angle horaire : Une des deux coordonnées dans le système dit des coordonnées horaires. C'est l'angle compris entre le méridien local sud et le cercle horaire qui passe par l'astre observé. Compté de 0 à 12 heures, positivement vers l'ouest, négativement vers l'est.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Année : Période de temps fixée conventionnellement à la durée approximative de la révolution de la Terre autour du Soleil, soit 365 jours.

 

Année grégorienne : Année dont la durée est fixée conventionnellement à 365,2425 jours suite à la réforme du calendrier par le pape Grégoire XIII en 1582.

 

Année julienne : Année dont la durée est fixée conventionnellement à 365,25 jours suite à réforme du calendrier par Jules César en 46 avant J.C.

 

Année-lumière : Distance que parcourt la lumière en une année, soit 9.460.536 millions de km.

 

Année sidérale : Temps mis par le Soleil pour revenir à un même point par rapport aux étoiles. Elle vaut 365,263 jours.

 

Année tropique : Intervalle de temps entre deux passages du Soleil par le point vernal. Elle est plus courte que l'année sidérale : 365,242 jours.

 

Apex : Point du ciel vers lequel semble se diriger le Système solaire avec le Soleil. Ce point est situé en bordure de la constellation d'Hercule près de celle de la Lyre. Ce mouvement se fait à une vitesse de 20 km·s-1.

 

Aphélie : Point de l'orbite d'une planète ou d'une comète le plus éloigné du Soleil.

 

 

Apoastre : Point de l'orbite d'un astre gravitant autour d'un autre astre où la distance des deux corps est maximale. Le terme s'emploie plus spécialement dans le cas des étoiles doubles.

 

Apochromatique : Se dit de la combinaison optique d'un objectif de lunette corrigeant l'aberration chromatique et l'aberration de sphéricité.

 

Apogée : Point de l'orbite d'un satellite de la Terre le plus éloigné de la Terre.

 

Apohele : nom suggéré il y a plusieurs années par David Tholen pour les astéroïdes dont l'orbite est intégralement contenue dans l'orbite terrestre.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Apollo : (présentant des similitudes avec 1862 Apollo) astéroïdes dont l'orbite est à l'extérieur de celle de la Terre, avec distance au périhélie inférieure à 1 UA.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Aposélène : Point de l'orbite d'un corps tournant autour de la Lune où la distance de ce corps à la Lune est maximale.

 

Appulse : Passage d'un astre au voisinage immédiate du limbe de la Lune ou d'une planète sans qu'il y ait occultation.

 

Apside : Apoastre ou périastre d'une orbite. La ligne des apsides est la droite joignant l'apoastre au périastre d'une orbite.

 

Ascension droite : Analogue à la longitude sur Terre,  l'une des deux coordonnées équatoriales célestes permettant de repérer la position d'un objet sur le plan de l'équateur de la sphère céleste. Le point d'origine de l'Ascension droite est le point vernal. Le comptage s'effectue de 0° à 360° dans le sens direct (sens contraire des aiguilles d'une montre) ou de 0h à 24h.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Astérisme : Figure dessinée dans le ciel par des étoiles brillantes et bénéficiant d'une appellation populaire bien que ne constituant pas une constellation.

 

Astéroïde : Objet de petit diamètre gravitant autour du Soleil.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Astre : Nom attribué à tout corps céleste naturel : planète, comète, étoile, galaxie, etc...

 

Astrobiologie (ou Cosmobiologie) : Science qui étudie les problèmes ayant trait à la diffusion de la vie dans L'Univers.

 

Astrolabe : Ancien instrument qui permettait d'avoir une représentation du ciel à un instant donné.

 

Astrométrie : Branche de l'astronomie qui traite de la détermination de la position et des mouvements des corps célestes. L'ensemble des notions géométriques qui concourent à fixer la position d'un corps céleste est connu sous le nom d'astronomie sphérique. Cette dernière s'occupe seulement de déterminer la position des astres, sans tenir compte de leur distance à l'observateur.

 

Astronautique : Science de la navigation en dehors de l'atmosphère terrestre.

 

Astronomie : Etude scientifique des astres et de tous les phénomènes et objets célestes. C'est l'une des sciences les plus anciennes et les plus modernes à la fois. Ses liens avec l'astrophysique, la météorologie, la chimie et la biologie se font de plus en plus étroits.

 

Atmosphère : En astronomie, enveloppe gazeuse entourant un corps céleste et pouvant contenir des particules en suspension  (poussières, gaz, aérosols, ...). Les étoiles ont toutes une atmosphère gazeuse dont la température est très élévée engendrant une émission de lumière.

 

Astroparticule : Particule libre d'origine naturelle présente dans l'espace. Les astroparticules – celles qui ont pu être observées comme celles dont certaines théories posent l'existence – proviendraient d'objets célestes plus importants ou se seraient formées lors des premiers instants de l'Univers.

 

Astrophotographie : Photographie du ciel et des objets nocturnes.

 

Astrophysique : Science qui étudie la physique et l'évolution des différents corps de l'Univers.

 

Aten (présentant des similitudes avec 2062 Aten) : astéroïdes dont l'orbite est à l'intérieur de l'orbite terrestre, avec demi-grand axe inférieur à 1 UA.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Atome : La plus petite particule de matière non divisible chimiquement, qui reste donc inaltérée dans n'importe quel type de réaction chimique. Il est constitué d'un noyau (de charge positive) autour duquel gravite un nombre variable d'électrons (de charge négative). Le noyau est constitué de protons et de neutrons (eux même composés de quarks).

En savoir plus sur la Table Périodique des Eléments établie par Dmitri Ivanovitch Mendeleïev

 

Aurore : Phénomène dû à l'arrivée d'un flux de particules solaires dans l'atmosphère terrestre, se traduisant par des luminescences dans la haute atmosphère, visibles à de hautes latitudes nord (aurore boréale) ou sud (aurore australe).

En savoir plus sur l'Activité Solaire et les Aurores

 

Austral : Relatif au Sud.

 

Axe céleste : Droite autour de laquelle la sphère céleste tourne apparemment, du fait du mouvement réel de la Terre autour de son propre axe. L'axe céleste est donc parallèle à l'axe terrestre et ses points d'intersection avec la sphère céleste sont les pôles célestes.

 

Axe de déclinaison : Second axe de rotation d'un instrument à monture équatoriale, perpendiculaire à l'axe polaire.

 

Axe polaire (ou axe horaire) : Axe de rotation d'un instrument à monture équatoriale et donc parallèle à l'axe du monde.

 

Azimut : Une des deux coordonnées horizontales. Angle dans le plan horizontal entre l'observateur et l'objet visé. Compté de 0 à 360° dans le sens rétrograde (sens des aiguilles d'une montre) à partir du Sud en astronomie. L'azimut des marins est décompté à partir du Nord.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

B

 

Baily (grains de) : Points lumineux dus aux indentations du profil lunaire, observés lors des éclipses totales de Soleil au début et à la fin de la phase de Totalité.

En savoir plus sur les Eclipses de Soleil

 

Barlow : La lentille de Barlow est composée d'une lentille divergente qui double ou triple la longueur focale de l'instrument, et par conséquent le grossissement obtenu en fonction de l'oculaire utilisé.

 

Barycentre : Centre de masse d'un système de corps en mouvement sous l'effet de leur attraction gravitationnelle mutuelle.

 

Big Bang : Théorie de la création de l'Univers à partir d'une gigantesque explosion d'une masse énergétique extrêmement chaude et dense.

 

Biosphère : Ensemble des organismes vivant sur Terre.

 

Bissextile : Les années bissextiles comptent 366 jours au lieu de 365 par l'ajout d'un jour supplémentaire à la fin du mois de Février (le 29 Février). Les années bissextiles sont celles dont le millésime est divisible par 4; toutefois, depuis la réforme grégorienne du calendrier, la dernière année de chaque siècle n'est bissextile que si son millésime est divisible par 400. Ainsi, les années 1700, 1800 et 1900 n'ont pas été bissextiles, tandis que l'an 2000 l'était.

 

Bolide : Météore très brillant, visible pendant plusieurs secondes.

 

Boréal : Relatif au Nord.

 

Brèche : Roche formée d'une accumulation de fragments anguleux.

C

 

Cadran solaire : Ensemble qui permet de lire l'heure du Soleil vrai par projection de l'ombre d'une tige appelée style sur un cadran portant des lignes repères. Le premier cadran solaire aurait été construit vers 550 av. J.C. par le grec Anaximandre. A l'origine, ces cadrans apposés sur les églises, sur les termes ou édifices publics servaient à ponctuer les moments importants de la journée, offices religieux en particulier.

 

CCD : Dispositif à Couple de Charge (Charge-Coupled Device) : Récepteur électronique sensible à la lumière constitué d'un capteur qui se charge en fonction de la lumière qu'il reçoit.

 

Céphéides : Famille d'étoiles variables périodiques puissantes dont le prototype est delta Cephei. Ce sont des supergéantes de type spectral F à K. Les périodes de pulsation sont comprises entre 1 et 79 jours. L'ampleur de la variation d'éclat est entre 0,4 et 1,7 de magnitude. Au maximum, l'étoile tend vers la couleur blanche pour devenir jaune ou orange à son minimum. En étudiant les céphéides du Petit Nuage de Magellan, Miss Henrietta Leavitt établit une relation dite "période-luminosité" qui permet de déterminer leur distance. Ainsi la présence de céphéides dans un système stellaire permet d'en évaluer la distance.

 

Ceinture de Kuiper - Kuiper Belt : Réservoir de comètes en forme d'anneau situé au delà de Pluton (> ~30 UA)

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Ceinture principale d'astéroïdes : Anneau entre Mars et Jupiter rassemblant la majeure partie des astéroïdes connus.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Centaures : Objets dont l'orbite est située entièrement entre celles de Jupiter et de Neptune, dans une zone où, du fait des puissantes perturbations planétaires, les orbites sont très chaotiques.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Champ visuel : Partie du ciel visible dans un oculaire d'un instrument d'optique.

 

Chercheur : Lunette auxiliaire à grand champ et à courte focale montée en parallèle sur le tube d'un télescope permettant de pointer plus facilement l'astre à observer.

 

Chevelure : Nébulosité entourant le noyau d'une comète, constitué de gaz et de poussières éjectés par ce noyau au voisinage du Soleil.

En savoir plus sur les Comètes

 

Chondres : Objects généralement sphériques, de taille voisine du millimètre, constitués principalement d'olivine et/ou de pyroxène pauvre en calcium, et présents en abondance dans les météorites pierreuses primitives.

En savoir plus sur la Classification des Météorites

 

Chondrite : Météorite primitive pierreuse, jamais fondue (non différenciée), riche en chondres. Plus généralement, toute météorite (même dépourvue de chondres) dans laquelle l'abondance des éléments (non-volatiles) est proche de celle du Soleil.

En savoir plus sur la Classification des Météorites

Chondrite carbonnée : Météorite primitive pierreuse contenant 3-4% de matière carbonnée.

En savoir plus sur la Classification des Météorites

Chondrules : Chondres (en anglais.)

 

Chromosphère : Fine couche de l'Atmosphère solaire située entre la Photosphère et la Couronne.

En savoir plus sur le Soleil

 

Circumpolaire : Se dit d'une constellation qui est toujours visible au-dessus de l'horizon pour un lieu donné (ne se couche jamais). Les constellations circumpolaires sont celles situées près du pôle nord ou du pôle sud céleste.

En savoir plus sur les Constellations

 

Coma :

     - Aberration géométrique des systèmes d'optique se présentant comme une petite tache brillante prolongée par une aigrette, présentant l'aspect d'une comète.

     - Chevelure d'une comète formée d'un nuage de gaz et de poussières apparaissant autour du noyau d'une comète lors de son réchauffement au passage à proximité du Soleil.

En savoir plus sur les Comètes

 

Comète : Petit astre composé d'un noyau recouvert de glace et de poussières, gravitant autour du Soleil et qui, au voisinage du Soleil, éjecte une atmosphère composée de glace et de poussières en une queue spectaculaire en direction opposée au Soleil.

En savoir plus sur les Comètes

 

Cône d'ombre : Région de l'espace pour tous les points de laquelle le Soleil est complètement occulté par une planète ou un satellite. Ombre projetée par la Lune ou par la Terre durant une éclipse solaire ou lunaire.

En savoir plus sur les Eclipses de Lune

 

Conjonction : Moment où deux ou plusieurs astres sont observables dans la même région du ciel (même longitude, même ascension droite).

 

Les planètes inférieures (Mercure, Vénus) présentent avec le Soleil une conjonction inférieure lorsqu'elles se trouvent entre le Soleil et la Terre, et supérieure lorsqu'elles passent derrière le Soleil. Quant aux planètes supérieures (Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune), elles ne présentent qu'une conjonction supérieure. La Lune est en conjonction à chaque Nouvelle Lune, et en opposition à chaque Pleine Lune.

 

 

Constante de Hubble : Facteur de proportionnalité entre la vitesse de fuite des galaxies et leur distance, selon la loi de Hubble. Elle permet ainsi l'estimation de l'éloignement des galaxies et conditionne l'âge de l'Univers.
Principe énoncé, en 1929, par l'astronome américain Edwin Powell Hubble d'après l'analyse du décalage spectral (effet Doppler ou redshift) des galaxies. C'est le télescope spatial Hubble qui a permis de déterminer avec une plus grande précision ce taux d'expansion de l'Univers. La valeur la plus communément admise aujourd'hui se situe entre 70 et 80 km·s-1 par mégaparsec.

 

Constellation :

     - Groupe d'étoiles dessinant dans le ciel une figure à laquelle on a attribué un nom particulier.

     - Une des 88 régions du ciel délimitée avec précision par l'Union Astronomique Internationale.

Découvrir les Constellations

 

Coordonnées Ecliptiques : Coordonnées rapportées au plan de l'écliptique et au point vernal (longitude écliptique et latitude écliptique).

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

P = Zénith, P' = Nadir, Q = pôle de l'Ecliptique, cercle Ec-E'c = Ecliptique, cercle E-E' = Equateur céleste, O= Observateur, (gamma) = point vernal, (beta) = latitude céleste de l'étoile A, (lambda) = longitude céleste de l'étoile A

 

Coordonnées Equatoriales : Coordonnées rapportées au plan de l'équateur céleste et au point vernal (ascension droite et déclinaison).

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

 P = Zénith, P' = Nadir, cercle E-E' = Equateur, (gamma) = point vernal, (delta) = déclinaison de l'étoile A, (alpha) = ascension droite de l'étoile A.

 

Coordonnées Horaires : Coordonnées rapportées au plan de l'équateur céleste et à l'intersection du méridien du lieu avec ce plan (angle horaire et déclinaison).

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

 P = Zénith, P' = Nadir, cercle E-E' = Equateur, (gamma) = point vernal, H = Angle horaire de l'étoile A, (delta) = déclinaison de l'étoile A

 

Coordonnées Horizontales : Coordonnées rapportées au plan de l'horizon (perpendiculaire à la verticale du lieu) et au point sud de l'horizon (azimut et distance zénithale ou son complément, hauteur).

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

N=Nord, E=Est, S=Sud, W=Ouest, Z= Zénith, h= hauteur, Az= Azimut de l'étoile A, h = hauteur de l'étoile A

 

Coordonnées Galactiques : Coordonnées rapportées au plan de symétrie de notre galaxie et à un point de ce plan situé dans la direction du centre galactique (longitude galactique et latitude galactique).

 

Coronographe : Lunette astronomique spéciale qui permet l'étude et la photographie de la couronne solaire en dehors des éclipses totales du Soleil.

 

Coucher : Disparition d'un astre sous l'horizon

 

Coulant : Correspond au diamètre intérieur du porte-oculaire.

Il existe actuellement 3 diamètres : 24,5mm (japonais) soit 0.9683 pouces, 31.75mm (américain) ou 1.25 pouces, et sur les instruments plus puissants, le diamètre de 50.8 mm ou 2 pouces.

1 pouce = 25.4 mm.

 

Couronne solaire : Couche atmosphérique la plus externe d'une étoile et du Soleil.

En savoir plus sur le Soleil

 

Cratère : Dépression quasi circulaire provoquée par l'impact d'une météorite à la surface d'un astre.

 

Crépuscule : Lueur atmosphérique due à la diffusion de la lumière, après le coucher du Soleil (crépuscule du soir) ou avant le lever du Soleil (crépuscule du matin). En astronomie, on distingue trois types de crépuscule déterminés par la hauteur du Soleil sous l'horizon :

     - le crépuscule civil : le Soleil est à moins de 6° sous l'horizon

     - le crépuscule nautique : le Soleil est à une hauteur comprise entre 6 et 12° sous l'horizon

     - le crépuscule astronomique : le Soleil est à une hauteur comprise entre 12 et 18° sous l'horizon.

 

D

 

Danjon (échelle de) : L'astronome français André Danjon (1890-1967), directeur de l'Observatoire de Paris de 1945 à 1963, a proposé un classement pour décrire la luminosité résiduelle et la coloration de la Lune éclipsée lors d'une éclipse totale. Cette échelle comporte cinq degrés :

 

- 0 : Eclipse très sombre. La Lune est presque invisible, particulièrement au milieu de la totalité.

- 1 : Eclipse sombre, avec coloration grise ou brunâtre. Les détails lunaires sont difficiles à discerner.

- 2 : Eclipse rouge sombre ou de couleur rouille, avec, le plus souvent, une tache très sombre au centre de l'ombre, tandis que la zone extérieure est assez claire.

- 3 : Eclipse rouge-brique. L'ombre est souvent bordée d'une zone grise ou jaune.

- 4 : Eclipse de couleur cuivre ou orange très clair. La zone extérieure est bleuâtre et très brillante.

En savoir plus sur les Eclipses de Lune

 

Déclinaison : Analogue à la latitude terrestre,  l'une des deux coordonnées équatoriales célestes. Distance angulaire entre la direction de l'axe d'un objet céleste et le plan de l'équateur céleste. Le point d'origine de la déclinaison est l'Equateur céleste. Le comptage s'effectue de 0° à 90° vers le nord (+) ou vers le sud (-).

 

Déflection de la lumière : Conséquence de la théorie de la relativité générale selon laquelles les rayons de lumière passant près d'un corps doté d'une masse subissent une légère déflexion. La validité de cet effet, qui constitue l'un des tests fondamentaux de la relativité, a été confirmée par des mesures expérimentales sur les rayons qui passent à proximité du Soleil.

 

Diagramme H-R (ou de Hertzsprung-Russell) : Représentation graphique, établie entre 1905 et 1913, par E. Hertzsprung et perfectionné par H. N. Russell, qui établit une classification des étoiles d'après leur type spectral et leur luminosité.

En savoir plus sur le Diagramme de Hertzsprung-Russell

 

Diamètre : C'est du diamètre de l'instrument que dépend la quantité de lumière reçue, et donc de la finesse de l'image.

 

Diffraction : Phénomène d'optique affectant l'observation d'une image à travers un instrument et dû au caractère ondulatoire de la lumière.

 

Disque circumstellaire : Disque de gaz et de poussières entourant une étoile.

 

Disque protoplanétaire : Disque entourant une étoile en formation, et à partir duquel des planètes sont supposées se former.

 

Distance zénithale : Distance angulaire d'un point au zénith. C'est le complément algébrique de la hauteur.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Doppler (effet), également appelé effet Doppler-Fizeau ou Redshift : Changement apparent de la fréquence d'un signal électro-magnétique (radio ou lumineux) reçu par un observateur mobile par rapport à une source émettrice fixe ou bien par un observateur fixe par rapport à une source émettrice mobile. La variation apparente de fréquence est proportionnelle à la vitesse relative entre l'observateur et la source le long du chemin qui les sépare. L'effet Doppler est utilisé en astrophysique pour connaître la vitesse angulaire des étoiles car leur mouvement, selon la perspective, provoque un déplacement des raies émises par rapport aux mêmes raies émises par une source terrestre.

Pour ce qui est des sons, c'est cet effet qui nous fait percevoir de plus en plus aigu un son au fur et à mesure que la source s'approche de nous, et inversement de plus en plus grave quand elle s'éloigne.

Quant aux sources lumineuses, cet effet indique que les raies du spectre de cette source sont décalées vers le bleu quand elle s'approche, vers le rouge quand elle s'éloigne.

 

Doublet : Ensemble de deux lentilles formant un système achromatique.

 

Drake (équation de) : Formule exprimant le nombre de civilisations extraterrestres intelligentes en fonction de paramètres pour l'instant souvent très mal connus.

N=R*fp*ne*fv*fi*fc*L

dans laquelle N représente le nombre d'étoiles cherchées

R, le nombre d'étoiles cherchées favorables à l'émergeance de la vie qui se forment chaque année dans la Galaxie

fp, le pourcentage d'étoiles dotées d'un système planétaire

ne, le nombre de planètes d'un système donné sur lesquelles les conditions sont favorables à l'apparition de la vie

fv, la fraction de ces planètes qui a vu naître effectivement la vie

fi, la fraction de planètes précédentes sur lesquelles se sont développées une espèce intelligente et une civilisation

fc, la fraction des civilisations qui cherchent à communiquer avec d'autres

L, la durée moyenne pendant laquelle une civilisation communique

E

 

Earth-grazer : Mot anglais signifiant "frôleur de Terre". Ancienne appellation fréquemment employée avant celle de "NEA".

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Eclipse : Disparition temporaire d'un astre due à son passage dans l'ombre ou dans la pénombre d'un autre.

En savoir plus sur les Eclipses de Soleil

En savoir plus sur les Eclipses de Lune

 

Ecliptique : Plan de l'orbite terrestre autour du Soleil.

 

Ejecta : Matériaux libérés par une éruption volcanique ou arrachés à la surface d'une planète ou d'un satellite naturel par l'impact d'un corps céleste.

 

Ellipse : Figure géométrique décrite par un objet céleste se déplaçant autour d'un astre sous l'effet de l'attraction gravitationnelle.

 

Elongation : Distance angulaire d'un astre au Soleil pour un observateur terrestre.

 

Emersion : Réapparition d'un astre ayant subi une occultation.

 

Epacte : Nombre de jours écoulés depuis la dernière Nouvelle Lune jusqu'au premier janvier. Une fois connue l'épacte, il est possible, en utilisant des tableaux appropriés, de calculer les dates de nouvelles Lunes de l'année.

En savoir plus sur le Calcul de la date de PAQUES et Eléments du Comput ecclésiastique A quelle date tombe le Jour de Pâques ? Que veulent dire les termes : "Nombre d'Or", "Epacte", "Lettre dominicale", ou encore "Indiction romaine" ?

 

Ephémérides : Recueil de tables donnant de jour en jour les données astronomiques calculées d'un astre (ascension droite, déclinaison, magnitudes, heures de lever et de coucher, etc...).

 

Epicycle : Dans le système de Ptolémée, cercle dont le centre décrit un autre cercle et sur lequel une planète se déplace d'un mouvement uniforme.

 

Equateur : Ligne selon laquelle le plan contenant le centre de masse d'un astre en rotation, perpendiculaire à l'axe de rotation, coupe la surface de cet astre.

 

Equateur céleste : Intersection du plan de l'équateur terrestre avec la sphère céleste.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Equation du temps : L'Equation de Temps (Eq) est la différence entre le temps solaire moyen (Tm) et le temps solaire vrai (Tv), et s'exprime par la relation Eq = Tm - Tv.

 

Au cours de l'année, la valeur de l'Equation de Temps oscille autour de 0, mais de manière non sinusoïdale. L'Equation de Temps peut atteindre 16 minutes. A ces inégalités du temps solaire vrai correspondent des variations de la durée du jour solaire vrai (intervalle séparant deux midis vrais consécutifs).

 

L'Equation de Temps résulte de l'addition de deux effets : celui dû à l'excentricité de l'orbite de la Terre autour du Soleil et celui dû à l'inclinaison de l'axe des pôles par rapport à la perpendiculaire au plan de l'orbite terrestre.

 

Equinoxe : Epoque de l'année où le Soleil, dans son mouvement propre apparent sur l'écliptique, traverse l'équateur céleste, et qui correspond à l'égalité de durée des jours et des nuits.

 

Eruption solaire : Phénomène solaire consistant en une brusque décharge d'énergie s'accompagnant d'une nette augmentation de la luminosité. Les éruptions se manifestent dans la chromosphère et sont généralement associées aux taches et facules solaires.

En savoir plus sur le Soleil

 

Essaim : Phénomènes lumineux dans l'atmosphère terrestre dus à la pénétration de nombreuses météorites semblant provenir d'un même point du ciel, le radiant. Certains essaims reviennent régulièrement et sont associés aux débris laissés par le passage d'une comète.

En savoir plus sur les principaux Essaims Météoritiques

 

Etoile : Sphère de gaz très chauds, au coeur de laquelle se produisent des réactions de fusion nucléaire qui en font une source de lumière et de chaleur.

En savoir plus sur le Diagramme de Hertzsprung-Russell

 

Etoile filante : Synonyme de météore.

Les principaux Essaims Météoritiques

 

Evection : L'une des perturbations périodiques de la Lune. Elle se manifeste comme une oscillation longitudinale de la Lune, d'une amplitude de +/- 1°16' et d'une période de 31,81 jours.

 

Excentricité : L'un des éléments d'une orbite, égal au rapport de la distance des foyers à la longueur du grand axe.

 

Exobiologie : Science qui a pour objet l'étude des possibilités d'existence de formes de vie dans l'Univers, en dehors de la Terre.

 

Exoplanète : Corps céleste analogue à une planète, mais gravitant autour d'une étoile autre que le Soleil.
Note : On trouve aussi l'expression « planète extrasolaire ».

 

Exosphère : Zone de l'atmosphère d'une planète où les atomes légers échappent à la pesanteur et s'évadent vers l'espace interplanétaire.

 

F

 

Facule : Zone brillante et irrégulière constituée de matières très chaudes apparaissant sur la Photosphère du Soleil, et précédant généralement l'apparition de taches solaires.

En savoir plus sur le Soleil

 

Filtre : Le filtre, généralement vissé devant l'oculaire permet d'absorber certaines radiations, en ne laissant passer qu'une partie de la lumière reçue.

 

Les filtres permettent soit de renforcer des détails (filtres colorés ou filtres spectraux), soit d'éliminer une partie de la lumière du Soleil (filtres solaires*, filtres H Alpha) ou de la Lune (filtres polarisants ou neutres), ou soit d'éliminer la pollution lumineuse permettant ainsi l'observation du Ciel profond (filtres anti-pollution).

 

* Pour l'observation du Soleil, le filtre doit être placé devant l'objectif. Les filtres vissés à l'oculaire sont à proscrire, car ils peuvent éclater sous l'intensité de la lumière et de la chaleur collectée par l'instrument.

En savoir plus sur les précautions à prendre pour l'observation ou la photographie du Soleil

 

En savoir plus sur les filtres colorés pour l'observation et la photographie planétaire

 

Focale : C'est la distance qui sépare l'objectif collecteur de l'image qu'il forme au foyer de l'instrument.

G

 

Galaxie : Vaste ensemble composé de centaines de milliards d'étoiles et de matière interstellaire, lié par la gravitation.

 

Géante Rouge : Etoile évoluée, de grande luminosité et grand rayon mais basse température de surface (type K ou M), ayant quité la séquence principale, et brulant l'hydrogène dans une couche entourant un coeur central d'hélium. (exemple : Antarès, Bételgeuse, Aldébaran).

En savoir plus sur le Diagramme de Hertzsprung-Russell

 

Géocentrique : Relatif à un système de coordonnées dont l'origine est le centre de la Terre.

 

Géocentrisme : Système astronomique qui place la Terre au centre de l'Univers. Historiquement, il précède l'héliocentrisme de Copernic.

 

Géocroiseurs : Corps céleste, tel qu'un astéroïde ou une comète, qui est susceptible d'entrer en collision avec la Terre et de provoquer des effets dévastateurs.
Équivalent étranger : Earth-grazing object, near-Earth object (NEO).

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Gibbeux : Aspect d'un corps du système solaire dont la surface éclairée occupe plus de la moitié du disque.

 

Granule : Formation brillante à la surface du Soleil, de faibles dimensions (de l'ordre du millier de kilomètres), et de courte durée de vie, observable sur les images de la Photosphère du Soleil obtenues en lumière blanche.

En savoir plus sur le Soleil

 

Gravitation : L'une des quatre interactions fondamentales de la physique, qui se traduit par des forces attractives entre tous les corps ayant une masse et dont Newton a le premier formulé la loi : deux corps ponctuels de masse m et m', situés à une distance r l'un de l'autre, s'attirent avec une force (F) dirigée selon la droite qui les joint, et d'intensité proportionnelle aux masses et inversement proportionnelle au carré de la distance :

F = G x (m x m' / r²)

où G = Constante de Gravitation Universelle = 6.6742 x 10-11 m3 kg-1 s-2

 

Greenwich : ville d'Angleterre proche de Londres où Charles II d'Angleterre fit édifier en 1675 un observatoire dont le méridien a été choisi comme méridien d'origine des fuseaux horaires.

 

Grossissement : Le grossissement est le rapport apparent de l'image fournie par un système optique à celui de l'objet observé.

Pour une lunette ou un télescope, le grossissement est le quotient de la distance focale d'un objectif par la distance focale de l'oculaire utilisé (G = F / f). Ainsi, une lunette de 700mm de focale utilisée avec un oculaire de 8mm donne un grossissement de 700/8 = 87,5 fois.

H

 

Hauteur : Une des deux coordonnées horizontales. Distance angulaire d'un objet comptée de 0° à 90° vers le zénith, et de 0° à -90° vers le nadir.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Héliaque : Se dit du lever d'un astre qui a sensiblement lieu en même temps que le lever du Soleil. Les Egyptiens surveillaient particulièrement le lever héliaque de Sirius (alpha Canis Majoris), celui-ci marquant le début de l'époque des crues fertilisantes du Nil.

 

Héliocentrisme : Modèle cosmologique qui place le Soleil au centre de l'Univers. Historiquement, il remplace le système géocentrique de Claude Ptolémée.

 

Héliocentrique : Relatif à un système de coordonnées dont l'origine est le centre du Soleil.

 

Hélium : Gaz de symbole He découvert en 1895. Sa masse atomique est 4,0026, sa masse volumique, 0,126 g/cm3, son nombre atomique, 2. Gaz rare dans l'atmosphère terrestre, on le trouve en abondance dans les étoiles où il est le résultat de la combustion de l'hydrogène au sein de celles-ci.

En savoir plus sur la Table Périodique des Eléments établie par Dmitri Ivanovitch Mendeleïev

 

Hill (sphère de) : La sphère de Hill d'un corps astronomique est la région où il domine l'attraction des satellites. Pour qu'une planète conserve une lune, la lune doit avoir une orbite qui se trouve dans la sphère de Hill de la planète. Cette lune, à son tour, aurait sa propre sphère de Hill. N'importe quel objet au sein de cette distance tendrait à devenir un satellite de la lune, plutôt que de la planète elle-même.

 

En termes plus précis, la sphère de Hill se rapproche des zones d'influence gravitationnelle d'un plus petit corps face aux perturbations d'un corps plus massif. Elle a été définie par l'astronome américain George William Hill, sur la base des travaux de l'astronome français Édouard Roche. Pour cette raison, on la connaît également comme sphère de Roche (à ne pas confondre avec la limite de Roche). La sphère de Hill se prolonge entre les points lagrangiens L1 et L2, qui se trouve le long de la ligne des centres des deux corps. La région d'influence du deuxième corps est la plus courte dans cette direction, et agit ainsi en tant que facteur limitant de la taille de la sphère de Hill. Au-delà de cette distance, un troisième objet en orbite autour du deuxième (par exemple Jupiter) passerait au moins une partie de son orbite en dehors de la sphère de Hill, et serait progressivement perturbé par les forces de marée du corps central (par exemple le Soleil), se retrouvant finalement en orbite autour de ce dernier.

 

Horaire (angle) : L'une des deux coordonnées dans le système dit des coordonnées horaires. C'est l'angle compris entre le méridien local sud et le cercle horaire qui passe par l'astre observé. Décompté de 0 à 12 heures, ou de 0° à 360°, dans le sens rétrograde (sens des aiguilles d'une montre).

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Hydrogène : Elément chimique de symbole H. L'atome d'hydrogène ordinaire est constitué d'un unique proton, autour duquel gravite un seul électron. On connaît en outre deux isotopes de l'hydrogène : le deutérium et le tritium. L'atome d'hydrogène peut être ionisé sous la forme d'ions positifs H+ ou négatif H-. L'hydrogène est de loin l'élément le plus abondant dans l'Univers.

En savoir plus sur la Table Périodique des Eléments établie par Dmitri Ivanovitch Mendeleïev

I

 

IEO (Inner Earth Object) : Objet interne à la Terre, autre appellation de "Apohele"

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Immersion : début d'une occultation.

 

Inclinaison : Angle formé sur le plan de l'orbite d'un astre, orienté dans le sens du mouvement, avec un plan de référence.

L'inclinaison de l'orbite de la Terre sur le plan de l'écliptique est de 0 par définition.

L'inclinaison de l'équateur terrestre sur l'orbite est de 23° 26', et est à l'origine du phénomène des saisons.

 

J

 

Jour Julien : Une date exprimée en jours juliens utilise un système de décompte des jours à partir du commencement de la période (ou ère) julienne, soit à 12 heure le 1er Janvier de l'année -4712. Le 1er janvier 1990 à 12 heure UT était dont le 2 447 839ème jour julien.

Calcul de JOUR JULIEN Retrouvez le Jour Julien de n'importe quelle date. Calcul de différence de jours entre deux dates.

 

Jour sidéral : Intervalle de temps séparant deux passages consécutifs du point vernal au méridien d'un lieu. Sa durée est de 23h 56m 4,091 s.

 

Jour solaire vrai : Durée qui sépare deux passages consécutifs du Soleil au méridien du lieu. Ce jour est plus long que le jour sidéral car la Terre change de position par rapport au Soleil alors qu'elle ne paraît pas en changer par rapport aux étoiles considérés à l'infini. En moyenne, cet excédent est de 3m 56s.

 

K

 

KBO (Kuiper Belt Object) : Objets de la ceinture d'astéroïdes de Kuiper.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Kelvin : Du nom du physicien anglais sir William Thomson Kelvin (1824-1907). Unité de mesure de température. Le Kelvin (symbole : K) est la fraction 1/283,16 de la température thermodynamique du point triple de l'eau. La correspondance est 0° Celsius (gel de l'eau) = 273,16 K.

0 K correspond au Zéro absolu soit -273,16°C.

 

Kubewano : Première appellation, après la découverte de l'astéroïde 1992 QB1, des astéroïdes de la Ceinture de Kuiper, situés vers 42 UA et à faible excentricité, ne coupant pas l'orbite de Neptune.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

L

 

Lacunes de Kirkwood : Zones de la ceinture d'astéroïdes pratiquement vides d'astéroïdes, mises en évidence en 1866 par l'américain Daniel Kirkwood, correspondant à des zones où les orbites des astéroïdes sont en résonance gravitationnelle avec Jupiter, généralement à des distances (2.5, 2.82, 2.96 et 3.28 UA) où les périodes de révolution représentent un rapport simple avec celle de Jupiter (1/3, 2/5, 3/7 et 1/2).

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Lagrange (points de) : Points situés dans le plan orbital d'un système de deux corps céleste en rotation autour de leur centre de gravité mutuel, où peut se maintenair sous l'attraction gravitationnelle conjuguée de ces deux corps, un troisième corps de masse négligeable par rapport à celle des composantes du système. Les points de Lagrange, du nom de Joseph Louis de Lagrange qui démontra leur existence en 1772, sont au nombre de cinq, notés respectivement L1, L2, L3, L4 et L5.

 

 

Latitude : Un des éléments des coordonnées géographiques représentant la distance angulaire d'un point de la sphère au plan équatorial. Se compte de 0 à 90° vers le Nord, de 0 à -90° vers le Sud à partir de l'équateur.

 

Latitude céleste : Arc de cercle de latitude d'un astre compris entre l'astre lui-même et l'écliptique. avec la longitude céleste, c'est l'une des coordonnées écliptiques.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Lever : Apparition d'un astre au-dessus de l'horizon.

 

Libration : Léger balancement du globe lunaire autour de son axe.

 

Limbe : Partie lumineuse du profil d'un astre.

 

Longitude : Un des éléments des coordonnées géographiques qui est la distance angulaire prise sur le plan équatorial comptée à partir d'une direction d'origine (Greenwich) de 0 à 360°.

 

Longitude céleste : Arc d'écliptique compris entre le point vernal (équinoxe de printemps) et l'intersection avec l'écliptique du cercle de latitude de l'astre. C'est, avec la latitude céleste, l'une des coordonnées écliptiques.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Lumière cendrée : Faible lumière de couleur gris-cendre présente dans la partie du disque lunaire qui n'est pas directement éclairé par le Soleil. Le phénomène, plus évident les jours qui précèdent ou suivent la Nouvelle Lune, est dû à la lumière solaire réfléchie par la Terre et, ensuite, par la Lune.

 

Lumière zodiacale : Faible et diffuse lueur du ciel nocture, apparaissant en début ou en fin de nuit, approximativement centrée sur l'écliptique, et due à la diffusion de la lumière solaire sur un nuage de poussières interplanétaires qui s'étend en forme de lentille autour du Soleil (nuage zodiacal).

 

Luminosité : Eclat intrinsèque total d'une étoile ou d'une galaxie.

En savoir plus sur la Magnitude et la Couleur des Etoiles

 

Lunette (ou Réfracteur) : Instrument d'optique destiné à l'observation et dont l'objectif est constitué d'une lentille convergente ou système achromatique équivalent.

 

Lunette Fluorite : Type de Lunette utilisant des objectifs "fluorites" associant une lentille concave en flint et une lentille convexe en bifluorure de calcium.

 

M

 

Magnitude : Nombre qui caractérise l'éclat apparent (magnitude apparente) ou la luminosité intrinsèque (magnitude absolue) d'un astre.

En savoir plus sur la Magnitude et la Couleur des Etoiles

 

Magnitude absolue : Magnitude d'une étoile telle qu'elle apparaîtrait à une distance de 10 parsecs.

En savoir plus sur la Magnitude et la Couleur des Etoiles

 

Magnitude apparente : Magnitude d'une étoile ou de tout autre objet céleste tel qu'il apparaît vu de la Terre. Plus le chiffre est élevé, moins l'astre est brillant.

 

Pour l'exemple : Arcturus de magnitude 0 est plus brillante que l'Etoile Polaire de magnitude +2.1, mais l'est beaucoup moins que le Soleil de magnitude -26.

Entre deux magnitudes, l'écart de brillance est de 2.5. Une étoile de magnitude 5 est 2.5 fois plus brillante qu'une étoile de magnitude 6.

 

La formule (de Pogson) pour calculer la magnitude théoriquement accessible pour un instrument est donné par la formule suivante:
mag = 2,1+5*(LOG(D)) et dépend donc du Diamètre de l'instrument utilisé.

En savoir plus sur la Magnitude et la Couleur des Etoiles

 

MBO (Main Belt Object) : Objets de la Ceinture principale d'astéroïdes.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Méridien : Grand cercle tracé sur la Terre et passant par les deux pôles (méridien géographique) ou tracé sur la sphère céleste et passant par les deux pôles célestes (méridien céleste).

 

Météore : Phénomène lumineux produit par un météoride, ou par tout autre débris rocheux ou métallique, lorsqu'il brûle en traversant l'atmosphère de la Terre. Synonyme d'étoile filante.

Découvrir les principaux Essaims Météoritiques

 

Météoride ou météoroïde : Objet solide de l'espace interplanétaire, plus petit qu'un astéroïde, qui donne parfois naissance à un météore lors de sa rentrée dans l'atmosphère.

 

Météorite : Fragment d'astéroïde ou de noyau cométaire, qui, provenant de l'espace, parvient au sol.

Découvrir les Météorites

 

Micrométéorite : Météorite de très petites dimensions (généralement inférieures au millimètre) qui fond à son entrée dans l'atmosphère mais sans se vaporiser.

 

Mise en station : Opération consistant en un réglage d'un télescope de type équatorial, d'une part selon la latitude du lieu, d'autre part sur l'axe Nord-Sud.

 

Monture Azimutale ou Altazimutale : Type de monture d'instrument à deux axes perpendiculaires : horizontal (azimut) et vertical (hauteur).

 

Monture Equatoriale : Type de monture d'instrument à deux axes perpendiculaires dont l'un, dit "axe horaire" est parallèle à l'axe de la Terre.

N

 

Nadir : Point de la sphère céleste situé sur la verticale de l'observateur, vers le centre de la Terre. Le Nadir est le point opposé au Zénith.

 

Naine blanche : Etoile de luminosité très faible et de température relativement élevée. L'état de naine blanche constitue l'ultime étape de l'évolution des étoiles peu massives.

En savoir plus sur Le Diagramme de HERTZSPRUNG-RUSSELL

 

Naine brune : Etoile de faible masse, restée trop froide pour être le siège de réactions nucléaires.

 

Nébuleuse : Nuage de gaz et de poussières interstellaires, brillant ou obscur.

On distingue plusieurs types de nébuleuses, qui correspondent à des concentrations de matière interstellaire placées dans des conditions différentes.

Les nébuleuses diffuses, les plus froides (100 à 200K) et les moins denses (quelques atomes par cm3), sont formées surtout d'hydrogrène neutre, et appelées, de ce fait, "régions H I". Elles se manistestent notamment par une émission intense de rayonnement radioélectrique à 21cm de longueur d'onde.

Au voisinage des étoiles chaudes, sources puissantes de rayonnement ultraviolet, l'excitation du gaz interstellaire engendre des nébuleuses brillantes constituées majoritairement d'hydrogène ionisé, d'où leur nom de "régions H II", dont la température varie entre 5.000 à 10.000 K et la densité de 50 à 1.000 atomes par cm3. Ces nébuleuses se manisfestent par l'émission d'une radiation rouge intense (raie H). A ce type se rattache, par exemple, la célèbre nébuleuse d'Orion.

La formation de nouvelles étoiles s'effectue au coeur d'immenses nuages moléculaires. Certaines nébuleuses sont, au contraire, associées au stade final de l'évolution stellaire : ainsi, les nébuleuses planétaires (ainsi nommées en raison de leur aspect lorsqu'on les observe avec de petits instruments, qui rappelle celui des planètes), enveloppes gazeuses sphériques éjectées par des étoiles devenues instables, qui se diluent dans l'espace en quelques dizaines de milliers d'années, et les reste de supernovae, enveloppes riches en éléments lourds éjectées lors de l'explosion cataclysmique d'étoiles massives et précédées par une onde de choc qui comprime et chauffe le milieu interstellaire.

Certaines nébuleuses, enfin, ne se manifestent que par la poussière qu'elles renferment en abondance : tel est le cas des nébuleuses obscures, qui absorbent la lumière des astres situés derrière et se détachent en ombres chinoises sur le fond étoilé du ciel.

 

Nébuleuse protosolaire (ou primitive) : Disque en rotation de gaz, de poussières et de glace à partir duquel s'est formé le Système solaire.

 

NEA (Near Earth Asteroids) : astéroïde s'approchant de la Terre avec q < 1.30 UA

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

NEO (Near-Earth Objects) : astéroïde ou comète s'approchant de la Terre, avec q < 1.30 UA.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Noeud : Chacune des intersection de l'orbite d'un corps en mouvement orbital avec un plan de référence. En général, le plan de référence est le plan de l'écliptique dans le cas des planètes, le plan de l'équateur de la planète autour de laquelle s'effectue la révolution dans le cas d'un satellite, le plan tangent à la sphère céleste dans le cas des étoiles doubles. Lorsqu'un pôle nord est associé au plan de référence, le noeud que le corps franchit en se dirigeant du sud vers le nord est appelé "noeud ascendant", l'autre "noeud descendant". La "ligne des noeuds" est la ligne qui joint les noeuds d'une orbite, et correspond à l'intersection du plan orbital et du plan de référence.

 

Nombre de Wolf : Indice normalisé, défini par l'astronome suisse Rudolf Wolf en 1855, qui exprime l'importance et la durée des cycles d'activité solaire à partir du nombre de taches et de groupes de taches observés sur le Soleil.

 

Cet indice se traduit par la formule R = k (10 g + f),

f représente le nombre de taches, réunis en g groupes, visibles sur le disque solaire à une date donnée, k désignant un coefficient (généralement <1) lié à l'observateur et à la qualité des images.

En savoir plus sur la Moyenne Mensuelle du Nombre de Taches Solaires

 

Nova : Etoile qui devient brusquement très lumineuse, puis faiblit pour retrouver son éclat initial. Ce phénomène est dû à l'explosion des couches externes de l'étoile.

 

Noyau : Partie centrale d'un astre.

 

Nuage de Oort : Réservoir sphérique de comètes entourant le Soleil.

En savoir plus sur les Comètes

 

Nuage interstellaire : synomyme de nébuleuse.

 

Nutation : Petit mouvement giratoire très faible de l'axe de rotation de la Terre qui vient s'ajouter à la précession lente et régulière. Ce phénomène est dû aux changements de position du plan de l'orbite lunaire. Elle a pour conséquence le déplacement de l'axe des pôles qui dessine ainsi de petites ellipses.

 

O

 

Obliquité : Angle entre le plan de l'écliptique et le plan de l'équateur céleste, actuellement de 23°27'.

 

Occultation : Disparition temporaire d'un astre derrière un autre de diamètre supérieur.

 

Oculaire : Pièce optique généralement composée d'une association de lentilles permettant d'observer avec l'oeil l'image formée au foyer d'un instrument. De la focale de l'oculaire dépend le grossissement de l'objet.

 

Il existe de nombreux types d'oculaires de qualités différentes, et utilisant de nombreuses combinaisons optiques.

Qualité ordinaire : H - HM - R - SR

Qualité moyenne : AH - K - MA - SMA

Très bonne définition : Or (Orthoscopique)

Haute définition : OR HD (Orthoscopique Haute Définition) - PL (Plössl) - Eudiascopique - Super Plössl

Très haute définition : Panoptic - AVW ou Lanthanum

Spéciaux Grand Champ à Haute définition : Nagler -Nagler 2 - Wide Field - SWA (Super Wide Angle) - UWA (Ultra Wide Angle).

 

Octant : Ancien instrument d'astronomie nautique, de conception analogue au sextant, mais qui comportait un secteur gradué de 45°, soit un huitième de circonférence (octans = huitième partie).

 

Ombre :

     - Partie centrale sombre d'une tache solaire.

     - Assombrissement produit par l'interception par un astre de la lumière d'un autre qui l'éclaire.

 

Opposition : Configuration présentée par deux astres dont l'écart angulaire sur la sphère céleste vaut 180°. (voir conjonction)

 

Orbite : Trajectoire décrite par un astre autour d'un autre astre.

 

P

 

Parallaxe : Déplacement angulaire apparent d'un corps observé à partir de deux points différents.

 

 

Parsec : Unité de distance (symbole : pc) correspondant à la distance d'un astre dont la parallaxe annuelle serait de 1 seconde d'arc.

Le parsec est l'équivalent de 3,261 631 années-lumière, soit 206 264,8 Unités Astronomiques, ou 30 856,775 milliards de km.

 

Note : Le nom parsec provient de la contraction de par[allaxe] et de sec[onde].

 

Pénombre : Zone de semi-obscurité qui s'observe lorsque la source lumineuse est étendue et non ponctuelle.

 

Pergélisol : Sol gelé en permanence.

 

Périastre : Point de l'orbite d'un astre gravitant autour d'un autre astre où la distance entre les deux corps est minimale. Le terme s'emploie plus spécialement dans le cas des étoiles doubles pour désigner le point où les deux étoiles sont les plus proches l'une de l'autre.

 

Périgée : Point de l'orbite d'un satellite de la Terre le plus près de la Terre.

 

Périhélie : Point de l'orbite d'une planète ou d'une comète le plus près du Soleil.

 

Période de révolution anomalistique : Retour au Périgée.

 

Période de révolution draconitique : Retour au Noeud Ascendant.

 

Période de révolution sidérale : Retour à la même position dans le ciel par rapport aux étoiles.

 

Période de révolution synodique : Retour à la même position par rapport au Soleil.

 

Période de révolution tropique : Retour à la même position par rapport au Point Vernal.

 

Périsélène : Point de l'orbite d'un corps tournant autour de la Lune où la distance de ce corps à la Lune est minimale.

 

Permafrost : Synonyme de pergélisol.

 

Petite planète : synonyme d'astéroïde.

 

PHA (Potentially Hazardous Asteroids) : Astéroïdes potentiellement dangereux.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Phase : Chacune des apparences sous lesquelles une planète se présente successivement à nos regards pendant la durée de sa révolution.

En savoir plus sur les Phases de la Lune

 

Les phases de la Lune

 

Photosphère : Couche de l'atmosphère solaire qui constitue la surface apparente du Soleil et d'où provient le rayonnement visible.

En savoir plus sur le Soleil

 

Planétésimaux : Petits corps solides (entre 1 et 100 km) résultant d'une condensation de matière dans la nébuleuse protosolaire, et à partir desquels les planètes vont se former par accrétion.

 

Planète : Les membres de l'IAU réunis en Octobre à l'Assemblée Générale 2006 ont adopté le résolution 5A :

Une "planète" est définie comme un corps céleste qui (a) est en orbite autour du Soleil, (b) a suffisamment de masse pour que sa propre gravité surmonte les forces rigides de corps de sorte qu'elle assume une forme hydrostatique d'équilibre (presque ronde), et (c) a dégagé le voisinage autour de son orbite.

 

Ceci signifie que le Système solaire se compose des huit "planètes" Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Une nouvelle classe distincte d'objets appelés "planètes naines" a également été décidée. Il a été convenu que les "planètes" et les "planètes naines" sont deux classes distinctes d'objets. Les premiers membres de la catégorie des "planètes naines" sont Cérès, Pluton et Eris (2003 UB313).

 

La "planète naine" Pluton est identifiée comme un important prototype d'une nouvelle classe d'objets transneptuniens.

 

En savoir plus sur la nouvelle définition d'une Planète

En savoir plus sur les Planètes et Satellites de notre Système Solaire.

 

Planètes géantes : Planètes de grande taille, de faible densité, ayant retenu une large fraction de gaz de la nébuleuse protosolaire : Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune.

En savoir plus sur les Planètes et Satellites de notre Système Solaire.

 

Planètes joviennes : synonyme de planètes géantes.

En savoir plus sur les Planètes et Satellites de notre Système Solaire.

 

Planètes rocheuses : Planètes relativement petites, denses et rocheuses : Mercure, Vénus, Terre, Mars.

En savoir plus sur les Planètes et Satellites de notre Système Solaire.

 

Planètes telluriques : synonyme de planètes rocheuses.

En savoir plus sur les Planètes et Satellites de notre Système Solaire.

 

Planètes Troyennes : Astéroïdes situés sur la même orbite que Jupiter, au point de Lagrange.

 

Plutino : Astéroïdes présentant des similitudes avec Pluton (a ~ 39 UA). En résonance 2:3 avec Neptune, les plutinos coupent souvent l'orbite de la grande planète vers leur périhélie, sans jamais s'approcher d'elle.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Pôle céleste : Chacun des deux points d'intersection de la sphère céleste et de l'axe de rotation de la Terre prolongé à l'infini, et autour desquels les étoiles semblent tourner.

 

Population stellaire : Ensemble des étoiles d'une galaxie qui possèdent certaines propriétés intrinsèques communes (âge, composition chimique, etc...).

 

- les étoiles de population I comprennent les étoiles plus récemment formées, leur composition chimique est proche de celle de la matière interstellaire où elles sont apparues; elles sont donc relativement riches en éléments lourds qui proviennent de l'explosion des étoiles plus vieilles arrivées au terme de leur évolution; elles se concentrent dans le disques et les bras galactiques.

- les étoiles de population II sont, au contraire, des étoiles vieilles relativement pauvres en ces éléments lourds, leur composition chimique est celle de la matière interstellaire originelle. Ces étoiles sont caractéristiques des amas globulaires.

 

La classification en deux types de population est schématique, des anomalies d'abondance existant pour des étoiles de la même population. En 1974, cette notion a été étendue, en postulant l'existance d'une nouvelle classe d'étoiles, dites de population III, très âgées et dépouvues d'éléments métalliques. Celles-ci, naines, très peu lumineuses et de couleur rouge, pourraient constituer un halo massif autour des galaxies. la présence d'un tel halo permettrait d'expliquer, en particulier, la stabilité des disques des galaxies spirales.

 

Poussière interstellaire : Grains solides principalement constitués de silicates, de graphite et de glace dont la dimension est inférieure au micron et qui constituent environ 1/100è de la masse du milieu interstellaire. Origine cométaire ou astéroïdale essentiellement. Du fait de l'absorption, de la diffusion et de la polarisation de la lumière qu'ils occasionnent, ils sont responsables du rougissement des images des objets observés. Responsables de la lumière zodiacale.

 

Précession : Mouvement conique très lent de l'axe de rotation de la Terre autour de la direction perpendiculaire au plan de l'écliptique. Le mouvement est causé par les attractions gravitationnelles conjointes du Soleil et de la Lune sur la Terre qui est ainsi sollicitée par une force tendant à amener son axe de rotation en position perpendiculaire à l'écliptique. La Terre se comporte alors comme un gyroscope ou comme une toupie, c'est-à-dire qu'elle décrit un cône en maintenant l'inclinaison de son axe dans un angle constant, égal à 23°27' environ, par rapport à l'axe de l'écliptique.

 

Précession des équinoxes : Du fait de la précession, le point vernal est affecté d'un mouvement rétrograde sur l'écliptique. Ce mouvement vers l'ouest est de 50,26 secondes d'arc par an. C'est pour cette raison qu'il existe une différence entre l'année tropique (intervalle entre deux passages du Soleil au point vernal) qui est de 365,242 jours et l'année sidérale (intervalle entre deux passages du Soleil à un même point par rapport aux étoiles), de 365,263 jours. On doit tenir compte de la précession pour localiser précisément un objet sur la sphère céleste. Les coordonnées (ascensions droites et déclinaisons) sont actuellement données pour l'équinoxe 2000 mais on trouve encore des ouvrages en coordonnées 1950. Des formules permettent de rectifier ces coordonnées.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Pression de radiation : Pression exercée par la lumière sur tout atome, molécule ou particule.

 

Protoétoile : Matière interstellaire se trouvant dans une phase de condensation qui prélude à la naissance d'une étoile.

 

Protubérance solaire : Enorme jet de gaz incandescent explusé de la Chromosphère solaire jusqu'à de grandes distances du Soleil.

En savoir plus sur le Soleil

 

Pulsar : Etoile à neutrons en rotation qui émet par impulsions brèves et à intervalles réguliers, un rayonnement électromagnétique (le plus souvent radioélectrique). Stade ultime de l'effondrement d'une étoile sur elle-même.

 

Q

 

Quadrant mural (ou quart-de-cercle) : Instrument ancien de mesure des angles, en particulier les hauteurs, constitué d'une lunette de visée mobile accolée à un grand secteur de 45° très finement divisé, sur lequel on lisait les rotations de la lunette.

 

Quadradure : Configurations présentée par deux astres dont l'écart angulaire sur la sphère céleste est de 90°. Dans le cycle des phases de la Lune, le Premier Quartier et le Dernier Quartier correspondent aux époques où la Lune et le Soleil sont en quadrature.

 

Quasar : Abréviation de QUasi Stellar Astronomical Radiosource. Objet ou radiosource d'apparence stellaire et de très grande luminosité, dont le spectre révèle un fort décalage vers le rouge.

 

R

 

Radiant : Point de la sphère céleste d'où semblent provenir les étoiles filantes d'un même essaim météoritique.

En savoir plus sur les principaux Essaims Météoritiques

 

Radioastronomie : Branche de l'astronomie qui étudie les ondes radioélectriques émises par les corps célestes.

 

Radiotélescope : Instrument astronomique destiné à l'étude des ondes radioélectriques émises par des sources célestes.

 

Rayons cosmiques : Particules énergétiques (principalement des protons et des noyaux légers) d'origine extraterrestre.

 

Rayons Gamma : Rayons de haute énergie émis notamment par les quasars.

 

Rayons X : Partie du spectre électromagnétique entre les rayons ultraviolets et les rayons gamma.

 

Redresseur : Le redresseur (ou redresseur terrestre) permet d'obtenir une image conforme à la réalité.

 

Redshift : voir Doppler

 

Réflecteur : Instrument d'astronomie basé sur le principe de la formation des images par la réflexion des rais de lumière sur un miroir : d'où le nom de Réflecteur.

Les télescopes à miroirs sont des réflecteurs.

 

Réfracteur : Instrument d'astronomie basé sur le principe de la formation des images par la réfraction des rais de lumière dans une série de lentilles: d'où le nom de Réfracteur.

Les lunettes d'astronomie sont des réfracteurs.

 

Régolithe : Couche superficielle non consolidée formée des débris produits par les impacts sur la surface d'un corps (Lune, astéroides,…).

 

Rentrée astmosphérique : Pénétration d'un engin spatial dans l'atmosphère terrestre lors de son retour.
Note : La rentrée atmosphérique est une phase critique caractérisée par une forte décélération, un échauffement important et la coupure des liaisons radioélectriques.

 

Renvoi coudé : Dispositif optique permettant de dévier l'image obtenue de 90° pour donner un meilleur confort lors de l'observation au zénith.

 

Rétrograde : Mouvement qui s'effectue dans le sens des aiguilles d'une montre autour de la direction du pôle Nord du système considéré.

C'est l'opposé du Mouvement direct (ou prograde).

 

Roche (limite de) : Distance minimale à partir de laquelle un corps en orbite peut résister aux forces de marée et ne pas se briser.

 

S

 

Saros (cycle de) : Période de 6585,3 jours, soit 18 ans 11 jours 8 heures (ou 18 ans 10 jours 8 heures, s'il y a 5 années bissextiles dans l'intervalle) qui règle approximativement le retour des éclipses de Soleil et de Lune. Cette période comprend 223 lunaisons (ou révolutions synodiques), temps équivalent à 242 révolutions draconitiques, ou encore 19 fois l'intervalle de 346,6 jours (soit 11,74 lunaisons) qui sépare deux passages du Soleil par le noeud lunaire. Dans cette période, il y a en moyenne 84 éclipses : 42 de Soleil et 42 de Lune.

En savoir plus sur la Fréquence des Eclipses et le Saros

 

Satellite : Corps céleste qui gravite autour d'un autre.

 

SDO Scattered Disk Objects : voir SKBO

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Sélène : Qui se rapporte à la Lune

 

Séquence principale : Bande s'étendant en diagonale de l'extrémité supérieure gauche à l'extémité inférieure droite du diagramme de Hertzsprung-Russell, le long de laquelle se situent les étoiles qui, à l'exemple du Soleil, tirent leur énergie de la fusion d'hydrogène en hélium.

En savoir plus sur le Diagramme de Hertzsprung-Russell

 

Sextant : Instrument de navigation analogue à l'octant. Il sert à mesurer la hauteur, ou l'écart angulaire, d'un astre au-dessus de l'horizon. Il comporte un limbe gradué sur 60°, soit un sixième de circonférence (sextans = sixième partie).

 

SKBO Scattered KBO : Objets épars de la Ceinture de Kuiper, avec "a" > 48 UA et "q" < 40 UA

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Soleil : Etoile centrale du Système solaire, autour de laquelle gravite la Terre. Etoile de la séquence principale, âge 4.5 milliards d'années, de type spectral G.

En savoir plus sur le Soleil

 

Solstice : Epoque de l'année où le Soleil, dans son mouvement apparent sur l'écliptique, atteint sa plus forte déclinaison boréale ou australe, et qui correspond à une durée de jour maximale ou minimale.

En savoir plus sur les Saisons, Equinoxe et Solstice

 

Spectroscopie : Partie de la physique qui étudie la production et l'analyse d'émission et d'absorption des corps. L'analyse des spectres nous permet de connaître les caractéristiques chimiques et physiques des objets examinés.

 

Sphère céleste : Sphère imaginaire de rayon indéterminé, ayant pour centre l'observateur et servant à définir la direction des astres indépendamment de leur distance.

 

Sungrazer : Mot anglais signifiant "frôleur de Soleil".

En savoir plus sur les Comètes Sungrazers du groupe de Kreutz

 

Supernova : Etoile massive ayant atteint un stade avancé de son évolution, qui explose et perd une importante partie de sa masse. L'étoile devient alors momentanément très lumineuse.

En savoir plus sur le Diagramme de Hertzsprung-Russell

 

Système solaire : Ensemble de corps célestes constitué par le Soleil et tous les objets gravitant autour de lui, à savoir les planètes, satellites, astéroïdes, comètes, météorites et autres débris, et poussières interstellaires.

 

Syzygie : Période correspondant aux conjonctions et oppositions du Soleil et de la Lune (Nouvelle Lune ou Pleine Lune). Les marées de vives-eaux ont lieux à ces époques.

T

 

Tache solaire : Structure sombre, visible sur la Photosphère du Soleil, de forme approximativement circulaire, de diamètre variable, apparaissant isolément ou en groupes.

En savoir plus sur la Moyenne Mensuelle du Nombre de Taches Solaires

 

Tectites : Verres produits à très haute température (plus de 2.000 °C) lors d'impacts produisants un cratère de plus de 10 km. Peuvent être éjectés à des milliers de km.

 

Télescope (ou Réflecteur) : Instrument d'observation astronomique dont l'objectif est un miroir.

 

Télescope Cassegrain : Télescope à miroir secondaire convexe renvoyant la lumière à travers un trou percé dans le grand miroir tout en amplifiant l'image.

 

M = miroir

 

Télescope Dobson : Type de Télescope visuel caractérisé par un miroir de grand diamètre et une monture azimutale, destiné à l'observation du ciel profond.

 

Télescope Maksutov : Télescope assez semblable au Télescope de Schmidt, où la lame correctrice est remplacée par une lentille en forme de ménisque (convexe sur une face, concave sur l'autre).

 

Télescope Newton : Télescope à miroir parabolique, imaginé par Newton en 1671.

L'image est réfléchie vers l'oculaire par un miroir plan.

 

M = miroir

 

Télescope Schmidt : Télescope photographique à grand champ comportant un miroir sphérique associé à une lame de verre correctrice.

 

F = surface focale

 

Télescope Schmidt-Cassegrain : Télescope visuel combinant un miroir sphérique associé à une lame de verre correctrice et à un miroir de renvoi.

 

Tellurique : Relatif à la Terre. Les planètes telluriques se caractérisent par des dimensions modestes mais une forte densité moyenne.

 

Temps sidéral : En un point donné, angle horaire du point vernal, calculé par rapport à la rotation apparente de la sphère céleste. Le temps sidéral local (TSL) est utile pour déterminer l'angle horaire (H) nécessaire lorsque l'on veut pointer un instrument d'observation par cette méthode. La formule en est H = TSL - (ascension droite de l'astre à observer).

En savoir plus sur le Temps sidéral

 

Temps solaire moyen : Temps solaire déduit du temps solaire vrai corrigé de l'équation du temps. Ce temps pour un lieu donné a son origine à midi.

En savoir plus sur le Temps solaire moyen

 

Temps solaire vrai : Angle horaire apparent du centre du Soleil pour un lieu donné.

En savoir plus sur le Temps solaire vrai

 

Temps Universel (UT) : Temps solaire moyen de Greenwich augmenté de 12 heures (temps civil de Greenwich).

En savoir plus sur les Notions de TEMPS et les Fuseaux Horaires UT, UT1, TAI, UTC, GMT..... Les fuseaux horaires, Désignations usuelles.

En savoir plus sur le Temps Universel

 

Terminateur : Ligne qui sépare la partie illuminée d'un astre de celle qui est dans l'ombre.

 

Terraforming : Transformation d'une planète pour lui conférer une biosphère semblable à celle de la Terre.

 

Titus-Bode (loi de) : Loi empirique donnant approximativement la distance des planètes au Soleil en fonction de leur rang n (d=(4+3*2^(n-2))/10 sauf pour Mercure où d=0.4 AU).

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

TNO (Objets Transneptuniens) : Objets gravitant au-delà de l'orbite de Neptune

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Transit : Passage d'un objet céleste devant le Soleil.

 

Trou noir : Stade final de l'évolution d'une étoile massive. L'effondrement gravitationnel réduit les dimensions de l'étoile et la densité énorme engendre au voisinage un champ de gravitation si intense que rien ne peut s'échapper, pas même la lumière.

 

Type spectral : Classification attribuée à une étoile d'après l'aspect de son spectre. Les types spectraux correspondent à des températures et sont notés par des lettres (OBAFGKM), de O (~50.000 K) à M (~3.500K). Le Soleil est une étoile G.

En savoir plus sur le Soleil

En savoir plus sur le Diagramme de Hertzsprung-Russell

 

U

 

Unité astronomique : Unité de distance égale au demi-grand axe de l'orbite de la Terre autour du Soleil. La valeur de l'unité astronomique, qui était de 149.597.870,691 ±0,030 km, a été re-définie lors de la XXVIIIe Assemblée générale de l'Union astronomique internationale qui s'est tenue à Pékin, du 20 au 31 août 2012. La Résolution UAI 2012 B2 a été adoptée officiellement le 30 août 2012, et recommande

 

V

 

Vent solaire : Flux de particules chargées, principalement protons et électrons, qui s'échappent en permanence de la couronne solaire dans le milieu interplanétaire et dont l'expansion est contrôlée par le champ magnétique du Soleil.

En savoir plus sur le Soleil

 

Vernal (point) : Point de la sphère céleste à l'intersection du plan équatorial et du plan de l'écliptique où le Soleil passe le 21 mars dans sa phase ascendante. Sert d'origine aux ascensions droites et aux longitudes célestes. Sert de repère horaire à la détermination du temps sidéral.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Vestoid : dénomination pour les petits astéroïdes faisant partie de la famille dynamique "Vesta" et montrant les mêmes caractéristiques spectrales que l'astéroïde 4 Vesta.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

Vitesse radiale : Composante de la vitesse d'un étoile parallèle à la ligne de visée. Induit une variation de la fréquence des raies émises par l'étoile (effet Doppler). Une variation périodique de la vitesse radiale d'une étoile peut signaler la présence d'une planète (mouvement reflex).

 

Vulcanoid : dénomination pour les astéroïdes d'une ceinture hypothétique devant être située à l'intérieur de l'orbite de Mercure, de 0.09 UA à 0.21 UA du Soleil.

En savoir plus sur les Astéroïdes

 

W

 

Weathering : Effet des intempéries

 

Z

 

Zénith : Point de la sphère céleste en direction verticale ascendante du lieu. Le point opposé au zénith est le nadir.

En savoir plus sur les Systèmes de Coordonnées utilisés en Astronomie

 

Zodiaque : Zone de la sphère céleste située à environ 8° de part et d'autre de l'écliptique, et dans laquelle le Soleil, la Lune et les planètes semblent se déplacer.

En savoir plus sur les Constellations du Zodiaque

 

Zone habitable : Zone autour d'une étoile où les planètes ont des conditions physiques (température, présence d'eau liquide, etc...) favorables pour l'émergeance de la vie.

Lexique composé à partir des Ouvrages suivants :

 

Dictionnaire de l'Astronomie (Philippe de la Cotardière) Editions Larousse

L'Exploration du Ciel (Burnham, Dyer, Garfinkle, George, Kanipe, Levy) Editions Könemann

Astronomia - Lexique des termes d'Astronomie - Editions Fabbri

 

Retour à l'accueil 

Contact : Gilbert Javaux